«Er­reurs tac­tiques propres au coach.. !»

Le Temps (Tunisia) - - Sports - Sa­dok SLI­MANE

Le moins que l’on puisse d’em­blée c’est que l’équipe sa­hé­lienne s’est com­pli­quée la tâche à une se­maine du match re­tour en de­mi-fi­nale de la Coupe de la CAF au Con­go,face au TP Ma­zembe. Confiante peut-être à l’ex­cès même avant le match, la bande à Ben­zar­ti est pas­sée to­ta­le­ment à cô­té de son su­jet.

Même si rien n’est en­core joué, il reste la se­conde manche, mais on voit mal comment les Etoi­lés pour­raient in­ver­ser la ten­dance au Con­go . Hu­bert Ve­lud (Coach TP Ma­zembe) « Un ré­sul­tat piège ».

Vi­si­ble­ment sa­tis­fait, et on le com­prend, le coach fran­çais du TP Ma­zembe après le match (1-1) de­meure réa­liste en af­fir­mant que « ce ré­sul­tat ac­quis est un ré­sul­tat piège dans la me­sure où L’ESS ce soir n’a pas mon­tré son vrai vi­sage. Donc, soyons pru­dents car la pro­chaine manche se­ra dif­fé­rente à tout point de vue. Ce­la étant, la donne au­rait pu être dif­fé­rente si mes joueurs ont concré­ti­sé les maintes oc­ca­sions qu’ils se sont crées. En face l’ad­ver­saire, s’il a man­qué de réa­lisme il n’en a pas moins été mal­chan­ceux dans cer­taines de ses ac­tions ».

« On a man­qué de réa­lisme avec des joueurs dans un jour sans, ce qui peut ar­ri­ver. Ce­la étant le pro­chain match au­ra une autre confi­gu­ra­tion, donc rien n’est dé­fi­ni­tif » a si­gna­lé Mon­tas­ser Lou­hi­chi De­puis plus de deux ans à la tête de l’équipe pre­mière, le coach Foau­zi Ben­zar­ti, a été sa­me­di soir hué par le pu­blic en fin de match. En ef­fet, ve­nu en nombre pour­tant sou­te­nir son équipe, le pu­blic a été sur­pris par la piètre pres­ta­tion des siens, lais­sant en­tre­voir un manque d’em­pres­se­ment de la part de cer­tains joueurs sur le ter­rain et sur­tout des choix tac­tiques et éga­le­ment de joueurs pour le moins cri­tiques. Bref, si les joueurs étoi­lés n’ont pas été à la hau­teur des at­tentes du pu­blic force est de re­con­naitre que la part de res­pon­sa­bi­li­té dans ce de­mi-échec de l’équipe re­vient iné­luc­ta­ble­ment au staff tech­nique et pré­ci­sé­ment à Faou­zi Ben­zar­ti. Le pré­sident du club Rid­ha Char­fed­dine d’ha­bi­tude ré­ser­vé dans ses dé­cla­ra­tions d’après match n’est pas al­lé de main morte pour une fois pour « évo­quer des er­reurs tac­tiques propres au coach ». Est-ce à dire que l’on pense dé­jà à l’après Ben­zar­ti du cô­té de L’ESS ? Il est vrai que les clubs en gé­né­ral, passent par des cycles qui ont leurs par­ti­cu­la­ri­tés et leurs exi­gences. Il est vrai éga­le­ment que L’ESS de­puis deux sai­sons, a vé­cu sur un rythme sui­vant une dé­marche et un état d’es­prit que l’on craint fort qu’ils ne soient au­jourd’hui en phase avec la pro­chaine étape. Il est vrai éga­le­ment que pour le chan­ge­ment de chan­ge­ment im­pose gé­né­ra­le­ment le chan­ge­ment d’hommes, et ce à tous les ni­veaux.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.