Le plan de dé­ve­lop­pe­ment 2016-2020 né­ces­site 60 mil­liards de dol­lars

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

Le plan quin­quen­nal de dé­ve­lop­pe­ment 2016-2020 né­ces­site des in­ves­tis­se­ments de l’ordre de 60 mil­liards de dol­lars, soit en­vi­ron 120 mil­liards de di­nars, a af­fir­mé à Wa­shing­ton, le mi­nistre de Dé­ve­lop­pe­ment, de l’in­ves­tis­se­ment et de la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale Mo­ha­med Fadhel Ab­del­ke­fi. Ces in­ves­tis­se­ments se­ront ré­par­tis entre 60% pour les pro­jets pri­vés et 40% pour les pro­jets pu­blics, a ajou­té le mi­nistre, dans une dé­cla­ra­tion à l’agence TAP, en marge de la confé­rence or­ga­ni­sée, avant-hier, dans la ca­pi­tale amé­ri­caine, par la Tu­ni­sie, pour la pro­mo­tion de la confé­rence in­ter­na­tio­nale sur l’in­ves­tis- se­ment pré­vue les 29 et 30 no­vembre 2016, à Tu­nis. Le Fo­rum per­met­tra, se­lon Ab­del­ke­fi, de pro­mou­voir l’éco­no­mie tu­ni­sienne et d’im­pul­ser le taux de croissance, le­quel s’est ba­sé, es­sen­tiel­le­ment, du­rant les cinq der­nières an­nées, sur l’aug­men­ta­tion des sa­laires dans la fonc­tion pu­blique (pas­sant de 6,5 mil­liards de di­nars à 13 mil­liards de di­nars), ce qui a ag­gra­vé le dé­fi­cit des fi­nances pu­bliques. Ain­si, le vo­lume de l’en­det­te­ment s’est ac­cru de­puis 2010, pas­sant de 25 mil­liards de di­nars à 55 mil­liards de di­nars, outre l’ag­gra­va­tion du dé­fi­cit du bud­get de l’etat à 6,5%, du PIB, a rap­pe­lé le mi­nistre.

D’après le res­pon­sable, la Tu­ni­sie doit axer ses ef­forts sur le ren­for­ce­ment des in­ves­tis­se­ments pu­blics et pri­vés et sur la pro­mo­tion de l’in­ves­tis­se­ment étran­ger, met­tant l’ac­cent sur les ef­forts dé­ployés par le pays, en vue d’amé­lio­rer le cli­mat d’af­faires, à tra­vers la pro­mul­ga­tion d’une nou­velle loi sur l’in­ves­tis­se­ment et l’éla­bo­ra­tion d’un pro­jet de loi sur les dis­po­si­tions ex­cep­tion­nelles pour ac­cé­lé­rer la réa­li­sa­tion de grands pro­jets. Ce pro­jet de loi per­met­tra de sim­pli­fier les pro­cé­dures ad­mi­nis­tra­tives re­la­tives à la réa­li­sa­tion des pro­jets pu­blics prio­ri­taires dont le vo­lume d’in­ves­tis­se­ment dé­passe les 50 mil­lions de di­nars et/ou dont la ca­pa­ci­té de gé­né­ra­tion d’em­plois égale ou dé­passe les 500 postes, a-t-il ajou­té.

«Il est im­pé­ra­tif d’être conscient de la nécessité d’in­ves­tir dans les dif­fé­rents sec­teurs d’ac­ti­vi­té et d’at­ti­rer da­van­tage de nou­veaux in­ves­tis­seurs étran­gers afin de sor­tir du sta­tu quo mar­quant l’éco­no­mie tu­ni­sienne «, se­lon ses propos. De­puis la ré­vo­lu­tion, 2000 so­cié­tés ont fer­mé leurs portes, dont 600 so­cié­tés étran­gères qui ont trans­fé­ré leurs ac­ti­vi­tés vers des pays concur­rents tel que le Ma­roc, a-t-il dit. Plus de 1000 per­son­na­li­tés po­li­tiques et éco­no­miques re­pré­sen­tant des mul­ti­na­tio­nales et des ins­ti­tu­tions de fi­nan­ce­ment par­te­naires de la Tu­ni­sie sont at­ten­dus à la confé­rence sur l’in­ves­tis­se­ment, d’après le mi­nistre.

Mo­ha­med Fadhel Ab­del­ke­fi

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.