Un sec­teur à la dé­rive

■ Les avi­cul­teurs pro­testent de­vant le mi­nis­tère de l’agri­cul­ture

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

A l'oc­ca­sion d'un ras­sem­ble­ment de pro­tes­ta­tion or­ga­ni­sé, hier, par la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des avi­cul­teurs de­vant le siège du mi­nis­tère de l'agri­cul­ture et des Res­sources hy­drau­liques à Tu­nis, le Se­cré­taire gé­né­ral de la Fé­dé­ra­tion Fa­thi Ben Kha­li­fa, nous a dé­cla­ré que la si­tua­tion des avi­cul­teurs em­pire de jour en jour et que leur sec­teur est me­na­cé d'ef­fon­dre­ment faute d'in­ter­ven­tion ra­pide de la part de l'ad­mi­nis­tra­tion et des au­to­ri­tés concer­nées pour le sau­ver. Il a jou­té que 4 ou 5 avi­cul­teurs ont fui à l'étran­ger pour s'être vus in­ca­pables de ré­gler les pro­blèmes fi­nan­ciers aux­quels ils se sont trou­vé confron­tés, tan­dis que d'autres ont été em­pri­son­nés alors qu'un avi­cul­teur est mort en voyant son en­tre­prise s'ef­fon­drer alors qu'elle était au­pa­ra­vant pros­père.

A l’oc­ca­sion d’un ras­sem­ble­ment de pro­tes­ta­tion or­ga­ni­sé, hier, par la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des avi­cul­teurs de­vant le siège du mi­nis­tère de l’agri­cul­ture et des Res­sources hy­drau­liques à Tu­nis, le Se­cré­taire gé­né­ral de la Fé­dé­ra­tion Fa­thi Ben Kha­li­fa, nous a dé­cla­ré que la si­tua­tion des avi­cul­teurs em­pire de jour en jour et que leur sec­teur est me­na­cé d’ef­fon­dre­ment faute d’in­ter­ven­tion ra­pide de la part de l’ad­mi­nis­tra­tion et des au­to­ri­tés concer­nées pour le sau­ver.

Il a jou­té que 4 ou 5 avi­cul­teurs ont fui à l’étran­ger pour s’être vus in­ca­pables de ré­gler les pro­blèmes fi­nan­ciers aux­quels ils se sont trou­vé confron­tés, tan­dis que d’autres ont été em­pri­son­nés alors qu’un avi­cul­teur est mort en voyant son en­tre­prise s’ef­fon­drer alors qu’elle était au­pa­ra­vant pros­père.

Il a no­té que la crise a pour ori­gine une aug­men­ta­tion de la pro­duc­tion dé­pas­sant les be­soins du mar­ché lo­cal, ce qui a en­traî­né un ef­fon­dre­ment des prix à la pro­duc­tion, c’est-à-dire les prix que les avi­cul­teurs ap­pliquent en ven­dant leur pro­duc­tion aux com­mer­çants, de sorte que les avi­cul­teurs vendent à des prix in­fé­rieurs au coût de la pro­duc­tion. Ain­si, le coût de pro­duc­tion du pou­let vi­vant at­teint 2 di­nars 700 le ki­lo et les avi­cul­teurs le vendent aux com­mer­çants à moins de 2 di­nars, alors que son prix à la consom­ma­tion au grand pu­blic at­teint et dé­passe 5 di­nars, et il en va de même pour la viande de dinde et les oeufs que les avi­cul­teurs vendent aux com­mer­çants à des prix in­fé­rieurs au coût de pro­duc­tion. Ce­pen­dant, la cause, a-t-il dit, a été la li­bé­ra­tion du sec­teur, il y a en­vi­ron 5 ans, sans prendre au préa­lable les me­sures né­ces­saires pour as­su­rer la réus­site de l’opé­ra­tion. Elle a été dé­ci­dée à la suite de fausses in­di­ca­tions de la part de quelques lob­bys in­fluents sous pré­texte qu’il y avait de grandes op­por­tu­ni­tés d’ex­por­ta­tion. En consé­quence, la pro­duc­tion a aug­men­té beau­coup, en­re­gis­trant des ex­cé­dents.

S’agis­sant des re­ven­di­ca­tions des avi­cul­teurs, le Se­cré­taire gé­né­ral de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des avi­cul­teurs qui re­lève de l’union tu­ni­sienne de l’agri­cul­ture et de la pêche, a rap­pe­lé qu’il a été pro­cé­dé dé­jà à la créa­tion d’une com­mis­sion tech­nique na­tio­nale à ca­rac­tère consul­ta­tif pour as­su­rer le sui­vi du sec­teur de la pro­duc­tion avi­cole et elle a pré­sen­té, à cet ef­fet, un plan aux au­to­ri­tés concer­nées et à l’ad­mi­nis­tra­tion pour sau­ver le sec­teur dont le coût at­teint 10 mil­lions di­nars alors que les pertes pré­vues du sec­teur en cas où ce plan ne se­ra pas ap­pli­qué at­tein­dront 535 mil­lions di­nars du­rant les deux pro­chaines an­nées. Des pro­po­si­tions ont été aus­si faites pour ré­sor­ber les ex­cé­dents au moyen du sto­ckage, soit le sto­ckage de 60 mil­lions oeufs, 1000 tonnes de pou­let vi­vant, 1000 tonnes de viande de dinde, outre l’abat­tage d’un mil­lion et 200 mille pon­deuses et la ré­gu­la­ri­sa­tion de l’en­det­te­ment du sec­teur confor­mé­ment à ce que le gou­ver­ne­ment a dé­ci­dé en sep­tembre 2015. De son cô­té, M’naouer Sghi­ri, res­pon­sable à l’uni­té de pro­duc­tion ani­male à L’UTAP, a si­gna­lé la re­cru­des­cence des opé­ra­tions de spé­cu­la­tion aux­quelles re­courent les grandes en­tre­prises opé­rant dans le sec­teur avi­cole, et ce en s’abs­te­nant d’écou­ler di­rec­te­ment leur pro­duc­tion à tra­vers les abat­toirs et en re­cou­rant au do­ping du mar­ché, à tra­vers l’ap­pli­ca­tion de prix de vente in­fé­rieurs aux prix conve­nus.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.