Le concert des pleu­reuses…

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sa­mia HARRAR

Eri­gé en mur des la­men­ta­tions, his­toire d'être dans l'air du temps. Et dans le ton. In­tra­mu­ros c'est un sport na­tio­nal, qui fait du bien là où ça fait mal. Ou le contraire.

Eri­gé en mur des la­men­ta­tions, his­toire d’être dans l’air du temps. Et dans le ton. In­tra-mu­ros c’est un sport na­tio­nal, qui fait du bien là où ça fait mal. Ou le contraire. Bien des fois à rai­son, bien des fois à tort, car ce­la tangue grave sur la frêle em­bar­ca­tion Tu­ni­sie, bal­lo­tée par un vent et son contraire, à qui mieux­mieux d’ailleurs, jus­qu’à ce que se pro­file à l’ho­ri­zon la pos­si­bi­li­té d’une île comme di­rait l’autre. Ou un ice­berg. Pas de sou­ci, aguer­rie dans l’art de les contour­ner, la frêle em­bar­ca­tion ne fe­ra pas nau­frage. Mais le concert des pleu­reuses adore s’écou­ter pleu­rer. Ça le conforte dans l’idée que ce­lui qui ne tente rien pour­ra tou­jours se la cou­ler douce, en se mou­chant bruyam­ment dans son mi­roir par à-coups, his­toire de faire bonne fi­gure. En fai­sant tâche dans le pay­sage? Certes pas, car tout le monde semble s’être don­né le mot, pour chan­ter, tou­jours d’une voix de faus­set, le même tem­po. Ça évite de se creu­ser les mé­ninges pour ten­ter de pal­lier sé­rieu­se­ment aux manques. Et es­sayer d’en dé­coudre. Alors du coup, il se lâche sur le même air lan­ci­nant et las­sant. Et stu­peur et trem­ble­ments, il n’épuise pas le re­frain. C’est dire qu’il est co­riace! Non, il ne lâ­che­ra pas le mor­ceau. C’est sa pa­rade, son self-dé­fense, sa mas­sue et son ar­gu­ment. Son truc en plumes. En­fin ça y res­semble… Pen­dant ce temps, le bon peuple aux aguets, en at­tente d’une quel­conque em­bel­lie, il doit faire quoi au juste? Ap­plau­dir à tout rompre l’an­nonce de la fin du monde, les ca­rottes étant cuites et aus­si les ha­ri­cots, ou faire ha­ra-ki­ri pour ne pas dé­men­tir les pro­nos­tics hors urnes? Il est vrai qu’il n’a pas à s’en faire: il y au­ra tou­jours une âme cha­ri­table qui au­ra la dé­li­ca­tesse, de lui as­sé­ner, pour que s’ar­rête la chan­son, ce coup de grâce qui le li­bè­re­ra de ses éter­nels ques­tion­ne­ments. «T’en fais pas mon pe­tit loup…

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.