Le score des is­la­mistes, prin­ci­pal en­jeu

Lé­gis­la­tives en Jor­da­nie

Le Temps (Tunisia) - - LA UNE -

A l’is­sue du scru­tin de ce mar­di, dont les ré­sul­tats pour­raient être connus dans 48 heures, les Frères mu­sul­mans pour­raient re­trou­ver leur place de prin­ci­pale force po­li­tique d’op­po­si­tion au roi Ab­dal­lah II. Contrai­re­ment aux pré­cé­dents scru­tins de 2010 et 2013, les is­la­mistes jor­da­niens ont fait le choix de par­ti­ci­per aux élec­tions lé­gis­la­tives de ce mar­di. Leur score se­ra le prin­ci­pal en­jeu de ce scru­tin dans une mo­nar­chie où les Frères mu­sul­mans sont his­to­ri­que­ment la prin­ci­pale force po­li­tique d’op­po­si­tion.

Se­lon des ex­perts, leur par­ti - le Front de l’ac­tion is­la­mique qui est la vi­trine po­li­tique des Frères mu­sul­mans - pour­rait rem­por­ter une ving­taine de sièges dans un Par­le­ment qui ne dis­pose tou­te­fois pas de grands pou­voirs, l’es­sen­tiel de ceux-ci res­tant concen­trés entre les mains du roi Ab­dal­lah II.

Si les is­la­mistes jor­da­niens ont fi­na­le­ment dé­ci­dé de concou­rir à ces lé­gis­la­tives, c’est pour mieux pe­ser sur l’ave­nir po­li­tique d’un pays fra­gile, coin­cé entre Is­raël et la Sy­rie, et tra­vaillé de­puis long­temps par un is­lam po­li­tique do­té de puis­sants re­lais au sein d’une po­pu­la­tion com­po­sée aux deux tiers de ré­fu­giés pa­les­ti­niens. En 2010 et 2013, ils avaient boy­cot­té l’élec­tion pour pro­tes­ter contre une loi élec­to­rale qui fa­vo­ri­sait le vote tri­bal, tra­di­tion­nel­le­ment pro­ré­gime. Mais en juin der­nier, les is­la­mistes ont dé­ci­dé de par­ti­ci­per au scru­tin, la loi élec­to­rale ayant été amen­dée dans le sens d’une plus grande par­ti­ci­pa­tion des par­tis po­li­tiques. En re­trou­vant les bancs du Par­le­ment, les Frères mu­sul­mans jor­da­niens es­pèrent re­cou­vrer leur lé­gi­ti­mi­té et amé­lio­rer leurs re­la­tions avec un pou­voir qui n’a pas hé­si­té à les ré­pri­mer ces der­nières an­nées. Ils au­ront tou­te­fois beau­coup de mal à faire avan­cer leur re­ven­di­ca­tion ma­jeure: l’ins­tau­ra­tion d’une mo­nar­chie par­le­men­taire dans la­quelle le pre­mier mi­nistre se­rait is­su de la ma­jo­ri­té de l’as­sem­blée, élue ce mar­di, et non plus nom­mé par le roi. L’autre in­con­nue du scru­tin concer­nait la par­ti­ci­pa­tion. En dé­but de ma­ti­née, mar­di, elle était faible à Am­man, la ca­pi­tale. De nom­breux Jor­da­niens n’ignorent pas que leurs par­le­men­taires res­tent dé­pour­vus du vrai pou­voir. 42 % des élec­teurs éli­gibles pré­voyaient de ne pas al­ler vo­ter, se­lon un son­dage du centre Phe­nix des études éco­no­miques et in­for­ma­tiques. Se­lon la com­mis­sion élec­to­rale, 1,4 mil­lion de Jor­da­niens au­raient vo­té ce mar­di contre 1,2 mil­lion lors du der­nier scru­tin de 2013. Le pou­voir avait mo­bi­li­sé ses re­lais pour que les Jor­da­niens votent mas­si­ve­ment. Dar al-if­ta, la plus haute au­to­ri­té re­li­gieuse du pays, a pres­sé la po­pu­la­tion de se rendre aux urnes, qua­li­fiant le scru­tin de «de­voir» na­tio­nal et re­li­gieux. Dans un royaume où les ser­vices de sé­cu­ri­té veillent au grain, le scru­tin, dont les ré­sul­tats pour­raient être an­non­cés dans les 48 heures, a été su­per­vi­sé par 14.000 ob­ser­va­teurs lo­caux et 676 in­ter­na­tio­naux, dont plus d’une soixan­taine, man­da­tée par l’union eu­ro­péenne.

Al­liée des États-unis et vi­vant des aides de cer­taines mo­nar­chies du Golfe, la Jor­da­nie est af­fec­tée de plein fouet par la guerre en Sy­rie voi­sine. Après avoir ac­cueilli plu­sieurs cen­taines de mil­liers de ré­fu­giés sy­riens, le royaume ha­ché­mite a fer­mé sa fron­tière avec la Sy­rie, pour des rai­sons de sé­cu­ri­té, à la suite de plu­sieurs at­ten­tats, cet été, ayant no­tam­ment en­traî­né la mort d’agents des ser­vices de ren­sei­gne­ments. La Jor­da­nie, qui par­ti­cipe à la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale an­ti-daech, tout en ayant plus de 2 000 dji­ha­distes en Sy­rie, re­doute une conta­gion de la me­nace ter­ro­riste sur son ter­ri­toire.

Un jor­da­nien dans un bu­reau de vote à Aman

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.