Stu­peur à Ryadh

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

L’adop­tion aux Etats-unis d’une loi per­met­tant aux fa­milles des vic­times des at­ten­tats du 11-Sep­tembre d’en­ga­ger des pour­suites ju­di­ciaires contre l’ara­bie saou­dite a pro­vo­qué la stu­peur à Ryad où l’on s’in­ter­roge sur les re­tom­bées di­plo­ma­tiques et éco­no­miques de cette lé­gis­la­tion. Le Sé­nat et la Chambre des re­pré­sen­tants ont re­je­té mer­cre­di à une écra­sante ma­jo­ri­té le vé­to op­po­sé par Ba­rack Oba­ma contre cette lé­gis­la­tion, dite loi JAS­TA, en dé­pit des ap­pels du pré­sident qui a dé­plo­ré “un dan­ge­reux pré­cé­dent”. Le royaume wah­ha­bite est de­puis long­temps soup­çon­né d’avoir ap­por­té un sou­tien aux pi­rates de l’air ayant per­pé­tré les at­ten­tats contre les tours ju­melles du World Trade Cen­ter et le Pen­ta­gone, fai­sant près de 3.000 morts. Ryad re­jette ces sus­pi­cions. Quinze des 19 pi­rates de l’air étaient saou­diens. Si le gou­ver­ne­ment saou­dien est pour l’heure res­té si­len­cieux, des voix s’élèvent à Ryad pour ré­cla­mer une ré­ac­tion.

“Que se pas­se­rait-il si l’ara­bie saou­dite ge­lait sa co­opé­ra­tion avec les Etats-unis en ma­tière d’an­ti-ter­ro­risme en ré­ponse à (la loi) JAS­TA”, de­mande sur Twit­ter Sal­mane al Do­sa­ry, ré­dac­teur en chef du quo­ti­dien pan­arabe saou­dien Al Sharq al Aw­sat. Si la loi JAS­TA ne risque guère d’avoir à court terme des ré­per­cus­sions ma­jeures sur les re­la­tions amé­ri­ca­no-saou­diennes, elle s’ins­crit dans un contexte plus large de ten­sions entre l’ara­bie saou­dite et les Etatsu­nis. La mé­fiance des Saou­diens à l’égard des amé­ri­cains est crois­sante, l’ara­bie saou­dite re­dou­tant no­tam­ment que les Etats-unis se rap­prochent de plus en plus de l’iran, son grand ad­ver­saire ré­gio­nal. Ryad re­grette en outre les po­si­tions adop­tées à Wa­shing­ton sur le conflit sy­rien et sur les autres crises que tra­verse le monde arabe. “Cette loi est le re­flet d’une cam­pagne an­ti-saou­dienne. Il est temps de s’éloi­gner quelque peu de l’amé­rique”, es­time Ab­doul­kha­lek Ab­dul­lah, ana­lyste po­li­tique aux Emi­rats arabes unis. Cer­tains ob­ser­va­teurs po­li­tiques re­doutent que Ryad ri­poste en ré­dui­sant ses échanges com­mer­ciaux avec les Etats-unis ou li­mite sa co­opé­ra­tion en ma­tière de sé­cu­ri­té. Theo­dore Ka­ra­sik, du ca­bi­net d’étude Gulf State Ana­ly­tics, es­time ain­si sur le site in­ter­net d’al Ara­biya que la loi JAS­TA risque de dé­clen­cher une “tem­pête ju­di­ciaire sus­cep­tible de sa­per les re­la­tions po­li­tique à un mo­ment où des liens forts sont né­ces­saires pour com­battre le ter­ro­risme”.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.