En quête d’une sy­ner­gie entre la re­cherche et l’en­tre­prise

Le Temps (Tunisia) - - PROXIMITE -

L’agence de Pro­mo­tion de l’in­dus­trie et de l’in­no­va­tion (APII) a re­çu, de­puis le lan­ce­ment de l’ins­crip­tion en ligne des can­di­da­tures pour la pre­mière édi­tion du concours na­tio­nal de l’in­ven­tion (du 26 juillet au 26 sep­tembre 2016), en­vi­ron 152 de­mandes, dont 40 can­di­da­tures in­di­vi­duelles, a an­non­cé le di­rec­teur gé­né­ral de L’APII, Sa­mir Ba­choual. L’ob­jec­tif de ce concours, qui se tien­dra dans le cadre des jour­nées na­tio­nales de trans­fert de la tech­no­lo­gie (9 et 10 no­vembre) et dont les ré­sul­tats se­ront pro­cla­més, le 9 oc­tobre, est de «trou­ver les liens pos­sibles entre le mi­lieu scien­ti­fique (re­cherche) et les ac­teurs éco­no­miques (l’en­tre­prise)», a dé­cla­ré, hier, Bou­choual, lors d’une jour­née d’in­for­ma­tion sur ce concours Na­tio­nal. «Au­jourd’hui, le cher­cheur est contraint de ré­flé­chir à son in­ven­tion et à in­ves­tir ses propres moyens et ne connait tou­jours pas les cir­cuits de sa com­mer­cia­li­sa­tion ou les mé­thodes de sa pro­tec­tion», a-t-il en­core avan­cé. De l’autre cô­té, l’en­tre­prise à des be­soins en ma­tière de trans­fert tech­no­lo­gique et d’in­no­va­tion, mais n’est pas au cou­rant des in­ven­tions dé­jà dis­po­nibles dans le do­maine scien­ti­fique. Les jour­nées na­tio­nales de trans­fert de la tech­no­lo­gie (9 et 10 no­vembre 2016) se­ront une oc­ca­sion pour dé­battre de ces pro­blé­ma­tiques et aus­si de ce­lui du fi­nan­ce­ment, no­tam­ment, le fi­nan­ce­ment des pro­jets in­no­vants qui trouvent des dif­fi­cul­tés à ac­cé­der aux cré­dits des banques com­mer­ciales.

Se­lon le di­rec­teur de l’agence, «plu­sieurs in­ven­teurs et en­tre­prises disent qu’ils ren­contrent des dif­fi­cul­tés, lors de leurs en­tre­tiens avec des res­pon­sables de banques com­mer­ciales». Ils ex­pliquent ces dif­fi­cul­tés par «l’ab­sence de tech­ni­ciens en fi­nances qui peuvent com­prendre et ap­puyer leurs pro­jets in­no­vants». Trois prix de va­leurs de 10 mille di­nars, 7 mille di­nars et 5 mille di­nars se­ront dé­cer­nés aux lau­réats de ce concours. Une com­mis­sion de ju­ry a été mise en place à cet ef­fet. Elle re­groupe des re­pré­sen­tants des mi­nis­tères de l’in­dus­trie et du Com­merce et de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur et de la Re­cherche scien­ti­fique, L’APII, de l’ins­ti­tut Na­tio­nal de Nor­ma­li­sa­tion et de la Pro­prié­té In­dus­trielle (INNORPI), de l’union Tu­ni­sienne de l’in­dus­trie, du Com­merce et de l’ar­ti­sa­nat (UTICA), de la Con­fé­dé­ra­tion des En­tre­prises Ci­toyennes de Tu­ni­sie (CONECT), de l’agence Na­tio­nale de Pro­mo­tion de la Re­cherche Scien­ti­fique, de l’as­so­cia­tion tu­ni­sienne des in­ven­teurs et de l’as­so­cia­tion des centres tech­niques in­dus­triels tu­ni­siens. «L’APII ac­com­pa­gne­ra les lau­réats et veille­ra et pren­dra en charge, éga­le­ment, les frais des bre­vets d’in­ven­tion à l’échelle na­tio­nale», a dé­cla­ré le pre­mier res­pon­sable de L’APII, re­le­vant que «même sans être lau­réat, le pas­sage du can­di­dat de­vant le ju­ry de ce concours na­tio­nal consti­tue une as­su­rance aux pé­pi­nières et aux en­tre­prises».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.