Une ani­ma­trice de France 2 condam­née pour tra­vail dis­si­mu­lé

Le Temps (Tunisia) - - Faits de Société -

La chro­ni­queuse cu­li­naire de «Té­lé­ma­tin» (France 2) était ju­gée à Cré­teil (Val-de-marne) dans le cadre d’une pro­cé­dure de «plai­der cou­pable» et était pour­sui­vie pour «em­ploi d’étran­ger sans titre de tra­vail», «tra­vail dis­si­mu­lé par dis­si­mu­la­tion de sa­la­rié» et «aide au sé­jour ir­ré­gu­lier d’un étran­ger en France». Avec son ma­ri, elle a em­ployé chez elle à Ville­juif (Val-demarne) une gou­ver­nante mau­ri­cienne dans l’illé­ga­li­té entre jan­vier et août 2015. Le couple l’avait re­cru­tée fin 2014, en pas­sant une an­nonce dans un jour­nal de l’île Maurice.

La vic­time de 38 ans de­vait s’oc­cu­per de leur bé­bé, faire les courses et le mé­nage, contre 700 eu­ros par mois payés en li­quide. Sur le pa­pier, elle avait été em­bau­chée comme «as­sis­tante opé­ra­tion­nelle» par la so­cié­té de pro­duc­tion de Ca­rinne Teys­san­dier, pour un sa­laire de 1300 eu­ros en théo­rie. Un contrat que l’em­ployée a ex­pli­qué avoir si­gné «sans le lire», seule­ment une fois dé­bar­quée en France. Ar­ri­vée avec un vi­sa tou­riste, elle n’avait de toute fa­çon pas le droit de tra­vailler. «On est dans un dos­sier d’es­cla­va­gisme mo­derne , je trouve ça scan­da­leux», a ton­né l’avo­cate de la plai­gnante, Anne-constance Coll, en as­su­rant que sa cliente tra­vaillait «13 heures par jour» au lieu des 20 heures par se­maine pré­vues dans son contrat.

Le par­quet n’a tou­te­fois pas re­te­nu d’in­frac­tion re­flé­tant la sou­mis­sion à des condi­tions de tra­vail ou d’hé­ber­ge­ment in­dignes. «C’est tout sauf un dos­sier d’es­cla­va­gisme», a ré­tor­qué De­nis Jacquin, l’un des avo­cats du couple, en contes­tant les ho­raires tra­vaillés et en évo­quant les «ca­deaux» et les «lar­gesses» du couple, qui as­sure avoir of­fert entre autres à sa gou­ver­nante un or­di­na­teur et une gui­tare.

«On n’a ja­mais eu l’in­ten­tion de lui nuire, de l’ex­ploi­ter», a ju­ré Ca­rinne Teys­san­dier de­vant le juge.

En marge de l’au­dience, l’ani­ma­trice a as­su­ré qu’elle trai­tait sa gou­ver­nante «comme une membre de la fa­mille», avoir ten­té de faire ré­gu­la­ri­ser sa si­tua­tion et pro­po­sé de lui payer un billet re­tour. Une offre re­fu­sée par la gou­ver­nante.

Mais «elle était chez moi, elle n’avait pas de pa­piers, je ne peux pas le contes­ter», a-t-elle ad­mis, en re­con­nais­sant son «laxisme». L’af­faire n’est pas ter­mi­née. L’an­cienne em­ployée compte ré­cla­mer des in­dem­ni­sa­tions fi­nan­cières «d’en­vi­ron 40000 eu­ros» de­vant les prud’hommes, se­lon son avo­cate. L’au­dience ci­vile doit avoir lieu le 26 sep­tembre.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.