Ver­rouillage

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Yosr GUERFEL AKKARI

Tan­dis que nos dé­ci­deurs s’échinent à lan­cer des ap­pels in­ces­sants aux in­ves­tis­seurs-semble-t-il peu en­clins- à mettre le pa­quet pour in­ves­tir dans un pays en pleine ef­fer­ves­cence po­li­ti­co­éco­no­mique et as­su­rer la re­lance tant es­pé­rée, la Banque Cen­trale de Tu­ni­sie vient de rendre pu­blic une cir­cu­laire adres­sée aux banques de la place. En ver­tu de cette cir­cu­laire les banques tu­ni­siennes sont te­nues de mettre en place dans un dé­lai bien pré­cis un sys­tème de no­ta­tion des contre­par­ties ou en­core des clients qui ne sont autres que les sou­ve­rains, les banques et les en­tre­prises. Ces dis­po­si­tions s’ins­crivent dans le cadre du pro­ces­sus de mo­der­ni­sa­tion et de re­struc­tu­ra­tion du sys­tème ban­caire et dans le cadre de la pré­pa­ra­tion des banques de se confor­mer aux règles de Bâle II. « Cette no­ta­tion in­terne doit jouer un rôle prin­ci­pal dans le pro­ces­sus d’oc­troi des cré­dits, la po­li­tique de ta­ri­fi­ca­tion ap­pli­quée aux clients, la po­li­tique de ges­tion des risques et dans l’al­lo­ca­tion in­terne des fonds propres en pré­pa­ra­tion de l’adop­tion de l’ap­proche ba­sée sur les no­ta­tions in­ternes de l’ac­cord de Bâle II », ex­plique la cir­cu­laire. Ces me­sures de­vront amé­lio­rer la so­li­di­té fi­nan­cière des ins­ti­tu­tions de cré­dits qui consti­tuent la lo­co­mo­tive de l’éco­no­mie na­tio­nale, amé­lio­rer le risque cré­dits et ré­duire le ra­tio des créances ac­cro­chées qui pèsent lour­de­ment sur la ren­ta­bi­li­té des ins­ti­tu­tions de cré­dits. Néan­moins et qui dit ren­for­ce­ment des me­sures de contrôle et ré­duc­tion de l’aver­sion des banques de la place aux dif­fé­rents risques qu’ils soient opé­ra­tion­nel, de cré­dit ou de fonds propres di­ra par ri­co­chet le ver­rouillage du ro­bi­net des cré­dits ban­caires. Le nou­veau sys­tème de no­ta­tion qui de­vra en­trer en vi­gueur en 2017 est de na­ture à dur­cir les condi­tions d’oc­troi des cré­dits no­tam­ment pour les en­tre­prises dé­jà en dif­fi­cul­té. Entre l’obli­ga­tion de se confor­mer aux règles Ba­loîs et l’ob­jec­tif d’ac­croître le fi­nan­ce­ment des en­tre­prises et d’im­pul­ser le rythme des in­ves­tis­se­ments pro­duc­tifs l’ar­bi­trage reste très dif­fi­cile à faire.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.