Une po­lice pour les hors-la-loi

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Societe - Ah­med NEMLAGHI

L’his­toire de la po­lice re­monte à l’ère de la Grèce an­tique, au cours de la­quelle les ma­gis­trats dé­si­gnaient des agents pour le main­tien de l’ordre. A l’aube de l’is­lam, la po­lice ré­gle­men­tée par le Ca­life Omar Ibn Al Khat­tab, a été per­fec­tion­née par les Omeyades et les Ab­bas­sides. La po­lice est une ins­ti­tu­tion grâce à la­quelle, les lois sont res­pec­tées et main­te­nues et les dé­ci­sions de jus­tice exé­cu­tées.

C’est en ef­fet par le re­cours à la force pu­blic qu’un ju­ge­ment est exé­cu­té, à l’en­contre des ré­cal­ci­trants ou des hors la loi. Le re­cours à la po­lice s’avère de plus né­ces­saire en Tu­ni­sie, avec la re­cru­des­cence de la cri­mi­na­li­té, de la cor­rup­tion et la mon­tée du ter­ro­risme. Après la créa­tion d’une po­lice en­vi­ron­ne­men­tale, qui en­tre­ra en fonc­tion dès jan­vier 2017, et dont le rôle est de contrô­ler les pro­duits dou­teux, y com­pris ceux pro­ve­nant de la contre­bande, la mise en place d’une po­lice fis­cale est pré­vue éga­le­ment et qui au­ra es­sen­tiel­le­ment pour tâche de lut­ter contre l’éva­sion fis­cale d’une ma­nière gé­né­rale. C’est une bri­gade spé­ciale qui n’au­ra pas les mêmes fonc­tions que la Bri­gade fis­cale exis­tante dé­jà et qui s’oc­cupe des re­dres­se­ments fis­caux, pour ceux qui font des dé­cla­ra­tions fic­tives ou contraires à la réa­li­té. La nou­velle po­lice fis­cale oeu­vre­ra à en­quê­ter sur les grandes in­frac­tions com­mises par ceux qui se cachent der­rière des so­cié­tés écrans ou qui tra­vaillent dans la clan­des­ti­ni­té

Son rôle prin­ci­pal se­ra d’élu­ci­der les crimes fis­caux et d’iden­ti­fier les res­pon­sables afin de les pré­sen­ter à la Jus­tice.

C’est la rai­son pour la­quelle cette po­lice trai­te­ra avec les or­ga­nismes in­ter­na­tio­naux.

Il est pré­vu que des agents spé­cia­li­sés se­ront en­voyés en Ita­lie pour re­ce­voir une for­ma­tion dans ce do­maine au sein d’une Aca­dé­mie in­ter­na­tio­nale, sous l’égide de l’or­ga­ni­sa­tion de la co­opé­ra­tion et du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique. C’est que le tra­vail de cette po­lice se­ra de longue ha­leine, que de s’at­ta­quer aux gros pois­sons ma­fieux qui ont plus d’un la­pin dans leurs sacs. Y com­pris que ceux qui se cachent der­rière des so­cié­tés écrans tant sur le plan na­tio­nal qu’in­ter­na­tio­nal, ne peuvent être fa­ci­le­ment dé­ce­lés.

La contre­bande, qui fi­nance le ter­ro­risme entre autres, y est pour beau­coup dans ces crimes fis­caux qui sont pour­tant gra­ve­ment ré­pri­més par la loi. Ima­gi­ner le nombre de crimes qui sont en­cou­ra­gés par l’éva­sion fis­cale, per­met de se rendre compte de la gra­vi­té de celle-ci et de son ef­fet né­faste sur l’éco­no­mie du pays, avec une nette di­mi­nu­tion du pou­voir d’achat et un dés­équi­libre cer­tain au pro­fit des riches. La po­lice fis­cale au­ra du pain sur la planche qui se­ra fonc­tion­nelle en 2018, avec mis­sion de faire des in­ves­ti­ga­tions très pous­sées afin d’at­teindre le but es­comp­té : sé­vir contre l’éva­sion fis­cale par tous les moyens.

Ce­la per­met­trait une meilleure équi­té entre les contri­buables qui sont pour­tant égaux de­vant la loi.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.