Mou­rin­ho dé­ment avoir vou­lu «cas­ser la gueule» de Wen­ger

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Dans une bio­gra­phie de Jo­sé Mou­rin­ho à pa­raître fin sep­tembre, l’au­teur Rob Beas­ley af­firme que le Por­tu­gais vou­lait « cas­ser la gueule » d’ar­sène Wen­ger. Ce que l’en­traî­neur de Man­ches­ter Uni­ted a dé­men­ti hier.

L’af­faire agite l’an­gle­terre de­puis deux jours. Ven­dre­di, les pre­miers ex­traits de la bio­gra­phie de Rob Beas­ley consa­crée à Jo­sé Mou­rin­ho ont été pu­bliés par le Dai­ly Mail. Dans l’un d’eux, le jour­na­liste écrit que le Por­tu­gais a lan­cé, à l’hi­ver 2014, une phrase choc à l’en­contre d’ar­sène Wen­ger : « Un jour, je le trou­ve­rai en de­hors du stade, je lui cas­se­rai la gueule ». Une sor­tie que l’ac­tuel en­traî­neur de Man­ches­ter Uni­ted a dé­men­tie hier au mi­cro de Sky Sports, en marge du match contre Lei­ces­ter (4-1).

« Il se fait de l’ar­gent, c’est bien »

« Vous pou­vez voir à quel point il (le jour­na­liste) était proche de moi. Je suis heu­reux. Il se fait de l’ar­gent, c’est bien, a lâ­ché Mou­rin­ho. Ça va pour moi. J’ai ren­con­tré Ar­sène Wen­ger il y a quelques se­maines et, comme des gens ci­vi­li­sés, nous nous sommes ser­rés la main. On s’est as­sis à la même table, nous avons dî­né en­semble avec d’autres gens. Nous avons échan­gé des idées, nous avons par­lé car nous sommes des gens ci­vi­li­sés. En­core une fois, je pense que le livre ne se­ra pas dans la li­gnée des Sha­kes­peare ou autres. Je pré­fère juste ne pas com­men­ter. C’est mon der­nier mot à ce su­jet et je le ré­pète en­core, il se fait de l’ar­gent. Ça va pour moi. »

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.