Chant sou­fi em­preint de mo­der­ni­té

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture -

Avec son spec­tacle mu­si­cal « Au coeur du sou­fi » la chan­teuse tu­ni­sienne Abir Nas­raoui, a ébloui le pu­blic ita­lien sa­me­di 17 sep­tembre à la 71è édi­tion du fes­ti­val Pe­ru­gia Mu­si­ca Clas­si­ca, à Pe­ru­gia, en Ita­lie à la Ca­thé­drale Chie­sa di San Be­vi­gnate.

Le spec­tacle « Au coeur du sou­fi », né d’une idée d’abir Nas­raoui sur un ar­ran­ge­ment de Mou­fa­dhal Ad­houm, trans­met un mes­sage de paix entre toutes les re­li­gions et les eth­nies. Il se dis­tingue par ses va­rié­tés de rythmes, ses dif­fé­rents ins­tru­ments de musique et sa proxi­mi­té des mor­ceaux mu­si­caux an­da­lous. Il re­vi­vi­fie et re­met au goût du jour le pa­tri­moine arabe ve­nu du Magh­reb, d’egypte, du Yemen, de l’an­cienne Echam, en plus du legs mu­si­cal turc. Il est à rap­pe­ler que le monde de la chan­son sou­fi n’est pas nou­veau pour Abir Nas­raoui. Elle a eu une ex­pé­rience avec Sa­mir Agré­bi dans la Hadh­ra en 1998 et avec Na­cir Cham­ma en Egypte en 1999 où elle a par­ti­ci­pé au spec­tacle « Lei­lat el ichk al ila­hi », en­fin son ex­pé­rience avec Kha­led ben Ya­hya dans « Bhour el ichk » en 2008 et qui de­meure jus­qu’à nos jours. Abir a choi­si d'être ac­com­pa­gnée par une cho­rale ita­lienne. Elle a été éga­le­ment as­sis­tée par ses 'com­pa­gnons de pro­jet' : Mou­fa­dhal Ad­houm, Agathe Biou­lès, Sébastien Wie­le­mans et Mo­ha­med Ab­del­ka­der Ibn Haj Ka­cem. Ce concert, qui a pui­sé dans les pa­tri­moines arabe, ma­ro­cain, yé­mé­nite, égyp­tien et sy­rien, est por­teur d’un mes­sage clair, à sa­voir que le sou­fisme est un ap­pel à l’amour et à la con­corde, et non à la di­vi­sion et à la dis­corde. C´était un bon­heur tein­té de dou­leur au­quel elle a convié ses amou­reux. Ses chan­sons ré­per­cu­tées par sa voix ma­gique

sont une in­vite à la nos­tal­gie et à l’amour. Rayon­nante comme à son ha­bi­tude, la Di­va Abir fut égale à el­le­même, pré­sen­tant son show cou­tu­mier com­po­sé de chants sou­fis pui­sés de deux uni­vers mu­si­caux qui re­vi­sitent le pa­tri­moine tra­di­tion­nel ly­rique orien­tal, fait de psal­mo­dies et d’im­pro­vi­sa­tion, par des pro­cé­dés d’ins­pi­ra­tion contem­po­raine. Une créa­tion spi­ri­tuelle ori­gi­nale, où chants sa­crés is­la­miques et chré­tiens entrent en par­faite har­mo­nie avec les so­no­ri­tés du oud et du pia­no. Abir a ex­cel­lé dans l’in­shad qui uti­lise une sé­rie de formes poé­tiques telles que qa­sî­da, mu­wash­shah, mu­kham­mîs et mu­rab­ba. Les thèmes ma­jeurs de cette poé­sie évoquent l'amour di­vin, la louange et la glo­ri­fi­ca­tion de Dieu, les re­quêtes en in­ter­ces­sion (ta­was­sul), la louange (madh) et l'amour du Pro­phète Mo­ham­mad. Avec son style, son look, sa voix an­gé­lique et ly­rique et sa fa­çon de bou­ger sur la scène, elle a réus­si à re­te­nir ses fans en com­pa­gnie du pia­niste Se­bas­tien Wille­myns. Abir a dé­mon­tré qu’au-de­là la no­to­rié­té, elle de­meure cette ar­tiste at­ta­chée aux ra­cines du chant sou­fi. Et ce fut un dé­luge de sons et de lu­mières quand elle a chan­gé de re­gistre pour en­chai­ner avec des tubes sou­fis ac­com­pa­gnée des Der­viches tour­neurs. Un vrai show sou­fi ponc­tué par des youyous tu­ni­siens !

Ka­mel Bouaouina

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.