Le cli­mat change….l’ali­men­ta­tion et l’agri­cul­ture aus­si

Le Temps (Tunisia) - - Proximite - S.B.H

Au­tant la mau­vaise ali­men­ta­tion cause di­vers types de ma­la­dies, au­tant l’ali­men­ta­tion équi­li­brée est un bon moyen pour se soi­gner des ma­la­dies et les pré­ve­nir, telle est l’une des prin­ci­pales conclu­sions re­te­nues par les par­ti­ci­pants à un sé­mi­naire in­ti­tu­lé « le cli­mat change….l’ali­men­ta­tion et l’agri­cul­ture aus­si », or­ga­ni­sé, hier, à la mai­son du mé­de­cin vé­té­ri­naire, à Tu­nis, par l’as­so­cia­tion tu­ni­sienne d’édu­ca­tion nu­tri­tion­nelle sans frontières et autres par­te­naires pu­blics et pri­vés en marge de la Jour­née mon­diale de l’ali­men­ta­tion cé­lé­brée le 16 oc­tobre, au­tour du même thème. L’idée est peut être au­jourd’hui lar­ge­ment ad­mise, mais l’édu­ca­tion nu­tri­tion­nelle chez nous n’a pas en­core ac­quis la place qu’elle mé­rite, dans la so­cié­té, et a be­soin d’être en­cou­ra­gée et ren­for­cée, afin de tra­duire cette idée dans les faits, a no­tam­ment dit la pré­si­dente de L’ATENSF, Mme Fat­ma Ben Haf­sa, fille de Fer­ja­ni Ben Haf­sa, un des pion­niers de la nu­tri­tion en Tu­ni­sie. La tra­di­tion arabe et is­la­mique abonde, d’ailleurs, dans ce sens. Un ha­dith très con­nu du ppro­phète Mohamed dit que le ventre est à l’ori­gine des maux et la dié­té­tique est la base des re­mèdes. Un in­ter­ve­nant a si­gna­lé que 40% des han­di­caps en Tu­ni­sie sont cau­sés par l’ali­men­ta­tion pol­luée, no­tant que le han­di­cap était très rare, en Tu­ni­sie et il a aug­men­té, ces der­nières dé­cades, avec l’aug­men­ta­tion de la pol­lu­tion sous toutes ses formes et de son im­pact sur l’agri­cul­ture et l’ali­men­ta­tion hu­maine et ani­male, comme la pol­lu­tion ma­rine cau­sée par le mer­cure qui af­fecte les pois­sons man­gés par l’homme et des cas de ce genre sont sou­vent en­re­gis­trés. Ami­na Sou­da­ni, di­rec­trice à l’agence na­tio­nale de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, a fait une com­mu­ni­ca­tion sur l’agri­cul­ture et la pol­lu­tion de l’air, mon­trant que la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique a un im­pact sur l’agri­cul­ture, mais que l’ac­ti­vi­té agri­cole peut aus­si être une source et un fac­teur de pol­lu­tion. Elle a évo­qué la loi tu­ni­sienne re­la­tive à la qua­li­té de l’air qui fixe des va­leurs li­mites dans ce do­maine, et a don­né aux in­dus­triels un dé­lai pour se confor­mer à ces va­leurs li­mites, fi­nis­sant en sep­tembre 2016, mais peu se sont do­tés des équi­pe­ments né­ces­saires à cet ef­fet. Ce­pen­dant, il n’y a pas que l’in­dus­trie, le tra­fic rou­tier et aé­rien, les émis­sions de gaz, sont éga­le­ment un fac­teur de pol­lu­tion at­mo­sphé­rique pré­ju­di­ciable à l’agri­cul­ture.

L’obé­si­té, l’in­fer­ti­li­té, les com­pli­ca­tions des gros­sesses, les ma­la­dies res­pi­ra­toires, les al­ler­gies et plu­sieurs autres ma­la­dies et af­fec­tions sont liées di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment aux ha­bi­tudes ali­men­taires et à la qua­li­té de l’ali­men­ta­tion, et par consé­quent aux ef­fets de la pol­lu­tion sur l’agri­cul­ture. Dé­rine Do­gui, di­rec­trice à l’ins­ti­tut na­tio­nal de la consom­ma­tion, a pré­sen­té les ré­sul­tats d’une en­quête sur le gas­pillage du pain en Tu­ni­sie, mon­trant que le pain en Tu­ni­sie contient beau­coup de sel, par com­pa­rai­son avec le pain des autres pays de la ré­gion mé­di­ter­ra­néenne, et que le gas­pillage est plu­tôt une consé­quence de plu­sieurs fac­teurs comme la mau­vaise qua­li­té du pain tu­ni­sien qui ne per­met pas une longue conser­va­tion, et le peu de réuti­li­sa­tion du pain ras­sis pour la confec­tion des plats alors que les Tu­ni­siens in­ter­ro­gés ont dit connaître plus d’une di­zaine de pré­pa­ra­tions cu­li­naires à par­tir du pain ras­sis.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.