Un lieu de sa­voir, une école de la vie

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Rym BENAROUS

Elle a le re­gard franc, sin­cère, cha­leu­reux et sur­tout bien­veillant. Elle a la larme fa­cile mais elle sait me­ner son pe­tit monde à la ba­guette, soit une main de fer dans un gant de ve­lours. Mo­nia Fer­si Ben Kram consacre tout son temps aux en­fants, à leur édu­ca­tion et à leur bien-être. A chaque nou­velle étape de sa vie, elle se fixe un seul et même ob­jec­tif: amé­lio­rer le quo­ti­dien des élèves que le ha­sard met sur son che­min et leur tra­cer la route pour un ave­nir meilleur. Mme Mo­nia est la di­rec­trice de l'école pri­maire « La ci­té nou­velle » à la Mar­sa qui livre dans cet éta­blis­se­ment sco­laire un va­leu­reux et cou­ra­geux com­bat contre l'igno­rance, l'in­cul­ture et l'in­ci­visme, mal­gré un manque fla­grant de moyens fi­nan­ciers.

Elle a le re­gard franc, sin­cère, cha­leu­reux et sur­tout bien­veillant. Elle a la larme fa­cile mais elle sait me­ner son pe­tit monde à la ba­guette, soit une main de fer dans un gant de ve­lours. Mo­nia Fer­si Ben Kram consacre tout son temps aux en­fants, à leur édu­ca­tion et à leur bien-être.

A chaque nou­velle étape de sa vie, elle se fixe un seul et même ob­jec­tif: amé­lio­rer le quo­ti­dien des élèves que le ha­sard met sur son che­min et leur tra­cer la route pour un ave­nir meilleur.

Mme Mo­nia est la di­rec­trice de l’école pri­maire « La ci­té nou­velle » à la Mar­sa qui livre dans cet éta­blis­se­ment sco­laire un va­leu­reux et cou­ra­geux com­bat contre l’igno­rance, l’in­cul­ture et l’in­ci­visme, mal­gré un manque fla­grant de moyens fi­nan­ciers. Mais grâce à sa vo­lon­té de fer, cette dame de coeur et d’es­prit, en­tou­rée de plu­sieurs par­te­naires édu­ca­tifs et as­so­cia­tifs, a bra­vé tous les obs­tacles pour faire de son école un es­pace unique de sa­voir, de culture, de di­ver­tis­se­ment et d’en­ga­ge­ment ci­toyen. Qui dit Mar­sa et Gam­marth, dit ban­lieue nord, quar­tiers chics et vil­las cos­sues. Mais qui vi­site pour la pre­mière fois l’école « La ci­té nou­velle » se­ra ra­pi­de­ment rat­tra­pé par la réa­li­té et sur­pris de dé­cou­vrir l’en­vers du dé­cor, du moins à l’ex­té­rieur de l’éta­blis­se­ment sco­laire. A proxi­mi­té, des ca­fés po­pu­laires, de pe­tits ma­ga­sins, de très mo­destes mai­sons et à l’ar­rière, une fo­rêt, pro­fonde, me­na­çante, dan­ge­reuse pour les en­fants qui s’y ré­fu­gient sou­vent pour y fu­mer des ci­ga­rettes à l’abri des re­gards ou s’y ca­cher de leurs pa­rents après une fugue. Mo­nia Ben Kram en sait quelque chose puis­qu’elle y va sou­vent pour ra­me­ner « ses » pe­tits chez eux et leur faire en­tendre rai­son.

La di­rec­trice consi­dère en ef­fet que tous les élèves de son école ain­si que leurs pe­tits frères, cou­sins et amis sont ses en­fants et elle se fait un de­voir de veiller à leur at­ti­tude et à leurs bonnes ma­nières même en de­hors des heures de cours. Elle nous avoue­ra que même ceux qui ont gran­di et sont par­tis au col­lège res­tent les bien­ve­nus dans l’en­ceinte de l’école et qu’ils y sont tou­jours cha­leu­reu­se­ment ac­cueillis.

C’est que pour elle, l’école est bien plus qu’un lieu de sa­voir et d’étude. C’est aus­si et sur­tout un lieu de par­tage de va­leurs hu­maines et d’ap­pren­tis­sage de la vie. C’est pour ces rai­sons no­tam­ment qu’en par­te­na­riat avec dif­fé­rents ac­teurs de la so­cié­té ci­vile et as­so­cia­tions dont « Tu­ni­sie re­cy­clage » et « Un sou­rire pour tous » et d’un com­mun ac­cord avec le corps en­sei­gnant, la di­rec­trice a op­té pour l’ins­tal­la­tion, dans la cour, d’un re­cy­cleur de pa­pier usa­gé ain­si que d’un conte­neur ser­vant à la col­lecte de bou­chons en plas­tique.

Une ma­nière lu­dique de sen­si­bi­li­ser les pe­tits à l’en­vi­ron­ne­ment et à la ci­toyen­ne­té.

Autre ini­tia­tive aus­si lu­dique que sym­pa­thique, les châ­teaux de sable. Consciente que, mal­gré la proxi­mi­té géo­gra­phique de la mer, plu­sieurs en­fants n’ont pas la chance d’al­ler na­ger en été, prin­ci­pa­le­ment par manque de moyens fi­nan­ciers. « Si mes élèves ne vont pas à la plage, c’est la plage qui vien­dra à eux ! », di­ra Mme Ben Kram qui s’em­ploie­ra à ra­me­ner du sable de plage dans la cour, pour le plus grand bon­heur des pe­tits qui pas­se­ront une dé­li­cieuse ma­ti­née à construire des châ­teaux de sable, sous le re­gard bien­veillant de leurs ma­mans. La di­rec­trice pense même ins­tal­ler une grande pis­cine gon­flable au fond de la cour pen­dant les pro­chaines va­cances es­ti­vales.

Si la ma­jo­ri­té des élèves tu­ni­siens ont re­pris le che­min de l’école en sep­tembre, ceux de « La ci­té nou­velle » ne l’ont presque pas quit­tée de tout l’été. Re­ce­vant au cours de l’an­née sco­laire pré­cé­dente la cir­cu­laire du mi­nis­tère de l’edu­ca­tion concer­nant les cours d’été, la di­rec­trice a vou­lu ten­ter l’ex­pé­rience dans son éta­blis­se­ment.

Mais faute de dis­po­ni­bi­li­té de la part des en­sei­gnants, Mme Ben Kram a failli se dé­cou­ra­ger, n’eût été l’in­ter­ven­tion de l’as­so­cia­tion « Kol­na Tounes » et par­ti­cu­liè­re­ment la com­mis­sion « Edu­ca­tion », à leur tête La­mia Ben Zid et Sou­fia Gued­da qui s’est en­ga­gée à pro­po­ser à ses membres d’as­su­rer les cours de fran­çais pour les dif­fé­rents ni­veaux sco­laires.

Et c’est ain­si que sur 277 élèves ins­crits à cette école, plus de 120 ont bé­né­fi­cié de cours in­ten­sifs en langue fran­çaise à rai­son de 2 séances heb­do­ma­daires et en ma­thé­ma­tiques. Bien que ne de­vant du­rer que deux heures, les cours se pro­lon­geaient très sou­vent, pour une rai­son très simple et pour­tant si stu­pé­fiante. Les en­fants ne vou­laient plus quit­ter les bancs de l’école ! Par­mi les bé­né­voles ayant par­ti­ci­pé à cette ex­pé­rience, Was­sim Joui­ni, un jeune fran­co­tu­ni­sien de 18 ans, vi­vant en France. Ve­nu pas­ser ses va­cances d’été en Tu­ni­sie, il a choi­si de consa­crer une par­tie de son temps libre aux en­fants. He­la Ben Has­sine, pro­fes­seur uni­ver­si­taire, s’est elle aus­si em­bar­quée dans cette aven­ture hu­maine qu’elle af­firme vou­loir re­nou­ve­ler à d’autres oc­ca­sions. « Je suis res­sor­tie en­ri­chie de cette ex­pé­rience. Cô­toyer ces pe­tits et leur trans­mettre une par­tie de mon sa­voir m’a pro­cu­ré un bon­heur im­mense. J’ai noué avec eux des liens spé­ciaux, uniques. Au fil des séances, nous avons ap­pris à mieux nous connaître, à fran­chir les bar­rières et à créer une sym­biose extraordinaire. Vi­ve­ment les pro­chaines va­cances pour d’autres cours de ren­for­ce­ment! », dé­clare-t-elle à ce pro­pos.

Pour Mo­nia Ben Kram, les membres de l’as­so­cia­tion Kol­na Tounes, les en­sei­gnants et les élèves de l’école « La ci­té nou­velle », l’aven­ture n’est pas prête de s’ar­rê­ter et d’am­bi­tieux pro­jets et par­te­na­riats sont ac­tuel­le­ment en cours d’étude. Tout a com­men­cé, au cours de la pré­cé­dente an­née sco­laire, avec l’ins­tal­la­tion d’une bi­blio­thèque au sein de l’école et le don de 700 livres dans le cadre de l’ac­tion com­mune avec l’as­so­cia­tion fran­çaise Bi­blio­nef. Kol­na Tounes am­bi­tionne ac­tuel­le­ment de construire une salle po­ly­va­lente dans l’école qui ser­vi­rait d’es­pace de ré­créa­tion, de culture et de lec­ture aux élèves et même d’amé­na­ger un pe­tit po­ta­ger dans le­quel les en­fants pour­raient plan­ter des fruits et lé­gumes qui leur ser­vi­ront de goû­ter une fois bien mûrs.

La di­rec­trice de l’école pré­voit éga­le­ment, pour les élèves de sixième an­née, la créa­tion d’un conte à par­tir du vo­ca­bu­laire ac­quis au cours des séances de fran­çais. Les élèves pour­ront ain­si par­ti­ci­per à des concours na­tio­naux et ten­ter de rem­por­ter d’im­por­tants prix.

Au­tant d’ini­tia­tives, de rêves et de pro­jets qui n’at­tendent que d’être concré­ti­sés à coup d’ef­fort, de vo­lon­té et d’am­bi­tion par­ta­gée.

Et ce n’est qu’unis, pe­tits et grands, main dans la main, que les édu­ca­teurs, pa­rents et mi­li­tants de la so­cié­té ci­vile as­su­re­ront un meilleur ave­nir aux en­fants et que le rêve de­vien­dra réa­li­té et que la Tu­ni­sie s’en sor­ti­ra. L’édu­ca­tion n’est-elle pas l’arme la plus re­dou­table contre tous les dan­gers qui guettent le pays ?

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.