«Notre handball est en crise, ce qui m’a in­ci­té à ten­ter une se­conde ex­pé­rience pour le sau­ver»

Ka­rim He­la­li can­di­dat à la pré­si­dence de la FTHB

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

La fé­dé­ra­tion tu­ni­sienne de handball tien­dra le 30 cou­rant son as­sem­blée gé­né­rale élec­tive. Deux listes en course dont celle conduite par Ka­rim Hé­la­li. L’autre étant conduite par Mou­rad Mes­ti­ri, le pré­sident sor­tant de l’ins­tance fé­dé­rale. Nous ac­cor­dons, au­jourd’hui, la pa­role à Ka­rim He­la­li en at­ten­dant une ré­ponse de l’autre par­tie à notre de­mande, une ré­ponse qui ne sau­ra tar­der à notre avis. Ka­rim He­la­li est na­tif du 06 mai 1970 (46 ans), ma­gis­trat au Conseil d’etat , ex-maire de la ville de l’aria­na et ac­tuel dé­pu­té à l’as­sem­blée des Re­pré­sen­tants du Peuple. Il a pra­ti­qué le handball de 1980 à 1993 à L’AS. Aria­na avant de faire ses pre­miers pas de res­pon­sable dans le do­maine du handball au sein de la ligue na­tio­nale de handball de 2002 à 2005. Membre fé­dé­ral cu­mu­lant au fil des an­nées 2007 à 2012 les charges in­hé­rentes au spon­so­ring, aux af­faires ju­ri­diques et porte pa­role de la FTHB. Et ce­rise sur le gâ­teau: son élec­tion à la pré­si­dence de cette même FTHB en 2012. Fé­dé­ra­tion qu’il quit­te­ra deux an­nées plus tard en dé­mis­sion­nant. Ka­rim He­la­li est ac­tuel­le­ment membre du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de L’IHF, et membre du tri­bu­nal du sport en Tu­ni­sie.

*Le Temps : Ve­nu pour une in­ter­view en tête à tête, je vous trouve en­tou­ré de quelques uns de vos co-lis­tiers. A qui dois-je m’adres­ser ? -K. He­la­li : Ils sont là pour m’ac­com­pa­gner à Za­ghouan dans le cadre de notre cam­pagne élec­to­rale, ils n’au­ront pas à in­ter­ve­nir.

par un fi­nan­ce­ment qua­si in­exis­tant, une ab­sence d’en­ca­dre­ment, un lais­ser al­ler dans la prise en charge de nos sé­lec­tions re­pré­sen­ta­tives et la liste est longue. La mau­vaise pres­ta­tion de notre équipe na­tio­nale Hommes aux der­niers JO de Rio est ve­nue confir­mer la crise aigue que connaît le

-On trouve bien ces sources de fi­nan­ce­ment pour al­ler faire de la fi­gu­ra­tion au der­nier congrès de la Con­fé­dé­ra­tion afri­caine dans la loin­taine Naï­ro­bi mais pas pour cou­vrir le moindre ras­sem­ble­ment d’une équipe na­tio­nale Dames li­vrée à elle-même. Vo­let sources de fi­nan­ce­ment, où sont pas­sés les spon­sors de la fé­dé­ra­tion ? Qu’a-t-on fait pour ré­ac­ti­ver les droits de trans­mis­sion de la com­pé­ti­tion na­tio­nale, autre source de fi­nan­ce­ment ? *A vous en­tendre évo­quer toutes ces pro­blèmes, ne pen­sez-vous pas que la si­tua­tion est tel­le­ment dé­li­cate qu’il est qua­si im­pos­sible de la re­mettre sur la bonne voie, celle du sa­lut ?

-Si j’ai pris la dé­ci­sion de ten­ter cette nou­velle ex­pé­rience, c’est que j’ai foi en mes ca­pa­ci­tés de re­le­ver et de ga­gner ce dé­fi. Je me suis en­tou­ré d’un groupe de per­son­na­li­tés rom­pues aux choses du handball dont l’ex­pé­rience n’est plus à dé­mon­trer. Une équipe re­nou­ve­lée à 90% com­po­sée de poids lourds au pro­fil in­té­res­sant. Les en­cou­ra­ge­ments et l’ap­port pro­mis par les par­ties que nous avons ren­con­trées lors de notre cam­pagne élec­to­rale nous in­citent à croire ferme que nous al­lons réus­sir dans notre mis­sion consis­tant à faire re­dé­mar­rer un handball qui a beau­coup don­né au sport na­tio­nal. *Quelles sont les pre­mières ac­tions à en­tre­prendre en cas de vic­toire aux élec­tions du 30 oc­tobre ? -Com­men­cer par in­vi­ter en Tu­ni­sie les pré­si­dents de la fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale et de la con­fé­dé­ra­tion afri­caine. Notre ob­jec­tif étant de d’ou­vrir une nou­velle page dans nos re­la­tions avec ces deux ins­tances et de re­trou­ver le cas échéant notre vrai place dans le concert des ins­tances spor­tives in­ter­na­tio­nales. Et là, In­ter­view

je me de­mande le pour­quoi de l’ab­sence de la moindre can­di­da­ture d’un Tu­ni­sien au sein de la con­fé­dé­ra­tion afri­caine qui vient de te­nir son congrès ? Le pré­sident sor­tant de la FTHB y était pour­tant. *A mon humble avis, il y a d’autres prio­ri­tés que celle consis­tant à in­vi­ter ces per­son­na­li­tés du handball in­ter­na­tio­nal ?

-Ré­ac­ti­ver nos re­la­tions avec ces ins­tances sont ca­pi­tales pour notre handball dans les court et moyen termes. Ce­ci ne nous em­pê­che­ra pas de prendre à bras le corps les me­sures à prendre pour re­lan­cer un sport qui a pé­ri­cli­té au fil de ces der­niers mois. *Vos autres prio­ri­tés ? -Trou­vez-vous nor­mal qu’on laisse tom­ber deux équipes na­tio­nales à quelques en­ca­blures de deux cham­pion­nats du monde pour al­ler faire sa cam­pagne élec­to­rale. Les ser­vices concer­nés de la Tu­telle au­raient du in­ter­ve­nir.

Aus­si, al­lons-nous ac­cor­der la prio­ri­té à nos deux sé­lec­tions en leur ga­ran­tis­sant des condi­tions de pré­pa­ra­tion à la me­sure de l’im­por­tance de ces deux ren­dez-vous. Pour en­suite nous at­ta­quer à moult pro­blèmes aux­quels nous al­lons pro­cé­der par ordre de prio­ri­tés : sources de fi­nan­ce­ment pour clô­tu­rer l’an­née, ré­vi­sion des contrats de spon­so­ring, re­con­duc­tion du contrat de notre équi­pe­men­tier qui ex­pire fin dé­cembre pro­chain soit à la veille du Mon­dial de France, re­prise des con­tacts avec les chaînes de télévision… Et bien sûr le res­pect des pro­messes conte­nues dans notre pro­gramme in­hé­rentes au sport fé­mi­nin, à l’ar­bi­trage, à la for­ma­tion, à la re­struc­tu­ra­tion de la di­rec­tion tech­nique na­tio­nale… Je ne ter­mine pas sans ajou­ter que nous avons met­trons en route les me­sures que nous sommes en me­sure de te­nir. *Pour ter­mi­ner, quant à nous. En cas de vic­toire le 30 cou­rant, quelles se­ront vos re­la­tions avec les com­po­santes de la liste concur­rente ?

-A l’heure qu’il est et jus­qu’au 29 cou­rant, il s’agit de cam­pagne élec­to­rale. Les portes de la fé­dé­ra­tion se­ront en­suite ou­vertes à tous, ils se­ront les bien­ve­nus et nous conti­nue­rons à tra­vailler en­semble pour le bien du handball na­tio­nal.

«Nous concré­ti­se­rons toutes les pro­messes que nous avons lan­cées» «Nos re­la­tions se sont sé­rieu­se­ment dé­gra­dées avec L’IHF et la CAHB. Nous te­nons à ou­vrir une nou­velle page avec ces deux ins­tances»

En­tre­tien conduit par Ra­fik BEN AR­FA

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.