« Ma­quardt », une so­cié­té qui sent bon le suc­cès

• A l’oc­ca­sion de son 25ème an­ni­ver­saire inau­gu­ra­tion d’un nou­veau centre de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle

Le Temps (Tunisia) - - Business Finance - Khou­loud AMRAOUI

En fê­tant son 25 ème an­ni­ver­saire, la so­cié­té Mar­quardt, lea­der dans son do­maine de fa­bri­ca­tion élec­tro­nique, in­jec­tion plas­tique et as­sem­blage de cap­teurs et com­mu­ta­teurs a inau­gu­ré, par la même oc­ca­sion, son nou­veau centre de for­ma­tion ven­dre­di der­nier dans une am­biance fes­tive, où l’on re­mar­quait la pré­sence de Ha­rald Mar­quardt, di­rec­teur du groupe Mar­quardt et de Nour­re­dine Ya­cou­bi, di­rec­teur de Mar­quardt Tu­ni­sie. Ce qui est d’ex­cep­tion, c’est que cette so­cié­té s’est si­gna­lée par sa ro­bus­tesse conju­guée à une per­sé­vé­rance in­flexible pour plus de dé­ve­lop­pe­ment et de suc­cès dans un contexte dé­li­cat mê­lé d’in­cer­ti­tude. A tel point que plu­sieurs en­tre­prises étran­gères n’avaient d’autres choix que ce­lui de plier ba­gages et de s’en al­ler, la so­cié­té Mar­quardt a te­nu bon contre vents et ma­rées tout en main­te­nant son po­si­tionnent comme lea­der dans son sec­teur de l’in­dus­trie élec­tro­nique. Un exemple type des so­cié­tés étran­gères éta­blies en Tu­ni­sie et qui ont pu et su conti­nuer leur ac­ti­vi­té fai­sant fi de toutes les contraintes. Se­lon la dé­cla­ra­tion de Nour­re­dine Ya­cou­bi, DG de la so­cié­té, l’en­tre­prise a pu at­teindre au­jourd’hui un chiffre d’af­faires de 100 mil­lions d’eu­ro. Le nou­veau centre de for­ma­tion : col­la­bo­ra­tion pu­blic / pri­vé Le groupe Mar­quardt évo­lue de­puis 90 ans à la fa­veur de son sa­voir-faire et grâce aus­si aux tech­ni­ciens et cadres qui y tra­vaillent. Ces tech­ni­ciens re­çoivent une for­ma­tion et un en­ca­dre­ment au sein de l’en­tre­prise lors du re­cru­te­ment afin de s’adap­ter aux be­soins de l’uni­té de pro­duc­tion. Mar­quardt Tu­ni­sie se trouve de­puis quelques an­nées confron­tée à une réa­li­té exas­pé­rante du mar­ché du tra­vail qui fait que ses be­soins en qua­li­fi­ca­tion ne sont plus sa­tis­faits. En ef­fet, les pro­grammes conçus par les écoles pu­bliques de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle dis­pensent une per­fec­tion à base théo­rique confon­due avec un manque fla­grant d’équi­pe­ments so­phis­ti­qués né­ces­saires à la for­ma­tion pra­tique. De ce fait, les nou­velles re­crues is­sues de ces centres pu­blics mettent en­vi­ron 12 à 18 mois pour être ef­fi­cientes. Au­tant de la­cunes qui ont ame­né Mar­quardt Tu­ni­sie à mettre opé­ra­tion­nel son nou­veau centre de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle qui se consacre à for­mer des tech­ni­ciens pour ses propres be­soins et pro­jets d’ex­ten­sion tout en te­nant compte des be­soins du mar­ché de l’em­ploi tu­ni­sien.

Il s´agit d’une for­ma­tion en al­ter­nance en col­la­bo­ra­tion avec les centres de for­ma­tion sec­to­riels à Sousse : le Centre sec­to­riel de for­ma­tion en sou­dure, ou­tillage et plas­tur­gie, et le Centre sec­to­riel en élec­tro­nique de Sousse. Le coût d’in­ves­tis­se­ment du nou­veau centre est de 350 milles eu­ros.

Ce centre ac­cueille­ra jus­qu´à 25 étu­diants, bé­né­fi­ciant pen­dant leur for­ma­tion de deux ans et de­mi d´une bourse men­suelle de 100 DT oc­troyée par Mar­quardt Tu­ni­sie.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.