Mar­seille en­terre son pro­jet de grande mos­quée

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Jean-claude Gaudin a ac­té hier l’aban­don, en rai­son des re­tards de paie­ment de ses pro­mo­teurs, de la construc­tion de la grande mos­quée de Mar­seille, dont la pre­mière pierre avait été po­sée en 2010 dans les quar­tiers nord de la ville. «Tout le monde a droit à son édi­fice cultuel pres­ti­gieux. En réa­li­té, dans ce dos­sier, l’ar­gent n’est ja­mais ar­ri­vé», a dit le maire (LR) de Mar­seille lors du conseil mu­ni­ci­pal.

L’édi­fice de­vait être éri­gé dans le XVE ar­ron­dis­se­ment, sur l’em­pla­ce­ment des an­ciens abat­toirs, et comp­ter par­mi les plus grands de France avec une salle de prière de 2.500 m2. La mos­quée de­vait ac­cueillir quelque 7.000 fi­dèles et com­prendre, outre la grande salle de prière, une école co­ra­nique, un res­tau­rant, une li­brai­rie et une bi­blio­thèque. D’un coût es­ti­mé à 22 mil­lions d’eu­ros, son inau­gu­ra­tion avait été pro­gram­mée pour la fin 2011 mais des dis­sen­sions au sein de la com­mu­nau­té mu­sul­mane de Mar­seille, prin­ci­pa­le­ment entre ses spon­sors al­gé­rien et ma­ro­cain, ont mi­né le pro­jet. Dans la ma­ti­née, le pré­sident du Conseil fran­çais du culte mu­sul­man (CFCM) Anouar Kbi­bech avait lan­cé un «ap­pel vi­brant» au maire de Mar­seille «pour lui dire qu’il y a des élé­ments po­si­tifs sur la table, que le CFCM est prêt à se mo­bi­li­ser pour faire re­dé­mar­rer le pro­jet». «Nous sommes à son en­tière dis­po­si­tion pour avan­cer en­semble», avait-il dit sur fran­cein­fo.

La mu­ni­ci­pa­li­té avait si­gné, fin 2007, avec l’as­so­cia­tion «La mos­quée de Mar­seille» un bail em­phy­téo­tique de 50 ans pour la mise à dis­po­si­tion d’un ter­rain de 8.600 m2, moyen­nant un loyer an­nuel de 24.000 eu­ros. C’est ce bail qui a été dé­non­cé hier par la mu­ni­ci­pa­li­té, qui s’ap­puie sur le fait que l’as­so­cia­tion n’a ver­sé que par­tiel­le­ment les loyers dus en 2013 et 2014. «Au­cune somme n’a été ver­sée par l’as­so­cia­tion au titre de l’an­née 2015 de sorte que l’as­so­cia­tion était, au 31 dé­cembre 2015, dé­bi­trice de plus de 62.000 eu­ros», a pré­ci­sé la mu­ni­ci­pa­li­té.

L’as­so­cia­tion s’était éga­le­ment en­ga­gée contrac­tuel­le­ment à réa­li­ser les tra­vaux dans un dé­lai de sept ans après l’ob­ten­tion des au­to­ri­sa­tions ad­mi­nis­tra­tives. Le per­mis de construire a été dé­li­vré en sep­tembre 2009 et la déclaration d’ou­ver­ture du chan­tier, en date du 19 juin 2013, n’a pas été sui­vie de tra­vaux si­gni­fi­ca­tifs. La mai­rie a fait consta­ter l’ab­sence de réa­li­sa­tion à la fin du mois de sep­tembre pour ré­si­lier le bail de fa­çon uni­la­té­rale. «J’ai honte pour ma ville. Si on avait fait cette mos­quée, on n’au­rait pas cer­tains lieux de culte dans les caves, maî­tri­sés ou pas. Nous avons tous in­té­rêt à ce que les choses s’apaisent et ne s’en­ve­niment pas», a dit Sa­mia Gha­li, sé­na­trice et maire so­cia­liste des XV et XVIE ar­ron­dis­se­ments de Mar­seille. «Je suis fier d’avoir épar­gné ce­la à la ville», a quant à lui ré­pon­du Sté­phane Ra­vier, sé­na­teur et maire Front na­tio­nal des XIII et XIVE ar­ron­dis­se­ment de la ville. Le FN avait in­tro­duit des re­cours pour s’op­po­ser au pro­jet. Mar­seille compte au­jourd’hui en­vi­ron 70 lieux de prières, dont au­cun n’a une di­men­sion sym­bo­lique, pour ac­cueillir les 200.000 per­sonnes de confes­sion mu­sul­mane de la ville, soit le quart de la po­pu­la­tion mar­seillaise.

Le pro­jet de mos­quée à Mar­seille

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.