En sou­ve­nir du pro­fes­seur Mon­gi Chem­li

Une in­té­res­sante évo­ca­tion, truf­fée de sou­ve­nirs per­son­nels et d’anec­dotes sur la vie et l’oeuvre du pro­fes­seur Mon­gi Chem­li, qui nous a quit­tés le 13 sep­tembre, a eu lieu l’autre soir sur les ondes de la ra­dio na­tio­nale au cours du pro­gramme « Laya­li Tou

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture - Lot­fi BEN KHELIFA

Ils ont, en ef­fet, don­né des dé­tails in­édits sur la per­son­na­li­té et sur l’ap­port édu­ca­tion­nel du dé­funt Mon­gi Chem­li. L’his­to­rien M’ha­med Fan­tar a rap­pe­lé que feu Mon­gi Chem­li est, tout comme lui, ori­gi­naire de la ville de Ksar He­lal et qu’il était son aî­né. Il a fait rap­pe­ler que Mon­gi Chem­li a été lé­sé lors­qu’il avait été rem­pla­cé à la tête de la Com­mis­sion na­tio­nale tu­ni­sienne pour l’édu­ca­tion, les sciences et la culture par un illustre in­con­nu qui connais­sait mal ces do­maines où notre émi­nent pro­fes­seur Mon­gi Chem­li y brillait. Et pour le pro­fes­seur Yous­sef Re­ma­di, l’émi­nent Mon­gi Chem­li était son en­sei­gnant de lit­té­ra­ture com­pa­rée à la fa­cul­té des Lettres de Tu­nis. Et pour l’anec­dote, Si Yous­sef Re­ma­di sé­chait les cours de Si Mon­gi ! Or, ce der­nier fai­sait l’ap­pel avant le cours, mar­quait les ab­sences et ré­ser­vait une fiche si­gna­lé­tique pour cha­cun de ses étu­diants. En re­ve­nant au cours du pro­fes­seur Mon­gi Chem­li, ce der­nier l’avait ap­pe­lé à trois re­prises, bien que Yous­sef Re­ma­di ré­pon­dait pré­sent, à chaque fois. Et au bout du compte, Si Mon­gi avait de­man­dé à Yous­sef Re­ma­di, s’il sa­vait qu’un poète an­da­lou était son ho­mo­nyme ?! Si Yous­sef Re­ma­di se rap­pelle éga­le­ment que son pro­fes­seur lui avait de­man­dé à l’exa­men s’il avait lu « Al khayel achii­rii in­da al arab » ? La ré­ponse par l’af­fir­ma­tive ne suf­fi­rait pas, si l’étu­diant n’in­di­quait pas l’an­née de pu­bli­ca­tion du livre et la mai­son d’édi­tion. Ain­si, ces dé­tails mon­tre­ront que l’étu­diant a réel­le­ment lu tel ou tel livre.

Tel un livre !

Mé­ti­cu­leux et très gé­né­reux avec ses étu­diants, le pro­fes­seur Mon­gi Chem­li s’ar­rê­tait sur un dé­tail, par­fois du­rant dix mi­nutes, pour mieux ex­pli­quer un mot, ses ori­gines et bien d’autres choses, pour que cha­cun de ses étu­diants ne fasse plus la faute entre le sens de ce mot et d’autres termes. Les deux in­ter­lo­cu­teurs ont ajou­té que Mon­gi Chem­li a étu­dié au col­lège Sa­di­ki qui re­pré­sen­tait la per­son­na­li­té tu­ni­sienne et non pas au ly­cée de Sousse qui ap­par­te­nait au pays co­lo­ni­sa­teur. Il avait étu­dié à la Sor­bonne et par­lait un fran­çais cor­rect et im­pec­cable, si bien que la concierge de l’im­meuble où il ré­si­dait et comme l’a rap­pe­lé Yous­sef Re­ma­di lui avait lan­cé un jour qu’il par­lait comme s’il était un livre ! Paix à l’âme du pro­fes­seur Mon­gi Chem­li qui pro­dui­sait à la ra­dio na­tio­nale l’émis­sion heb­do­ma­daire « Mâa al ou­da­ba an­na­chiine » (Avec les écri­vains dé­bu­tants) en com­pa­gnie de Mou­fi­da Za­hag, puis avec Hend Az­zouz. Une émis­sion ou­verte aux ama­teurs d’écri­ture de ro­mans, de nou­velles et de poé­sie.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.