«Après tout ce que j’ai fait pour mon club, je ne mé­rite pas d’être in­sul­té !»

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Rid­ha Char­fed­dine dé­mis­sionne :

L’in­for­ma­tion, telle une trai­né de poudre a fait le tour de la ville. Contre toute at­tente et à la sur­prise gé­né­rale, Rid­ha Char­fed­dine, le pré­sident de L’ESS dé­mis­sionne de ses fonc­tions après avoir réuni les membres de son bu­reau di­rec­teur. L’in­for­ma­tion est re­layée apr un com­mu­ni­qué en bonne et due forme si­gné par le se­cré­taire gé­né­ral du club, Adel Guith. Pour une sur­prise c’en est une. Mais que s’est-il pas­sé pour que l’homme puisse ré­agir d’une ma­nière su­bite sans lais­ser en­tre­voir des signes. En réa­li­té, les in­dices n’ont ja­mais man­qué et le pres­sen­ti­ment est bien réel. De re­tour du Con­go, (Char­fed­dine n’y était pas du voyage), le chef de la dé­lé­ga­tion et vice-pré­sident du club, Dr Jal­lel Kri­fa ain­si que le tré­so­rier gé­né­ral Rid­ha Ghoz­zi ont sou­mis au pré­sident de L’ESS un rap­port pour le moins «gra­ti­né» sur le voyage du Con­go. En ef­fet, il res­sort de ce rap­port que les quelques sup­por­ters qui étaient du voyage sur les frais du club ont été à l’ori­gine de faits graves tant à Lum­mum­ba­shi (en s’en pre­nant car­ré­ment au per­son­nel de l’am­bas­sade de Tu­ni­sie au Con­go) qu’en avion sur le che­min de re­tour (des­truc­tion du ma­té­riel de l’avion sièges écran TV etc…). L’ex­pli­ca­tion ? Non contents de la pres­ta­tion de cer­tains joueurs sur le ter­rain, ces «in­dé­si­rables in­di­vi­dus» veulent en dé­coudre avec Acos­ta, Aleya entre-autre. Ces in­ci­dents sont tel­le­ment in­ha­bi­tuels et suf­fi­sam­ment at­ten­ta­toires à l’image du club que ces «éner­gu­mènes» pré­tendent ap­par­te­nir au groupe des Ul­tras « BR les bri­gades rouges » bien pré­sents dans les tra­vées du stade olym­pique de Sousse. Rap­pe­lons que l’un des fon­da­teurs de ce groupe, n’est autre que l’ac­tuel di­rec­teur exé­cu­tif du club, un cer­tain Hus­sein Je­nayeh.

D’ailleurs, n’est-ce pas sur ses re­com­man­da­tions per­son­nelles du di­rec­teur exé­cu­tif que ces per­sonnes voyagent sou­vent avec l’équipe de foot­ball « aux frais de la prin­cesse » ? Le plus mar­rant dans cette his­toire, c’est que l’un des membres de ces « bri­gades rouges » non content éga­le­ment d’être écar­té du der­nier voyage au Con­go n’a trou­vé mieux que de pro­fi­ter d’une réunion d’in­for­ma­tion avec les sites des sup­por­ters du club, pour in­sul­ter di­rec­te­ment en pu­blic et bous­cu­ler le pré­sident Char­fed­dine. C’en est trop. Mais ce n’est pas tout. Le pré­sident de l’etoile :« c’est quand moi je vends des ac­tions de ma so­cié­té pour ren­flouer les caisses du club cer­tains en re­vanche proches du club qui ne re­chignent pas à don­ner un seul di­nar à l’etoile se per­mettent d’ac­qué­rir les ac­tions de ma so­cié­té co­tée en bourse » En ef­fet, lors de cette réunion im­pro­vi­sée par le pré­sident de L’ESS, ce der­nier s’est mon­tré bien « re­mon­té » contre une «cer­taine cri­tique exa­gé­rée, acerbe, voire in­sul­tante » ten­dant, ajou­tet-il, « à dis­cré­di­ter tout le tra­vail ef­fec­tué de­puis quatre ans par le BD du club, avions-nous si vite ou­blié les sa­cri­fices fi­nan­ciers consen­tis de­puis notre prise en main du club. Seul je me dé­bat­tais pour sou­te­nir fi­nan­ciè­re­ment l’ac­ti­vi­té du club sans que les « pré­ten­dants amou­reux du club ne s’en émeuvent ». «Nos comptes sont sin­cères et cer­ti­fiés et nous n’avons pas à rou­gir de qui­conque, sa­chez du reste que de­puis si je sou­tiens le club c’est par amour à ce der­nier de­puis mon ar­ri­vée à la tête du club j’ai ver­sé à la caisse pra­ti­que­ment trente mil­lions de di­nars (30 Mil­lions DT) et mal­gré les pro­duits des ces­sions des joueurs je n’ai ré­cu­pé­ré au­cun cen­time ». Mais là où le bas blesse « c’est quand moi je vends des ac­tions de ma so­cié­té pour ren­flouer les caisses du club cer­tains en re­vanche proches du club qui ne re­chignent pas à don­ner un seul di­nar à l’etoile se per­mettent d’ac­qué­rir les ac­tions de ma so­cié­té co­tée en bourse ». En te­nant de tels pro­pos, le pré­sident de L’ESS était amer, to­ta­le­ment désap­poin­té la

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.