Ré­con­ci­lia­tion et re­trait de la plainte

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Societe -

In­cen­diaires du siège d’en­nahd­ha à Mé­de­nine

Les jeunes ac­cu­sés d’avoir in­cen­dié le siège d’en­nahd­ha en juillet 2013, juste après l’as­sas­si­nat de Mo­ha­med Brah­mi, ont com­pa­ru der­niè­re­ment de­vant le tri­bu­nal de pre­mière ins­tance de Mé­de­nine . En­nahd­ha avait alors dé­po­sé plainte contre des ac­ti­vistes de la so­cié­té ci­vile, des syn­di­ca­listes et des po­li­ti­ciens de Ben Guer­dane. Un PV de ré­con­ci­lia­tion a été si­gné hier 11 oc­tobre à Ben Guer­dane par le bu­reau du mou­ve­ment En­nahd­ha, qui a re­ti­ré sa plainte dé­po­sée ul­té­rieu­re­ment.

Tou­te­fois le re­trait de plainte par la par­tie ci­vile n’éteint pas l’ac­tion pu­blique, mais le tri­bu­nal pour­rait en te­nir compte pour ac­cor­der aux ac­cu­sés les cir­cons­tances at­té­nuantes. Y com­pris que le fait pour les ac­cu­sés de se ba­ser sur le re­trait de plainte pour de­man­der la clé­mence du juge, est une re­con­nais­sance ta­cite des faits in­cri­mi­nés. Le der­nier mot reste au juge qui dé­ci­de­ra en ver­tu de la loi et se­lon son in­time convic­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.