Tem­pête dans le mi­lieu lit­té­raire

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Si le co­mi­té No­bel vou­lait créer la sur­prise, c’est plus que réus­si. En dé­cer­nant son prix de lit­té­ra­ture au mu­si­cien Bob Dy­lan, l’aca­dé­mie sué­doise s’est of­fert un concert de louages mais aus­si une pluie de cri­tiques. Il faut dire que les mé­dias at­ten­daient plu­tôt des noms comme le poète Ado­nis ou des poids lourds comme Phi­lippe Roth ou Don Delillo. Mais le pres­ti­gieux prix est bien re­ve­nu au barde de Du­luth. «J’aime Dy­lan mais il n’a pas d’oeuvre» a lâ­ché Pierre As­sou­line, qui qua­li­fie cette dé­ci­sion de «bras d’hon­neur» à la lit­té­ra­ture. «Je trouve que l’aca­dé­mie sué­doise se ri­di­cu­lise. C’est mé­pri­sant pour les écri­vains». L’écri­vain écos­sais Ir­vine Welsh, au­teur no­tam­ment de Trains­pot­ting, par­tage cet avis. Sur son compte Twit­ter, le ro­man­cier a es­ti­mé que le prix at­tri­bué à Dy­lan, 75 ans, était le choix de «vieux hippies ba­ra­goui­nant aux pros­tates rances».

Quant au ro­man­cier et poète haï­tien Ma­ken­zy Or­cel, il évoque un «coup dur pour la lit­té­ra­ture». «C’est le mot lit­té­ra­ture qui pose pro­blème, ce n’est même pas Dy­lan lui-même. Par­ler de lit­té­ra­ture, c’est par­ler de tra­vail sur la langue, de construc­tion d’une oeuvre, pas de na­siller quelques chan­sons. S’il concède que «Dy­lan, c’est pas mal», il es­time que ‘on parle «du Prix No­bel de lit­té­ra­ture ! Qui a consa­cré Ca­mus, García Márquez, Oc­ta­vio Paz, Sa­ra­ma­go. Le monde chute ! Quel est le mes­sage ?» Le prix de l’hu­mour re­vient à l’écri­vain amé­ri­cain Ga­ry Sh­teyn­gart, qui soup­çonne l’aca­dé­mie d’avoir été par­ti­cu­liè­re­ment pa­res­seuses. «Je com­prends to­ta­le­ment le co­mi­té du No­bel» a-t-il iro­ni­sé. «C’est dur de lire des livres». D’autres grands noms ont en re­vanche sa­lué cette ré­com­pense. Sal­man Ru­sh­die a twee­té quelques heures après l’an­nonce : «D’or­phée à Faiz, la chan­son et la poé­sie ont tou­jours été liées. Dy­lan est l’hé­ri­tier brillant de la tra­di­tion des bardes. Ex­cellent choix». L’’aca­dé­mi­cien fran­çais Marc Lam­bron juge aus­si ce choix ex­cellent, qua­li­fiant le mu­si­cien amé­ri­cain de «Sha­kes­peare avec une gui­tare Fen­der.»

Et le prin­ci­pal in­té­res­sé dans tout ça ? Il n’a tou­jours rien dit, pré­fé­rant jouer de la gui­tare lors d’un concert à las Ve­gas.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.