Wa­shing­ton et Mos­cou s'étrillent à L'ONU, Alep sous les bombes

L'onu prête à re­prendre la li­vrai­son de l'aide

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Les Etats-unis et la Rus­sie s'ef­for­çaient hier en­core de sau­ver le pro­ces­sus di­plo­ma­tique pour la Sy­rie, après une passe d'arme gla­ciale au Con­seil de sé­cu­ri­té de L'ONU, pen­dant que la guerre re­pre­nait de plus belle dans la ville mar­tyre d'alep bom­bar­dée. Le Groupe in­ter­na­tio­nal de sou­tien à la Sy­rie (GISS), qui ras­semble 23 pays et or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales s'est re­trou­vé une nou­velle fois hier à New York, sous les aus­pices de Wa­shing­ton et Mos­cou dont les échanges di­plo­ma­tiques sont de plus en plus acri­mo­nieux.

Les Etats-unis et la Rus­sie s’ef­for­çaient hier en­core de sau­ver le pro­ces­sus di­plo­ma­tique pour la Sy­rie, après une passe d’arme gla­ciale au Con­seil de sé­cu­ri­té de L’ONU, pen­dant que la guerre re­pre­nait de plus belle dans la ville mar­tyre d’alep bom­bar­dée. Le Groupe in­ter­na­tio­nal de sou­tien à la Sy­rie (GISS), qui ras­semble 23 pays et or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales s’est re­trou­vé une nou­velle fois hier à New York, sous les aus­pices de Wa­shing­ton et Mos­cou dont les échanges di­plo­ma­tiques sont de plus en plus acri­mo­nieux. “Ce­la va être très dif­fi­cile. Nous ver­rons ce que cha­cun est prêt à faire”, a aver­ti mer­cre­di soir le se­cré­taire d’etat amé­ri­cain John Ker­ry en an­non­çant qu’il re­ver­rait son ho­mo­logue russe Ser­gueï La­vrov avant la réunion du GISS pro­gram­mée vers 14H00 (18H00 GMT). La der­nière réunion de ce groupe, mis sur pied à l’au­tomne 2015 par les puis­sances mon­diales et ré­gio­nales im­pli­quées dans le conflit sy­rien, s’était ache­vée mar­di à New York dans une am­biance de plomb.

L’”en­fer” de cette guerre qui a fait plus de 300.000 morts et pro­vo­qué la pire tra­gé­die hu­ma­ni­taire de­puis la Se­conde guerre mon­diale “jette la honte sur nous”, a ton­né mer­cre­di le se­cré­taire gé­né­ral de L’ONU Ban Ki­moon lors d’une ses­sion de crise du Con­seil de sé­cu­ri­té. De­vant L’ONU, MM. Ker­ry et La­vrov se sont étrillés. “C’est un mo­ment de vé­ri­té pour la Rus­sie (...) Ce n’est pas une blague, c’est une af­faire grave”, s’est in­sur­gé, avec une co­lère froide, le chef de la di­plo­ma­tie amé­ri­caine. S’adres­sant au mi­nistre russe, il s’est de­man­dé avec iro­nie s’ils vi­vaient “dans des uni­vers pa­ral­lèles”. John Ker­ry a exi­gé une re­mise sur les rails de l’ac­cord de Ge­nève qu’il avait pa­ra­phé le 9 sep­tembre avec Ser­gueï La­vrov afin que Mos­cou im­pose à son pro­té­gé à Da­mas de “clouer au sol ses aé­ro­nefs” et lui “in­ter­dise” de bom­bar­der l’op­po­si­tion et les ci­vils. Ce com­pro­mis amé­ri­ca­no-russe avait vo­lé en éclat lun­di lorsque l’ar­mée sy­rienne avait an­non­cé la “fin” de la trêve. L’ac­cord pré­voyait sept jours de ces­sez-le-feu, de l’aide hu­ma­ni­taire, une zone d’in­ter­dic­tion de sur­vol pour l’avia­tion sy­rienne et une co­opé­ra­tion mi­li­taire Wa­shing­ton-mos­cou contre les ji­ha­distes. Mon­trant du doigt la Rus­sie et la Sy­rie, M. Ker­ry a qua­li­fié de “vio­la­tion fla­grante du droit in­ter­na­tio­nal” le raid de lun­di contre un convoi hu­ma­ni­taire de L’ONU (20 morts) et ce­lui de mar­di contre deux am­bu­lances (quatre tués). En ré­ponse, l’am­bas­sa­deur sy­rien Ba­char al-jaa­fa­ri a ac­cu­sé les Etatsu­nis de conduire une “guerre de pro­pa­gande im­monde”, pen­dant que son pays com­bat “des di­zaines de mil­liers de ter­ro­ristes”. A Mos­cou, le mi­nis­tère de la Dé­fense a af­fir­mé qu’un drone Pre­da­tor de la coa­li­tion mi­li­taire pi­lo­tée par Wa­shing­ton se trou­vait dans le sec­teur de la frappe de lun­di. Le Pen­ta­gone l’a dé­men­ti et L’ONU s’est dite “prête” à re­prendre ses convois hu­ma­ni­taires.

Il faut dire que la coa­li­tion avait re­con­nu le 17 sep­tembre avoir bom­bar­dé par er­reur l’ar­mée sy­rienne, fai­sant 90 morts. “Un ac­ci­dent ter­rible”, a concé­dé M. Ker­ry. Im­pas­sible, M. La­vrov n’a pas fer­mé la porte à un re­tour de la trêve mais il a af­fir­mé qu’il “ne pou­vait plus y avoir de pause uni­la­té­rale” par l’ar­mée du pré­sident Ba­char al-as­sad, ac­cu­sant l’op­po­si­tion d’avoir re­pris les hos­ti­li­tés.

Sur le ter­rain, Alep, épi­centre de la guerre, a su­bi sa pire jour­née de­puis le ces­sez-le-feu avor­té, a dé­non­cé l’ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’homme (OSDH). Des bom­bar­de­ments ont tué au moins 12 ci­vils, dont deux en­fants, a rap­por­té L’ONG. Et mar­di soir, une frappe a vi­sé deux am­bu­lances à Khan Tou­mane, au sud d’alep, qui ve­naient éva­cuer des bles­sées d’un pre­mier raid. Deux am­bu­lan­ciers et deux in­fir­miers ont été tués, a an­non­cé l’union des or­ga­ni­sa­tions de se­cours et soins mé­di­caux. Se­lon L’OSDH, le pre­mier raid vi­sait un dis­pen­saire de l’ar­mée de la Conquête, coa­li­tion de re­belles et de ji­ha­distes du Front Fa­teh al Cham (ex­front al-nos­ra). Khan Tou­mane est une lo­ca­li­té re­belle que Da­mas tente de re­prendre.

Le jour­na­liste de L’AFP dans la par­tie re­belle d’alep a comp­té “au moins 100” ex­plo­sions mer­cre­di de mi­nuit à 05H00. Un im­meuble de six étages s’est ef­fon­dré dans le quar­tier de Souk­ka­ri. “Il n’y avait dans l’im­meuble que deux frères”, a confié à L’AFP Abou Ah­mad, un voi­sin, en dé­ga­geant les gra­vats sur le trot­toir. “Je leur avais ren­du vi­site une heure avant la frappe, on a bu du thé en­semble et main­te­nant ils sont morts”.

Dans un autre quar­tier re­belle, Qa­di As­kar, plu­sieurs im­meubles se sont écrou­lés, se­lon une vi­déo ob­te­nue par L’AFP. Elle montre un bé­né­vole de la dé­fense ci­vile qui tente d’avan­cer au mi­lieu des gra­vats et des en­fants mar­chant dans les ruines. Dans la par­tie gou­ver­ne­men­tale d’alep, deux per­sonnes ont été tuées et sept bles­sées par des obus ti­rés des quar­tiers re­belles. Et 18 per­sonnes ont per­du la vie et 35 autres ont été bles­sées par huit mis­siles ti­rés sur la lo­ca­li­té re­belle de Khan Chei­khoun, dans la pro­vince d’id­leb (nord-ouest).

Le mi­nistre russe Ser­gei La­vrov, l’émis­saire de l’onu pour la Sy­rie Staf­fan de Mis­tu­ra et le se­cré­taire d’etat John Ker­ry à Ge­nève

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.