Fin de l’aven­ture ! « Pour­tant, les joueurs ont tout don­né ! »

Le Temps (Tunisia) - - Sports - Sadok SLI­MANE

« Pour­tant, les joueurs ont tout don­né et j’en suis sa­tis­fait. Ce­pen­dant, l’ef­fort n’était pas suf­fi­sant. Ain­si est fait le football, on ne vit pas que de vic­toires, cette éli­mi­na­tion me laisse un goût amer » a si­gna­lé Faou­zi Benzarti, après l’éli­mi­na­tion de l’etoile, di­manche à Lu­bu­ma­shi. L’aven­ture afri­caine de l’etoile s’est ar­rê­tée donc, au ni­veau de la se­conde manche des de­mi-fi­nales à Lu­bum­ba­shi. En ef­fet, pour avoir concé­dé en­core une fois la pa­ri­té (0-0) face au TP Ma­zembe, les Etoi­lés se trouvent de fait éli­mi­nés de cette com­pé­ti­tion. Il va sans dire qu’à l’in­verse du match al­ler à Sousse, la réaction, quoique tar­dive, des Etoi­lés fut réelle et bien ap­pro­priée même avan­thier mais, hé­las, l’ef­fort ac­com­pli fut in­suf­fi­sant pour ins­crire l’unique but tant es­comp­té pour es­pé­rer in­ver­ser la ten­dance. Pour au­tant les sa­hé­liens, n’eut été le grand match de son gar­dien Math­lou­thi, sont pas­sés à cô­té d’une lourde dé­faite (Bel­bou­li a ga­gné ses quatre duels).

Sans re­ve­nir aux pé­ri­pé­ties du match, il faut ad­mettre que l’équipe sa­hé­lienne a tout don­né mais elle n’a ja­mais su mettre le bal­lon aux fonds des fi­lets. Pour­tant, une fois de plus, le bré­si­lien comme à chaque match, avait l’oc­ca­sion de chan­ger le cours des choses, mais la mal­adresse, le manque de lu­ci­di­té voire la « poisse » ne l’ont ja­mais quit­té, ce qui confirme a pos­te­rio­ri le mau­vais choix des di­ri­geants sa­hé­liens d’avoir cé­dé suc­ces­si­ve­ment Bou­ned­jah et en­suite Akai­chi sans ja­mais cher­ché à com­bler le vide. Bref, à l’épreuve des faits, ce ne sont pas Acos­ta et a for­tio­ri Sal­tou qui se­ront des dignes suc­ces­seurs de Bou­ned­jah et Akai­chi. Les di­ri­geants étoi­lés doivent bien s’en mordre les doigts. Le di­rec­teur spor­tif de l’équipe, Zied Ja­zi­ri, qui a dé­jà tour­né la page de ce cycle, s’em­presse d’évo­quer l’ave­nir de l’équipe en sou­li­gnant dé­jà l’ap­port des Nat­ter et Mohs­ni alors que le vrai pro­blème de l’équipe est tout bê­te­ment de man­quer de bu­teur, d’un ba­gar­reur dans la sur­face de ré­pa­ra­tion. Est-ce une douce fa­çon de ne pas faire al­lu­sion à l’échec de recrutement du bré­si­lien et du li­byen ? On fi­nit par le croire. Reste à es­pé­rer que les di­ri­geants du club puissent ti­rer le­çon des échecs pré­cé­dents. C’est une fa­çon élé­gante d’être en confor­mi­té avec ses choix. L’après Faou­zi Benzarti ? Si les grands clubs vivent de cycles, force est bien d’ad­mettre ces cycles ont leurs propres exi­gences. Ceux vé­cus par l’etoile ne dé­rogent pas à la règle. Fa­çon­née à la base par le duo Le­merre-jed­di, l’ac­tuelle équipe, re­prise par Benzarti, il y a de ce­la deux sai­sons, mon­tré de belles choses. Trois titres (Coupe de Tu­ni­sie (2), Coupe de la CAF, Titre de Cham­pion de Tu­ni­sie) sont ve­nus en­ri­chir les vi­trines du club sur­tout après une dé­cen­nie de di­sette. De toute évi­dence Faou­zi Benzarti en est le prin­ci­pal ar­ti­san même si c’est lui qui a cueilli les fruits, mais qu’im­porte, l’homme a su mar­quer de son em­preinte ses pas­sages. Per­sonne ne nie une telle vé­ri­té. Mais l’homme, à l’image de ses joueurs frap­pés par la las­si­tude men­tale et la baisse du ni­veau phy­sique, a be­soin éga­le­ment de ré­pit. De­puis quelques mois, ses propres choix tac­tique et d’hommes font l’ob­jet de cri­tiques, ils sont de­ve­nus ap­proxi­ma­tifs voire in­opé­rants. Du coup l’équipe col­lec­ti­ve­ment ne ré­pond plus comme avant. Le ren­de­ment col­lec­tif s’en est res­sen­ti .

Les Etoi­lés ont lais­sé leurs chances à Sousse

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.