Trois voi­tures sai­sies et les sus­pects re­cher­chés

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Société -

Ce n’est pas la pre­mière fois que la po­lice met la main sur des membres d’un réseau de tra­fic de voi­tures. C’est un fléau qui de­vient de plus en plus ac­cru, sur­tout avec le pas­sage clan­des­tin de la fron­tière de cer­tains in­di­vi­dus qui s’in­filtrent avec des voi­tures vo­lées, qu’ils ma­quillent en leur chan­geant sur­tout les plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion.

D’autres voi­tures vo­lées sont ven­dues par la suite en pièce dé­ta­chées, dans l’im­pos­si­bi­li­té de les écou­ler en l’état.

Les contre­ban­diers trouvent tou­jours un moyen de se dé­bar­ras­ser des voi­tures sus­pectes qu’ils ar­rivent même à vendre à des par­ti­cu­liers, les­quels s’aper­çoivent de l’ ar­naque lors­qu’ils se di­rigent au ser­vice des mines pour les for­ma­li­tés né­ces­saires pour les ins­crire en leur nom.

Dans le cas d’es­pèce, l’uni­té de re­cherches et d’in­ves­ti­ga­tion de la Garde na­tio­nale de Ta­je­rouine, du gou­ver­no­rat du Kef est par­ve­nue, à sai­sir trois vé­hi­cules de luxe au ni­veau des fron­tières tu­ni­so-al­gé­riennes à Ka­laât Sen­nan.

La va­leur de ces vé­hi­cules, des­ti­nés à la contre­bande, dé­passe les 150 mille di­nars.

Tou­jours se­lon la même source, les conduc­teurs ont pris la fuite. Les voi­tures ont, quant à elles, été conduites au dis­trict de la Garde na­tio­nale du Kef.

Par ailleurs, une source sé­cu­ri­taire a af­fir­mé, que les uni­tés de la Garde na­tio­nale du Kef sont par­ve­nues, du­rant l’an­née en cours à sai­sir plus de 25 vé­hi­cules des­ti­nés à la contre­bande.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.