Cro­quis rê­vé de l’hô­pi­tal de de­main !

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Rym BENAROUS

Dans le cadre de son étude stra­té­gique glo­bale « Quelle Tu­ni­sie dans 10 ans », l'ins­ti­tut tu­ni­sien des études stra­té­giques (ITES) a or­ga­ni­sé, en par­te­na­riat avec le mi­nis­tère de la San­té et en col­la­bo­ra­tion avec la Fon­da­tion al­le­mande KAS, un sé­mi­naire por­tant sur l'un des axes prin­ci­paux du sec­teur de la san­té, à sa­voir les éta­blis­se­ments hos­pi­ta­liers.

Dans le cadre de son étude stra­té­gique glo­bale « Quelle Tu­ni­sie dans 10 ans », l’ins­ti­tut tu­ni­sien des études stra­té­giques (ITES) a or­ga­ni­sé, en par­te­na­riat avec le mi­nis­tère de la San­té et en col­la­bo­ra­tion avec la Fon­da­tion al­le­mande KAS, un sé­mi­naire por­tant sur l’un des axes prin­ci­paux du sec­teur de la san­té, à sa­voir les éta­blis­se­ments hos­pi­ta­liers. En pré­sence d’ex­perts tu­ni­siens et al­le­mands, plu­sieurs thèmes ont été abor­dés lors de ce wor­shop d’une jour­née, por­tant l’état fi­nan­cier ac­tuel des hô­pi­taux, les dé­faillances et autres man­que­ment du point de vue ser­vices ou en­core l’ap­proche tech­no­lo­gique en ma­tière de ges­tion hos­pi­ta­lière. L’ob­jec­tif de ce col­loque: dé­fi­nir les grandes lignes de l’hô­pi­tal tu­ni­sien idéal de de­main. « Bien sou­vent, ceux qui se rendent dans un hô­pi­tal tu­ni­sien, fût-ce pour une consul­ta­tion, une hos­pi­ta­li­sa­tion ou une vi­site, en sortent dé­çus ». C’est ce qu’a dé­cla­ré Ha­tem Ben Sa­lem, pré­sident de L’ITES, lors de son al­lo­cu­tion de bien­ve­nue. Un choix de mot cour­tois alors qu’en réa­li­té, nom­breux, voire trop nom­breux sont ceux qui en sortent, d’après leurs té­moi­gnages et leurs ex­pé­riences, amers, dé­goû­tés et en co­lère. Se­lon Sig­ma Conseil, 52% des Tu­ni­siens ont un avis dé­fa­vo­rable sur les struc­tures hos­pi­ta­lières. Le taux d’in­sa­tis­fac­tion par rap­port à l’en­semble des ser­vices pro­po­sés est de 54%. Les hô­pi­taux, ou du moins cer­tains d’entre eux, sont au­jourd’hui sy­no­nymes de lieux déshu­ma­ni­sés et chao­tiques. En­com­bre­ment, mau­vais ac­cueil, matériel man­quant, équi­pe­ments en panne, sous-ef­fec­tif, ab­sence de mé­de­cins spé­cia­li­sés, mau­vaise hy­giène, len­teur ad­mi­nis­tra­tive… Les maux sont nom­breux et les mots ne suf­fisent plus pour y re­mé­dier. Le ci­toyen est le pre­mier à pâ­tir de la si­tua­tion et des ac­tions concrètes à court, moyen et long terme s’im­posent dé­sor­mais pour re­vi­vi­fier ces éta­blis­se­ments dont dé­pendent les vies de mil­liers voire mil­lions de Tu­ni­siens chaque an­née. Pour­tant, ce ne sont pas les ef­forts et les stra­té­gies de re­struc­tu­ra­tion qui ont man­qué du­rant ces deux der­nières dé­cen­nies.

De­puis l’in­dé­pen­dance, l’etat tu­ni­sien a in­ves­ti des mil­lions de di­nars dans le sec­teur hos­pi­ta­lier. Mais là aus­si, tout est une ques­tion de men­ta­li­té et les for­ma­tions ont beau être constantes, ré­gu­lières et obli­ga­toires pour le per­son­nel médical et pa­ra­mé­di­cal, les failles sont trop nom­breuses et né­ces­sitent un réel en­ga­ge­ment et une im­pli­ca­tion per­son­nelle de la part de tous les ac­teurs de ce sec­teur. En­core faut-il que l’etat y adhère ! Pour Ha­bi­ba Mi­zou­ni, Se­cré­taire gé­né­rale du Syn­di­cat gé­né­ral des mé­de­cins, des den­tistes et des phar­ma­ciens, les prin­ci­paux axes de la stra­té­gie de re­struc­tu­ra­tion de la san­té res­tent à ce jour flous et abs­traits. Elle es­time éga­le­ment qu’une ré­vi­sion de la po­li­tique sa­la­riale est im­pé­ra­tive et que la lutte contre la cor­rup­tion doit être me­née sans ré­pit. Enfin, pour elle, un mot d’ordre s’im­pose pour une re­struc­ture ef­fi­cace et pé­renne: la bonne gou­ver­nance.

Les dettes : ta­lon d’achille des hô­pi­taux

En Tu­ni­sie, le nombre d’in­fra­struc­tures sa­ni­taires pu­bliques dé­passe les 2250 uni­tés dont une ving­taine de centres hos­pi­ta­lo-uni­ver­si­taires (CHU) ain­si que d’hô­pi­taux spé­cia­li­sés et plus d’une tren­taine d’hô­pi­taux ré­gio­naux em­ployant 60% du corps médical. Dans le cadre du Xième plan de dé­ve­lop­pe­ment (2006-2011), l’etat tu­ni­sien a pré­vu des in­ves­tis­se­ments de l’ordre de 549 MDT pour le sec­teur de la san­té pu­blique, no­tam­ment dans les do­maines de la pré­ven­tion, des in­fra­struc­tures et sur­tout des équi­pe­ments.

De­puis des an­nées, le sec­teur hos­pi­ta­lier fait face à de nom­breuses dif­fi­cul­tés mais son ta­lon d’achille est in­dé­nia­ble­ment d’ordre fi­nan­cier. En ef­fet, les dettes cu­mu­lées s’alour­dissent d’an­née en an­née et em­pêchent la mise en place d’une ré­forme ef­fi­ciente. Pré­sente lors du sé­mi­naire de L’ITES, Ne­bi­ha Fal­foul Bor­sa­li, Di­rec­trice gé­né­rale de la san­té à Tu­nis, a avan­cé un chiffre in­quié­tant. Elle dé­clare en ef­fet que les dettes de cer­tains éta­blis­se­ments hos­pi­ta­liers et no­tam­ment les hô­pi­taux uni­ver­si­taires va­rient entre 4 et 7 MDT. L’etat se se­rait tou­te­fois en­ga­gé à dé­blo­quer des fonds pour amé­lio­rer la si­tua­tion fi­nan­cière des hô­pi­taux en prise à des dif­fi­cul­tés fi­nan­cières. Tou­jours se­lon Mme Bor­sa­li, des pro­jets pi­lotes sont éga­le­ment en train d’être im­plan­tés dans une tren­taine de dis­pen­saires por­tant sur la nu­mé­ri­sa­tion et l’in­for­ma­ti­sa­tion des pro­cé­dures et du dos­sier médical des pa­tients ou en­core sur l’amé­lio­ra­tion de la qua­li­té d’ac­cueil. Cette ini­tia­tive se­ra pro­chai­ne­ment gé­né­ra­li­sée au reste des struc­tures qui sont au nombre de 2180.

Une am­bi­tion et des ob­jec­tifs

Par­mi les im­pé­ra­tifs de l’hô­pi­tal de de­main en Tu­ni­sie, la nu­mé­ri­sa­tion, la connec­ti­vi­té et l’adop­tion de tech­no­lo­gies avan­cées à dif­fé­rents ni­veaux pour être en phase avec le 21ème siècle.

En ef­fet, l’un des dé­fis ma­jeurs des hô­pi­taux tu­ni­siens ré­side dans le fu­tur proche à mettre en place une pro­cé­dure in­for­ma­tique gé­né­ra­li­sée et in­no­vante pour une meilleure cir­cu­la­tion de l’in­for­ma­tion et une meilleure flui­di­té des pro­ces­sus. Le deuxième ob­jec­tif ca­pi­tal est de ré­duire les dis­pa­ri­tés ré­gio­nales et four­nir des soins d’ex­cel­lente qua­li­té avec des équi­pe­ments adé­quats et des mé­de­cins spé­cia­listes dans toutes les ré­gions. Troi­sième ob­jec­tif, hu­ma­ni­ser l’éta­blis­se­ment hos­pi­ta­lier et en faire un lieu de sé­jour digne et confor­table tout en veillant à désen­gor­ger la sur­charge en pa­tients et à re­struc­tu­rer les es­paces de vie dans les hô­pi­taux. Quatrième ob­jec­tif et non des moindres, ren­for­cer le par­te­na­riat pu­blic/pri­vé pour une meilleure ef­fi­cience du sys­tème sa­ni­taire tu­ni­sien.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.