Brad Pitt, un père “à la fran­çaise”

Le Temps (Tunisia) - - Magazine -

Brad Pitt est-il un père violent? C'est ce que laisse en­tendre An­ge­li­na Jo­lie de­puis l'an­nonce de son di­vorce. Mais pour les per­sonnes qui ont cô­toyé l'ac­teur de près, Brad Pitt n'est pas un mau­vais père, au contraire. L'un de ses an­ciens em­ployés de Mi­ra­val, dans le sud de la France, ra­conte au magazine Clo­ser le Brad Pitt qu'il a connu: Joueur, «simple et bon», et tou­jours très im­pli­qué dans l'édu­ca­tion de ses en­fants. De­puis l'an­nonce du di­vorce entre Brad Pitt et An­ge­li­na Jo­lie, la même his­toire re­vient. Brad Pitt au­rait été violent avec son fils Mad­dox à bord du jet pri­vé fa­mi­lial. Une at­ti­tude qui au­rait pous­sé An­ge­li­na Jo­lie à le quit­ter. Cette ru­meur, ac­com­pa­gnée de dé­tails sur sa consom­ma­tion d'al­cool et de drogues, dressent un portrait peu flat­teur de Brad Pitt. Mais pour ses proches, ce Brad Pitt violent n'est pas ce­lui qu'ils ont connu. Pour ses an­ciens em­ployés non plus, Brad Pitt n'a rien d'un mau­vais père. Un an­cien sa­la­rié du couple au do­maine de Mi­ra­val, dans le sud de la France, a confié au magazine Clo­ser que l'image qui est dé­peinte de Brad Pitt dans la presse n'est pas celle qu'il a connu. Lui re­con­naît en la star de World War Z, un homme "simple et bon". «Il jouait beau­coup avec ses en­fants. On les voyait s'amu­ser comme des fous et on les en­ten­dait rire aux éclats… ». Lorsque tout va bien, Brad Pitt est donc un père ai­mant. L'an­cien em­ployé du couple se souvient éga­le­ment que l'ac­teur pre­nait son rôle de père très à coeur dans les mau­vais mo­ments, et que An­ge­li­na Jo­lie et lui n'em­ployaient pas les mêmes mé­thodes pour édu­quer leurs six en­fants, et no­tam­ment le jeune Mad­dox, qui «était dé­jà à l'époque une pe­tite ter­reur», se­lon lui.

"Brad est un père à la fran­çaise. Il n'hé­si­tait pas à re­prendre ses pe­tits et à éle­ver la voix, comme nous le fai­sons pour être obéis. Il po­sait des li­mites".

Quant à An­ge­li­na Jo­lie, elle avait «une ap­proche plus amé­ri­caine, plus 'en­fant roi'. Elle dis­cu­tait avec les en­fants, es­sayait de leur faire en­tendre rai­son, mais sans sé­vir».

Deux vi­sions de l'édu­ca­tion pa­ren­tale in­con­ci­liables, qui ont eu rai­son de leur amour. Brad Pitt et An­ge­li­na Jo­lie semblent tous les deux s'in­ves­tir dans leurs rôles de pa­rents.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.