L’ac­cu­sée in­ci­nère ses vic­times dans la chau­dière

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Societe -

Faits di­vers dans le monde

En 2012, Une qua­dra­gé­naire avait ac­cou­ché chez elle, en­fer­mée dans la salle de bains. Elle avait en­suite étouf­fé le nou­veau-né non dé­si­ré de ses mains. Le pe­tit ca­davre, dé­po­sé dans un lo­cal ser­vant au sto­ckage des pro­duits phy­to­sa­ni­taire, avait en­suite été en­ter­ré dans le jar­din avant d’être sor­ti de terre quelques se­maines plus tard pour être in­ci­né­ré dans la chau­dière de la mai­son. Les ana­lyses des ré­si­dus cal­ci­nés du foyer avaient per­mis de dé­cou­vrir les restes d’un autre nou­veau-né que la qua­dra­gé­naire re­con­nais­sait avoir tué à la nais­sance sept ans plus tôt. Ch­ris­telle, agri­cul­trice de Saint-ro­main­la­chalm qui a re­con­nu son for­fait a com­pa­ru der­niè­re­ment de­vant la Cour d’as­sises ain­si que son com­pa­gnon et gé­ni­teur de ses en­fants.

Dé­cla­rant tout igno­rer de la gros­sesse de 2005, Jean-marc, il com­pa­rais­sait, quant à lui, pour le dé­lit de non-as­sis­tance à per­sonne en dan­ger. La justice lui re­proche de n’avoir rien ten­té lors de l’ac­cou­che­ment de 2012. Après un dé­li­bé­ré de plus de 5 heures, les ma­gis­trats et les ju­rés sont re­ve­nus avec un ver­dict de culpa­bi­li­té contre cette mère de quatre en­fants ac­cu­sée de deux néo­na­ti­cides. Elle est condam­née à 5 ans de pri­son dont deux an­nées ferme. Une peine amé­na­geable as­sez ra­pi­de­ment compte te­nu de la dé­ten­tion pro­vi­soire dé­jà ef­fec­tuée. Quant au père, il est condam­né à deux ans de pri­son dont 1 an­née ferme (peine éga­le­ment amé­na­geable).

La cour a, par ailleurs, re­je­té la dé­chéance de l’au­to­ri­té pa­ren­tale re­quise par le mi­nis­tère pu­blic. Du­rant ce pro­cès, le couple était dé­crit comme des bêtes de somme sur l’ex­ploi­ta­tion lai­tière, de ca­nards et de fruits rouges. Homme violent, très exi­geant dans le tra­vail et im­pul­sif, le chef de fa­mille était aus­si connu pour ses crises de vio­lences. Les coups in­fli­gés à sa com­pagne, y com­pris au cours de ses dif­fé­rentes gros­sesses, l’agri­cul­teur les re­con­naît. Ce­la lui a d’ailleurs va­lu une condam­na­tion pour vio­lences ha­bi­tuelles par concu­bin (un an de pri­son ferme) en dé­cembre 2012.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.