«Re­chan­ter au Ba­ta­clan est «au-des­sus de mes forces»

Le Temps (Tunisia) - - Magazine -

Près d'un an après l'at­taque qui a fait 90 morts dans la salle de spec­tacles, le 13 no­vembre 2015, l'émo­tion est en­core trop forte. Dans une in­ter­view ac­cor­dée au Pa­ri­sien, Francis Ca­brel a confié ses ré­ti­cences à fou­ler de nou­veau la scène du Ba­ta­clan. Pour l'ar­tiste, re­chan­ter dans cette salle est «au-des­sus de ses forces». Il a re­fu­sé de jouer pour la ré­ou­ver­ture du Ba­ta­clan «Le len­de­main du Ba­ta­clan, on de­vait jouer à Com­piègne, mais per­sonne ne le pou­vait tel­le­ment l'émo­tion était forte», ex­plique dans un pre­mier temps Francis Ca­brel. «Après un tel drame, la vie n'est plus la même. Même si la ré­sis­tance doit éga­le­ment pas­ser par les spec­tacles. Il faut que l'on conti­nue à vivre comme on le veut, sans res­tric­tions».

Tou­te­fois, l'ar­tiste n'en­vi­sage pas de se pro­duire à nou­veau sur la scène du Ba­ta­clan, et a même re­fu­sé de par­ti­ci­per aux con­certs de ré­ou­ver­ture de la salle, un an après les at­ten­tats. «Un des res­pon­sables du Ba­ta­clan m'a ap­pe­lé et je lui ai ex­pli­qué que c'était trop d'émo­tion pour moi et que j'étais in­ca­pable de jouer dans cet en­droit. Je m'en ex­cuse, mais c'est au-de­là de mes forces», re­con­naît le chan­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.