Ex­plo­sions sur deux sites BASF, un mort

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Al­le­magne

Une forte ex­plo­sion et un in­cen­die sur un site du géant al­le­mand de la chi­mie BASF ont fait hier un mort, six dis­pa­rus et six bles­sés graves dans la ville al­le­mande de Lud­wig­sha­fen. Elle ne pré­sente tou­te­fois "au­cun dan­ger" pour la po­pu­la­tion.

"Il y a un mort à dé­plo­rer (...) et au moins six dis­pa­rus", a dé­cla­ré à la presse un res­pon­sable de BASF, Uwe Lie­belt. Se­lon la po­lice, on compte aus­si "six bles­sés graves et un nombre en­core in­dé­ter­mi­né de bles­sés lé­gers". "Nous n'avons pas dé­ter­mi­né de dan­gers pour la po­pu­la­tion", a ajou­té M. Lie­belt au cours d'une confé­rence de presse. Au­cune éva­cua­tion n'a été or­don­née. Mais des nu­mé­ros de té­lé­phone d'ur­gence ain­si qu'un lieu d'in­for­ma­tion ont été mis en place par l'en­tre­prise al­le­mande. Un res­pon­sable des pom­piers, Pe­ter Frie­drich a aus­si ap­pe­lé par pré­cau­tion la po­pu­la­tion lo­cale à "res­ter à l'in­té­rieur des bâ­ti­ments jus­qu'à ce que l'in­cen­die soit éteint", des ha­bi­tants ayant de leur cô­té fait état d'ir­ri­ta­tions des voies res­pi­ra­toires.

En fin d'après-mi­di, l'in­cen­die fai­sait rage; une épaisse fu­mée noire s'éle­vait en­core au-des­sus du site in­dus­triel où l'ex­plo­sion a eu lieu à 11h20. Pe­ter Frie­drich, a dit es­pé­rer que l'in­cen­die puisse être maî­tri­sé "dans la soi­rée", mal­gré "l'in­cer­ti­tude sur la na­ture des gaz". Un autre ac­ci­dent, de moindre gra­vi­té, a eu lieu aus­si hier sur un autre site du groupe, à Lam­pe­r­heim. Quatre per­sonnes y ont été bles­sées, a fait sa­voir le groupe al­le­mand. BASF n'a pas connu d'ac­ci­dents de grande am­pleur de­puis des dé­cen­nies. Les drames les plus graves ont eu lieu en 1921 et en 1948, à Lud­wig­sha­fen. Dans le pre­mier, 585 per­sonnes ont pé­ri après une ex­plo­sion dans une usine d'am­mo­niac, le se­cond a fait 207 morts et quelque 3'800 bles­sés. La maire de Gar­misch-par­ten­kir­chen, une pe­tite sta­tion de ski bavaroise, a de­man­dé de l'aide à l'état de Ba­vière pour gé­rer une "si­tua­tion ex­plo­sive" créée par une re­cru­des­cence de cri­mi­na­li­té de la part de mi­grants. Elle ex­pose la si­tua­tion de la ville dans une lettre qui a fui­té dans la presse. En ef­fet, la maire, is­sue du par­ti so­cial-dé­mo­crate SPD, se plaint de "très graves pro­blèmes" et écrit que "l'ordre pu­blic et la sé­cu­ri­té" sont mis en dan­ger s'il n'y a pas d'ac­tion ra­pide. Dans la ville, le Centre Abrams, an­cien­ne­ment une ca­serne de l'ar­mée amé­ri­caine, hé­berge au­jourd'hui en­vi­ron 250 de­man­deurs d'asile. Si l'an­née dernière la plu­part d'entre eux étaient des fa­milles sy­riennes, au­jourd'hui en­vi­ron 150 sont d'ori­gine afri­caine, et 80% sont des jeunes hommes seuls. "La si­tua­tion s'em­pire de plus en plus de­puis plu­sieurs se­maines au­tour du centre d'en­re­gis­tre­ment Abrams", écrit-elle. Les oc­cu­pants ac­tuels de l'ins­tal­la­tion sont de­ve­nus "pro­blé­ma­tiques" et posent des pro­blèmes à "l'ordre pu­blic". La presse lo­cale a rap­por­té des com­bats, des agres­sions contre les biens et les per­sonnes, ain­si que des agres­sions sexuelles, no­tam­ment au sein du centre, bien que la po­lice ne les a pas confir­més. Les plaintes des ri­ve­rains se mul­ti­plient, et la maire pré­cise qu'elles ne viennent pas de groupes d'ex­trême-droite. "Ils nous ex­priment leurs dif­fi­cul­tés. Il y a de très graves pro­blèmes avec les ré­fu­giés à Gar­mi­sch­par­ten­kir­chen."

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.