Le di­nar tu­ni­sien pour­sui­vra sa plon­gée

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Des fi­nances pu­bliques au rouge, une dé­pré­cia­tion ga­lo­pante du di­nar face à l'eu­ro et au dol­lar, creu­se­ment des dé­fi­cits ju­meaux et des dif­fi­cul­tés d'ac­cès au fi­nan­ce­ment ex­té­rieur sous fond de dé­gra­da­tion de la no­ta­tion sou­ve­raine de la Tu­ni­sie. Bref, les in­di­ca­teurs de base de l'éco­no­mie na­tio­nale sont alar­mants. A ce titre, L'IACE s'est in­ter­ro­gé dans un rap­port tech­nique sur les marges de ma­noeuvres il faut dire très ré­duites avec les­quelles le gou­ver­ne­ment Cha­hed doit com­po­ser à la lu­mière de cet état des lieux bien en­com­brant.

Des fi­nances pu­bliques au rouge, une dé­pré­cia­tion ga­lo­pante du di­nar face à l’eu­ro et au dol­lar, creu­se­ment des dé­fi­cits ju­meaux et des dif­fi­cul­tés d’ac­cès au fi­nan­ce­ment ex­té­rieur sous fond de dé­gra­da­tion de la no­ta­tion sou­ve­raine de la Tu­ni­sie. Bref, les in­di­ca­teurs de base de l’éco­no­mie na­tio­nale sont alar­mants. A ce titre, L’IACE s’est in­ter­ro­gé dans un rap­port tech­nique sur les marges de ma­noeuvres il faut dire très ré­duites avec les­quelles le gou­ver­ne­ment Cha­hed doit com­po­ser à la lu­mière de cet état des lieux bien en­com­brant. « Les marges de ma­noeuvre du Gou­ver­ne­ment d’union Na­tio­nale en ma­tière de conduite des po­li­tiques éco­no­miques, et sur­tout pour la mise en oeuvre des ré­formes an­non­cées, se­ront ex­trê­me­ment li­mi­tées, voire fra­gi­li­sées, si un as­sai­nis­se­ment préa­lable et opé­ra­tion­nel des fi­nances pu­bliques tar­dait à être im­plé­men­té », conclut le rap­port tech­nique de L’IACE. Evo­quant les élé­ments de base qui sus­citent l’in­quié­tude, le rap­port tech­nique de L’IACE a mis l’ac­cent sur la dé­té­rio­ra­tion in­quié­tante et sans pré­cé­dent de la ba­lance des paie­ments cou­rants, la dé­pré­cia­tion ef­fré­née du di­nar tu­ni­sien face au dol­lar et à l’eu­ro, soit à hau­teur de 8% au mois d’août 2016, le re­tour des ten­sions in­fla­tion­nistes et l’in­ca­pa­ci­té re­la­tive à mo­bi­li­ser des fonds étran­gers.

Se­lon les au­teurs du rap­port, le di­nar tu­ni­sien risque de dé­ra­per da­van­tage du­rant le pro­chain plan quin­quen­nal no­tam­ment en rai­son de la nou­velle po­li­tique de changes adop­tée par la BCT sous la pres­sion du FMI. Par ailleurs, l’élar­gis­se­ment du dé­fi­cit com­mer­cial et du dé­fi­cit cou­rant au­quel s’ajou­te­ra la me­nace d’une dé­pré­cia­tion de l’eu­ro face au dol­lar (Ef­fet Brexit) et la baisse de la de­mande eu­ro­péenne risque de faire plon­ger da­van­tage le di­nar tu­ni­sien. La dé­pré­cia­tion cu­mu­lée du di­nar at­tein­drait sur la pé­riode 2017-2020 de 3,87%. « En ab­sence de ré­formes ra­di­cales, les ten­dances fu­tures du taux de change du di­nar ac­cu­se­ront une dé­pré­cia­tion plus alar­mante », sou­ligne la même source.

1 eu­ro vau­dra bien­tôt 3 di­nars

D’ailleurs et se­lon les es­ti­ma­tions de L’IACE : « Compte te­nu du cours moyen ac­tuel du di­nar par rap­port à l’eu­ro en 2016 sur le mar­ché de change in­ter­ban­caire (2,47), et en l’ab­sence de me­sures ur­gentes pour li­mi­ter si­non at­té­nuer l’am­pleur des dé­fi­cits, cou­rant et pu­blic, et de leurs im­pacts cor­ro­sifs sur le cours du di­nar, la cor­rec­tion tech­nique ou mé­ca­nique de sa sur­éva­lua­tion en termes réels dé­bou­che­rait iné­luc­ta­ble­ment en un main­tien d’une pres­sion bais­sière de dé­pré­cia­tion du taux de change no­mi­nal par rap­port à l’eu­ro dont le cours pour­rait frô­ler une barre fa­ti­dique de 3, avec en moyenne 2,56 en 2017, 2,67 en 2018, 2,78 en 2019 et 2,86 en 2020 ».

Un gap de fi­nan­ce­ment ex­té­rieur de 900 MDT

Autres di­lemmes, le gou­ver­ne­ment Cha­hed fait face à pré­sent à un ta­ris­se­ment des res­sources en em­prunt au mo­ment où le gap de fi­nan­ce­ment du bud­get de l’etat au titre de l’exer­cice 2016 (loi de fi­nances com­plé­men­taire) est es­ti­mé au­jourd’hui à 2305 MDT (dont 900 MDT de gap de fi­nan­ce­ment ex­té­rieur) et où les sources de fi­nan­ce­ments sont épui­sées. D’ailleurs 59% de la nou­velle ligne de cré­dit du FMI ser­vi­ront à rem­bour­ser le pre­mier ac­cord de prêt conclu entre la Tu­ni­sie et le Fonds.

Par ailleurs, les be­soins réels de fi­nan­ce­ment ad­di­tion­nels liés au dé­fi­cit cou­rant et à la dette pu­blique in­terne et ex­terne sont es­ti­més à hau­teur de 7.305 MDT Pour ré­su­mer, le gou­ver­ne­ment Cha­hed s’en­ferme dans un cercle vi­cieux dont les is­sues de se­cours sont de plus en plus ré­duites. L’IACE sou­ligne le faible de­gré d’ef­fi­cience de la loi de fi­nances 2017 et sur­tout une faible por­tée de ré­ponse aux pro­blèmes struc­tu­rels du gap de fi­nan­ce­ment bud­gé­taire.

Yosr GUERFEL AKKARI

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.