Wen­ger cé­lèbre 20 ans de règne à Ar­se­nal !

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Le ma­na­ger fran­çais fête ce sa­me­di deux dé­cen­nies pas­sées à la tête du club lon­do­nien. Une « sto­ry » rare dans le sport mo­derne.

Vingt ans. Une éter­ni­té dans le foot­ball mo­derne, im­pi­toyable théâtre d’en­jeux co­los­saux qui ne to­lère pas la dé­faite. « Je suis comme un di­no­saure, j’es­saie d’être com­pé­tent, loyal et de faire pro­gres­ser le club », a, dans un en­tre­tien à bein Sports, ré­su­mé Ar­sène Wen­ger. Le 1 oc­tobre 1996 (contrat de 3 ans, trans­fert de 2 mil­lions de livres), le tech­ni­cien fran­çais s’ins­crit comme le dix-neu­vième ma­na­ger d’ar­se­nal de­puis 1894. En pro­ve­nance de Na­goya (après avoir brillé à Mo­na­co), le dis­tin­gué Al­sa­cien ne s’avance pas sur un ta­pis rouge. Il voit dé­fer­ler une vague de mé­fiance, de dé­fiance, « Ar­sène who ? » (Ar­sène qui ?), qui s’ac­croche sur les man­chettes des jour­naux ou se fau­file dans les re­marques per­fides de ses ad­ver­saires, telles celles d’alex Fer­gu­son (« Que connaît-il du foot­ball an­glais en ve­nant du Ja­pon ? »). À l’époque, les ma­na­gers étran­gers in­carnent l’ex­cep­tion dans le cham­pion­nat an­glais. Ar­sène Wen­ger s’ins­crit dans le sillage du pion­nier tché­co­slo­vaque Jo­zef Ven­glos (à As­ton Villa en 1990). Sui­vront Jo­sé Mou­rin­ho, Sla­ven Bi­lic, Mau­ri­cio Po­chet­ti­no, Jür­gen Klopp ou Jo­sep Guar­dio­la. La Pre­mier League ne compte plus au­jourd’hui que quatre ma­na­gers an­glais, par­mi deux Gal­lois, un Ecos­sais, un Néer­lan­dais, un Al­le­mand, un Ar­gen­tin, un Croate, un Por­tu­gais, deux Fran­çais, deux Es­pa­gnols et quatre Ita­liens…

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.