Chas­sez le na­tu­rel, il re­vient au ga­lop !

Ra­ched Ghan­nou­chi rompt les pro­messes te­nues au 10e congrès

Le Temps (Tunisia) - - Proximite - Sal­ma BOURAOUI

En marge des tra­vaux du conseil de la Chou­ra, te­nus en fin de la se­maine der­nière, le chef du mou­ve­ment d’en­nahd­ha, Ra­ched Ghan­nou­chi, a dé­cla­ré à Mo­saïque FM, que les ter­ro­ristes du groupe Daech re­pré­sentent la réa­li­té d’un Is­lam en co­lère. Ex­pli­quant que l’on ne peut pas re­mettre en ques­tion la foi de quel­qu’un qui at­teste il n’y a de Dieu qu’al­lah, le chef d’en­nahd­ha a es­ti­mé que l’on peut, à la li­mite, consi­dé­rer que Daech sont fau­tifs, ex­tré­mistes mais pas mé­créants. Vingt-quatre après la mé­dia­ti­sa­tion de ces pro­pos po­lé­miques, le mou­ve­ment d’en­nahd­ha a émis un com­mu­ni­qué à tra­vers le­quel il a ex­pli­qué qu’étant don­né son ca­rac­tère po­li­tique, le mou­ve­ment n’a pas à émettre de ju­ge­ment de foi vis-à-vis d’au­cune par­tie et d’au­cun in­di­vi­du. Enn­hadha a in­sis­té sur le fait qu’il ne s’in­té­resse à la si­tua­tion na­tio­nale et in­ter­na­tio­nale qu’au ni­veau de ses as­pects po­li­tiques et non pas idéo­lo­giques. Par contre, le com­mu­ni­qué a ex­pli­ci­te­ment ac­cu­sé les mé­dias d’avoir sor­ti la dé­cla­ra­tion de son contexte ori­gi­nal. Cette ac­cu­sa­tion a eu une ré­ponse plu­tôt di­recte de la ra­dio concer­née qui a pu­blié, une nou­velle fois, l’en­re­gis­tre­ment so­nore. Plus tard dans la jour­née, une nou­velle dé­cla­ra­tion de Ra­ched Ghan­nou­chi a été pu­bliée sur la page of­fi­cielle du mou­ve­ment. Ghan­nou­chi y a ex­pri­mé sa condam­na­tion et son re­jet quant aux agis­se­ments de Daech tout en pré­ci­sant qu’il prè­fére ne pas s’ar­rê­ter à l’état de la dé­non­cia­tion et qu’il va tou­jours plus loin en cher­chant les causes qui poussent les ter­ro­ristes à agir de la sorte. S’éta­lant dans l’ex­pli­ca­tion, le chef d’en­nahd­ha a com­pa­ré les ter­ro­ristes à des plantes ma­lignes qui ne poussent que sur une terre d’où est chas­sé un peuple au pro­fit d’un autre peuple étran­ger. Com­pa­rant ce qui se passe en Irak et en Sy­rie à une purge re­li­gieuse – qui vi­se­rait à éra­di­quer les sun­nites au pro­fit des chiites – Ra­ched Ghan­nou­chi a ex­pri­mé son sou­la­ge­ment de voir la Tu­ni­sie épar­gnée de ce genre de conflit re­li­gieux.

Les ex­pli­ca­tions qui ont sui­vi la dé­cla­ra­tion en ques­tion sont en­core plus ré­vé­la­trices : par sa se­conde dé­cla­ra­tion, Ra­ched Ghan­nou­chi a fait tom­ber à l’eau tout ce qui a été dit par le com­mu­ni­qué d’en­nahd­ha. Tan­dis que le com­mu­ni­qué ex­plique que le mou­ve­ment se base dans ses éva­lua­tions na­tio­nales et na­tio­nales sur des don­nées concrètes, Ghan­nou­chi n’a par­lé qu’en termes re­li­gieux et idéo­lo­giques pour re­ve­nir sur la si­tua­tion en Irak et en Sy­rie. Par ailleurs, quand Ghan­nou­chi af­firme qu’il ne peut pas re­mettre en cause la foi de quel­qu’un qui at­teste il n’y a de Dieu qu’al­lah, il ou­blie cer­tai­ne­ment qu’il a fait exac­te­ment le contraire de ce qu’il avance au­jourd’hui lors du dé­cès de feu Ha­bib Bour­gui­ba : c’était lors d’un pas­sage té­lé­vi­sé que Ghan­nou­chi avait re­fu­sé de prier pour l’âme du com­bat­tant su­prême parce qu’il le consi­dé­rait comme un mé­créant. Mais, et comme il le ré­pète lui-même tout le temps, c’est le pré­sent qui nous in­té­resse le plus au­jourd’hui : ce même Ra­ched Ghan­nou­chi a fait le ser­ment, en mai der­nier, de ne plus ja­mais s’in­té­res­ser au vo­let re­li­gieux après que le dixième congrès du mou­ve­ment ait va­li­dé la sé­pa­ra­tion entre le po­li­tique et le re­li­gieux. Ce ser­ment lui a été ré­cem­ment rap­pe­lé par le pré­sident de la Ré­pu­blique qui l’a évo­qué, lors de son en­tre­tien avec Al Quods, en dé­cla­rant qu’il de­meure op­po­sé à l’is­lam po­li­tique. Il ne s’agit peut-être pas d’un dé­ra­page de la part de Ghan­nou­chi mais d’une ré­ponse à peine sub­tile adres­sée à Bé­ji Caïd Es­seb­si. Dans tous les cas de fi­gure, les pa­roles de Ghan­nou­chi sont on ne peut plus claires et per­sonne ne peut ex­pli­quer qu’elles ont été sor­ties de leur contexte.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.