Ce même jour…26 oc­tobre

Le Temps (Tunisia) - - Détente -

Évé­ne­ments 26 oc­tobre 1440 : Mort de Gilles de Rais Gilles de Rais (ou de Retz) est pen­du et brû­lé le 26 oc­tobre 1440. Sa vie tu­mul­tueuse, ses crimes et sa mort vont ins­pi­rer deux siècles plus tard la lé­gende de « Barbe-bleue ». Charles Per­rault, un écri­vain du temps de Louis XIV, ra­conte ain­si dans son cé­lèbre re­cueil des Contes de ma mère l'oye l'his­toire d'un fé­roce sei­gneur qui tuait ses épouses suc­ces­sives...mais Gilles de Rais, le vé­ri­table Barbe-bleue, pré­fé­rait quant à lui les en­fants ! As­sou­vis­sant ses pul­sions sa­do-pé­dé­ras­tiques, il com­met alors des meurtres hor­ribles sur en­vi­ron 140 gar­çon­nets de sa ré­gion. Con­fon­du suite à la plainte de cer­tains dé­bi­teurs, il confesse ses crimes. Il est ju­gé et exé­cu­té avec deux com­plices, après avoir ma­ni­fes­té un spec­ta­cu­laire re­pen­tir. 26 oc­tobre 1553 : Mi­chel Ser­vet est condam­né au bû­cher Le 26 oc­tobre 1553, Mi­chel Ser­vet est condam­né au bû­cher comme hé­ré­tique par le Grand Conseil de la ré­pu­blique de Ge­nève. Il est brû­lé le len­de­main à Cham­pel, aux portes de la ville... 26 oc­tobre 1795 : La Conven­tion cède la place au Di­rec­toire Le 26 oc­tobre 1795, la Conven­tion cède la place au Di­rec­toire. Par ce chan­ge­ment de ré­gime, les conven­tion­nels mo­dé­rés, ou Ther­mi­do­riens, qui ont ren­ver­sé Ro­bes­pierre le 9 ther­mi­dor an II (27 juillet 1794) veulent si­gni­fier la fin de la Ter­reur et de la Ré­vo­lu­tion. Ils dé­crètent une am­nis­tie gé­né­rale, abo­lissent toutes les pour­suites ju­di­ciaires« por­tant sur des faits pu­re­ment re­la­tifs à la Ré­vo­lu­tion » et élar­gissent les dé­te­nus po­li­tiques à l'ex­clu­sion de ceux qui ont par­ti­ci­pé à l'in­sur­rec­tion roya­liste de Ven­dé­miaire, trois se­maines plus tôt… Nais­sances Fran­çois Mit­ter­rand 26 oc­tobre 1916 à Jar­nac (Cha­rente, France) - 8 jan­vier 1996 à Pa­ris Sé­dui­sant et culti­vé, ex­cellent ora­teur, Fran­çois Mit­ter­rand, is­su de la bour­geoi­sie ca­tho­lique pro­vin­ciale, se dé­couvre très vite des dis­po­si­tions pour di­ri­ger les hommes. Il at­teint le pou­voir su­prême, la pré­si­dence de la Ré­pu­blique fran­çaise, au terme d'un long par­cours er­ra­tique, par­se­mé de chausse-trapes. Son éclec­tisme po­li­tique et sa fi­dé­li­té en ami­tié lui valent des sou­tiens in­dé­fec­tibles sur toute l'éten­due de l'échi­quier po­li­tique et so­cial. Si l'on fait fi de son ac­tion po­li­tique, Fran­çois Mit­ter­rand de­meure un per­son­nage ro­ma­nesque des plus pas­sion­nants. Les jour­na­listes Ca­the­rine Nay, Jean Mon­tal­do et Pierre Péan ont ré­vé­lé par touches suc­ces­sives les dif­fé­rentes fa­cettes de son iti­né­raire...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.