Fe­ghou­li ré­pond à ses dé­trac­teurs

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Ac­cu­sé d’avoir fo­men­té la fronde des joueurs à l’ori­gine de la dé­mis­sion du sé­lec­tion­neur de l’al­gé­rie Mi­lo­van Ra­je­vac en rai­son de son sta­tut de rem­pla­çant face au Ca­me­roun (1-1), So­fiane Fe­ghou­li a mis les choses au point. So­fiane Fe­ghou­li tape du poing sur la table ! Rem­pla­çant face au Ca­me­roun (1-1) il y a dix jours, le mi­lieu of­fen­sif de West Ham au­rait mal di­gé­ré ce sta­tut au point d’être consi­dé­ré comme l’un des me­neurs de la fronde qui au­rait pous­sé Mi­lo­van Ra­je­vac à la dé­mis­sion la se­maine der­nière. Cible des cri­tiques en rai­son de cet in­ci­dent, cer­tains es­ti­mant qu’il fait pas­ser son in­té­rêt per­son­nel avant ce­lui de la sé­lec­tion, le Fen­nec a te­nu à ré­ta­blir sa vé­ri­té.

"J’ai tou­jours dit ce que j’avais sur le coeur et ce, dans un seul but, faire avan­cer les choses pour le bien col­lec­tif. Je me suis tou­jours in­ves­ti pour notre équipe na­tio­nale, de­puis ma pre­mière convo­ca­tion, et ça ne chan­ge­ra ja­mais, que je sois rem­pla­çant ou ti­tu­laire. Der­niè­re­ment, j’ai en­ten­du par­ler de voyou, de ra­caille, de star à l’ego sur­di­men­sion­né, et je ne parle pas des in­sultes... On tente de me sa­lir ain­si que mes frères de la sé­lec­tion", a dé­plo­ré l’an­cien Gre­no­blois sur son compte Ins­ta­gram.

D’après le na­tif de Le­val­lois-per­ret, les on-dit pro­pa­gés à son su­jet ne sont pas dés­in­té­res­sés. " Il y a des gens en manque de re­con­nais­sance qui col­portent des ru­meurs car ils ont un pro­blème avec ceux qu’ils ap­pellent les ’bi­na­tio­naux’ ou plus in­sul­tant ’l’im­mi­gré’. Ils re­fusent de voir l’ap­port ex­cep­tion­nel qu’ont eu ces joueurs sur L’EN en s’in­ves­tis­sant sé­rieu­se­ment, fiè­re­ment, pour l’al­gé­rie. Quand je re­garde l’ori­gine de ces ru­meurs, je me rap­pelle que ces gens veulent un poste à la FAF. L’EN est sa­crée, elle n’ap­par­tient ni à Fe­ghou­li, ni à Bra­hi­mi, ni à Mah­rez ni à au­cun joueur, elle ap­par­tient au peuple al­gé­rien ! Je ne lais­se­rai per­sonne re­mettre en cause mon at­ta­che­ment ou ce­lui de mes frères de sé­lec­tion à notre pays et à notre équipe !" La se­maine pas­sée, le pré­sident de la FAF, Mo­ha­med Raou­raoua, avait lui aus­si ten­té d’adou­cir le cli­mat en as­su­rant que les joueurs n’étaient pas res­pon­sables du dé­part de Ra­je­vac.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.