Le pa­tro­nat aver­tit contre le risque d'étran­gle­ment de l'en­tre­prise !

Im­pôt ex­cep­tion­nel sur le re­ve­nu des so­cié­tés et augmentations sa­la­riales

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Wa­lid KHEFIFI

L'union tu­ni­sienne de l'in­dus­trie, du com­merce et de l'ar­ti­sa­nat (UTI­CA) a es­ti­mé, hier, que les en­tre­prises pri­vées sont dans l'in­ca­pa­ci­té de sup­por­ter si­mul­ta­né­ment une aug­men­ta­tion de l'im­pôt au titre de con­tri­bu­tion ex­cep­tion­nelle au bud­get de l'etat en 2017 et d'ac­cor­der des augmentations sa­la­riales. «Nos en­tre­prises pri­vées ne sont pas en me­sure de sup­por­ter une hausse de l'im­pôt et une ma­jo­ra­tion des sa­laires puis­qu'elles souffrent dé­jà des ré­per­cus­sions né­fastes de la crise éco­no­mique que tra­verse notre pays», a dé­cla­ré Kha­lil Gha­ria­ni, le pré­sident de la com­mis­sion des af­faires so­ciales au sein de l'or­ga­ni­sa­tion pa­tro­nale.

L’union tu­ni­sienne de l’in­dus­trie, du com­merce et de l’ar­ti­sa­nat (UTI­CA) a es­ti­mé, hier, que les en­tre­prises pri­vées sont dans l’in­ca­pa­ci­té de sup­por­ter si­mul­ta­né­ment une aug­men­ta­tion de l’im­pôt au titre de con­tri­bu­tion ex­cep­tion­nelle au bud­get de l’etat en 2017 et d’ac­cor­der des augmentations sa­la­riales. «Nos en­tre­prises pri­vées ne sont pas en me­sure de sup­por­ter une hausse de l’im­pôt et une ma­jo­ra­tion des sa­laires puis­qu’elles souffrent dé­jà des ré­per­cus­sions né­fastes de la crise éco­no­mique que tra­verse notre pays», a dé­cla­ré Kha­lil Gha­ria­ni, le pré­sident de la com­mis­sion des af­faires so­ciales au sein de l’or­ga­ni­sa­tion pa­tro­nale. «Avant la pro­po­si­tion chef du gou­ver­ne­ment Yous­sef Cha­hed d’ d’aug­men­ter le taux d’im­po­si­tion des so­cié­tés de 7,5%, nous étions dé­jà ré­ti­cents au su­jet de l’ou­ver­ture d’un nou­veau round de né­go­cia­tions sur la ma­jo­ra­tion des sa­laires au re­gard de la conjonc­ture éco­no­mique maus­sade », a-t-il ajoute sur les ondes de la ra­dio éco­no­mique Express FM. M. Gha­ria­ni a éga­le­ment mis en gar­der contre un risque d’étran­gle­ment de l’en­tre­prise, qui condui­rait à un taux éle­vé de dé­pôts de bi­lans et de perte d’em­plois.

«Si tous les ac­teurs s’ac­cordent à dire que le pays est en pleine crise, il faut aus­si avouer que l’en­tre­prise res­sent for­cé­ment les ef­fets de cette crise. Et au cas où on met­trait trop de pres­sion sur l’en­tre­prise, on risque fort de l’étran­gler, de la pa­ra­ly­ser, voire même de la condam­ner à mort », a-t-il aver­ti», a-t-il aver­ti.

Membre du Bu­reau exé­cu­tif de L’UTI­CA, M. Gha­ria­ni a, par ailleurs, mis en doute l’ef­fet po­si­tif des augmentations des sa­laires sur le pou­voir d’achat. «Les augmentations sa­la­riales ne conduisent pas sys­té­ma­ti­que­ment à une amé­lio­ra­tion du pou­voir d’achat » . Pour rap­pel, L’UTI­CA s’est dé­cla­rée prête à contri­buer au bud­get de l’etat à tra­vers un im­pôt ex­cep­tion­nel et à mettre la main à la pâte en vue de tour­ner la page de la crise éco­no­mique et fi­nan­cière que tra­verse le pays.

Elle a ce­pen­dant in­sis­té sur la né­ces­si­té d’uti­li­ser les fonds qui se­raient col­lec­tés grâce à cette con­tri­bu­tion pour fi­nan­cer le dé­ve­lop­pe­ment, sti­mu­ler l’in­ves­tis­se­ment et créer des em­plois dans les ré­gions dé­fa­vo­ri­sées. L’or­ga­ni­sa­tion a éga­le­ment plai­dé pour l’élar­gis­se­ment de l’as­siette fis­cale afin de ne pas pé­na­li­ser outre me­sure des so­cié­tés qui peinent dé­jà à se re­dres­ser, la lutte éner­gique contre la contre­bande et le mar­ché pa­ral­lèle qui re­pré­sente dé­sor­mais plus de 50% de l’éco­no­mie tu­ni­sienne.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.