Hol­lande ap­pelle à « an­ti­ci­per » l’après-mos­soul

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Une se­maine exac­te­ment après le lan­ce­ment de l’of­fen­sive par l’ar­mée ira­kienne et les com­bat­tants kurdes, sou­te­nus par la coa­li­tion, le chef de l’etat fran­çais ou­vrait à Pa­ris une réu­nion des mi­nistres de la dé­fense de treize pays membres.

« La re­con­quête n’est pas une fin en soi. » Le pré­sident fran­çais, Fran­çois Hol­lande, a ap­pe­lé hier la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale an­tid­ji­ha­diste à « an­ti­ci­per les consé­quences de la chute de Mos­soul » en Irak.

Le chef de l’etat a in­sis­té sur les en­jeux po­li­tiques, hu­ma­ni­taires et sé­cu­ri­taires de l’of­fen­sive contre la ville, der­nier bas­tion du groupe Etat is­la­mique (EI) en Irak, alors que s’ou­vrait à Pa­ris une réu­nion re­grou­pant les mi­nistres de la dé­fense de treize pays de la coa­li­tion - qui en compte une soixan­taine - par­mi les­quels les Etats-unis, la Grande-bre­tagne, l’aus­tra­lie, le Ca­na­da et l’al­le­magne. Une se­maine exac­te­ment après le lan­ce­ment de l’of­fen­sive par l’ar­mée ira­kienne et les com­bat­tants kurdes, sou­te­nus par la coa­li­tion, Fran­çois Hol­lande a te­nu à mettre en avant l’en­jeu de « l’ave­nir po­li­tique de cette ville, de la ré­gion et de l’irak », en in­sis­tant sur la né­ces­saire re­pré­sen­ta­tion de « tous les groupes eth­niques et re­li­gieux » dans l’ad­mi­nis­tra­tion fu­ture de la ville à ma­jo­ri­té sun­nite. « Le se­cond en­jeu est hu­ma­ni­taire. Nous pou­vons craindre que Daech uti­lise tous les moyens d’ac­tion, jus­qu’aux plus bar­bares, et re­tarde la prise de Mos­soul. Notre but doit être de pro­té­ger la po­pu­la­tion ci­vile, pas de la frap­per comme d’autres le font en Sy­rie, et no­tam­ment à Alep », a sou­li­gné le chef de l’etat, en al­lu­sion au ré­gime de Da­mas et son al­lié russe qui pi­lonnent les quar­tiers est te­nus par les re­belles.

En­fin, il a de nou­veau ap­pe­lé les mi­nistres de la coa­li­tion à tra­vailler pour « fixer les étapes des pro­chaines opé­ra­tions », et par­ti­cu­liè­re­ment la re­prise de Ra­q­qa. « Si Mos­soul tombe, (Ra­q­qa) se­ra le der­nier bas­tion de Daech. Nous de­vons faire en sorte que Daech soit dé­truit et éra­di­qué par­tout », a-t-il in­sis­té. Fran­çois Hol­lande a no­tam­ment mis en garde contre « le re­tour des dji­ha­distes étran­gers » dans leurs pays d’ori­gine ou leur re­pli en Sy­rie. Se­lon des sources fran­çaises, sur les quelque 4 à 5 000 dji­ha­distes com­bat­tant à Mos­soul, il y au­rait en­vi­ron 300 Fran­çais. Et au­tant à Ra­q­qa, la « ca­pi­tale » de L’EI en Sy­rie.

« Il y au­ra aus­si des ter­ro­ristes qui se ca­che­ront et qui ten­te­ront aus­si d’al­ler vers Ra­q­qa. Nous de­vons donc clai­re­ment les iden­ti­fier. Ce­la passe par un large par­tage de nos in­for­ma­tions et de nos ren­sei­gne­ments. C’est une ab­so­lue né­ces­si­té », a dé­cla­ré M. Hol­lande. Un aver­tis­se­ment dé­jà pro­non­cé par le chef de l’etat le 20 oc­tobre, lors de l’ou­ver­ture à Pa­ris d’une ren­contre réunis­sant les mi­nistres des af­faires étran­gères ou les re­pré­sen­tants de vingt-trois pays ain­si que de l’union eu­ro­péenne, des Na­tions unies et de la Ligue arabe.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.