Rap­pro­che­ments rus­so-mé­di­ter­ra­néens

Le duo russe for­mé par la voix d’alisa Ten et d’oleg Boy­ko au luth et à la gui­tare ba­roque, a don­né avan­thier à l’acro­po­lium de Car­thage, dans le cadre de l’oc­tobre mu­si­cal, un concert fort ap­pré­cié par un pu­blic peu nom­breux qui dé­cou­vrait le grand ta­len

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Lot­fi BEN KHELIFA

Alisa Ten et Oleg Boy­ko à l’oc­tobre mu­si­cal

Les ab­sents avaient tort, d’au­tant plus que le pro­gramme pro­po­sé était éclec­tique et re­vi­si­tait des chants de la Mé­di­ter­ra­née, chants très proches de l’ouïe des mé­lo­manes tu­ni­siens. Un pro­gramme où les deux ar­tistes n’avaient pas seule­ment joué et chan­té des ex­traits de Moua­cha­hats an­da­lous et en langue arabe à tra­vers des Nou­bas Gra­na­ti, une suite mu­si­cale de Gre­nade qui n’est pas sans rap­pe­ler le Ma­louf « Ghar­na­ti », plus fré­quent en Al­gé­rie, mais aus­si des suites es­pa­gnoles du 16è et du 17è siècles. Alisa Ten et Oleg Boy­ko sont éga­le­ment spé­cia­li­sés dans la mu­sique de l’époque de la Re­nais­sance ita­lienne. Quelques oeuvres ont été pro­po­sées à cet ef­fet. Avec sa voix pure qui coule de source, Alisa Ten sem­blait tra­ver­ser al­lè­gre­ment le monde par le biais de la mu­sique, qui, plus en­core, s’af­firme comme un lan­gage uni­ver­sel. Et mieux en­core, les rap­pro­che­ments étaient ef­fec­tués comme par ma­gie. Il est vrai que les chants des pays du bas­sin mé­di­ter­ra­néen ne sont pas iso­lés les uns des autres. Ils ont une his­toire qui les ras­semble. Le « Moua­chah » in­ti­tu­lé » La­ma ba­da ya­ta­than­na », com­po­sé par Daoud Hos­ni, pour re­ve­nir à ce type de chant, n’avait pas man­qué au ren­dez-vous. Et plus en­core, de l’es­pagne, on pas­sait au Ma­roc avec la chan­son « Ya bint ble­di » for­te­ment ins­pi­rée par le Fla­men­co et les chants des trou­ba­dours. On ou­bliait, par mo­ments et tout em­por­tés par les rythmes qui nous sont siens, que nous étions avec des ar­tistes russes. Ces der­niers ve­naient-ils rap­pe­ler que la mu­sique n’a pas de fron­tières. D’ailleurs, plu­sieurs grands com­po­si­teurs russes ont crée dans le genre orien­tal.

Re­tour en Rus­sie

Leurs mor­ceaux sont de­ve­nus des ré­fé­rences dans l’his­toire de la mu­sique, comme Ni­cho­laï Rim­ski Kor­sa­kov (1844-1908) et son oeuvre éter­nelle « Shé­hé­ra­zade » qui ra­conte mu­si­ca­le­ment les « Mille et une Nuits. » Alisa Ten et Oleg Boy­ko, qui a briè­ve­ment ac­com­pa­gné par la voix la chan­teuse, ont éga­le­ment in­ter­pré­té quelques chants po­pu­laires russes. Nous na­vi­guions sur la ri­vière Mos­ko­va et tou­jours en com­pa­gnie de la voix lim­pide et suave d’alisa. Un pré­nom qui sonne car­tha­gi­nois sur la col­line de Byr­sa, de sur­croît et qui n’est pas sans res­sem­bler et rap­pe­ler ce­lui d’eys­sa, la fon­da­trice de Car­thage en 814 Avant Jé­sus Ch­rist. Le ha­sard avait bien fait les choses ce soir-là.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.