Tra­vail axé sur les balles ar­rê­tées

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Mou­rad AYARI

Le CA a en­cais­sé un but bi­zarre face au Stage Ga­bé­sien et sur balle ar­rê­tée. Il n’a pas su faire au­tant après avoir eu quelques quinze cornes sans comp­ter les coup-francs ac­cor­dés à la li­mite des dix-huit mètres du SG. Il a cer­tai­ne­ment man­qué un joueur qui ex­celle dans l’exé­cu­tion de ces balles ar­rê­tées. La pré­sence de Oues­la­ti de­vrait per­mettre au Club Afri­cain d’en pro­fi­ter au­tre­ment…

Evi­ter une deuxième dé­faite

Le Club Afri­cain se pré­pare se­rei­ne­ment pour le der­by mal­gré la dé­faite de di­manche der­nier. Il est prêt pour cette confron­ta­tion à en­jeu contre son voi­sin es­pé­ran­tiste qui am­bi­tionne, lui aus­si, le fau­teuil de lea­der et que l’on place en tant que fa­vo­ri. Pour les pro­té­gés de Bab-je­did, il s’agi­ra sur­tout d’évi­ter un deuxième re­vers consé­cu­tif car un autre ré­sul­tat né­ga­tif pour­rait coû­ter cher au CA et sur­tout à son staff tech­nique. Inu­tile de rap­pe­ler qu’une dé­faite lors d’un der­by est un mo­tif suf­fi­sant pour les res­pon­sables de re­mer­cier leur en­traî­neur. Slim Ria­hi l’a fait lors de l’exer­cice écou­lé en congé­diant San­chez avec les consé­quences que l’on connaît.

Sage ré­ac­tion

La dé­faite fait tou­jours mal au sein d’un grand club et elle fait en­core plus mal chez les clu­bistes qui ont tou­jours très mal né­go­cié l’après-dé­faite. Après celle de di­manche der­nier concé­dée de­vant le Stade Ga­bé­sien, les res­pon­sables et sur­tout le staff tech­nique ont re­la­ti­vi­sé ce re­vers et il avait rai­son de le faire. Il faut re­con­naitre que les clu­bistes ont très bien joué di­manche der­nier et furent tra­hi par un manque de réus­site fla­grant. C’est ce qui a pous­sé les res­pon­sables et Kaïs Yâa­kou­bi à ras­su­rer jus­te­ment leurs joueurs. Tel com­por­te­ment a tou­jours fait dé­faut aux clu­bistes…

Oues­la­ti de la par­tie

Aux der­nières nou­velles, Ab­del­ka­der Oues­la­ti au­rait fait des pro­grès énormes et sa bles­sure ne de­vrait pas l’em­pê­cher de prendre part au der­by de ce di­manche. Sa pré­sence ré­sou­drait bien des pro­blèmes pour Kaïs Yâa­kou­bi, sur­tout en mi­lieu de ter­rain en don­nant plus de consis­tance à ce com­par­ti­ment qui fait preuve d’un manque de créa­ti­vi­té fla­grant dès lors qu’il est com­po­sé de trois ré­cu­pé­ra­teurs.

Le huis-clos dé­sor­mais une mode

Les jour­na­listes n’avaient que la séance d’hier pour les dé­cla­ra­tions d’avant-match. Ils de­vaient se pré­sen­ter un quart d’heure avant la séance pro­gram­mée à 17 heures. Cette at­ti­tude est dé­sor­mais de mise sur­tout du­rant les matches entre fa­vo­ris. Nous ne pou­vons que res­pec­ter la vo­lon­té des res­pon­sables de tous les clubs puisque cette mode n’est pas propre au Club Afri­cain. On est tou­te­fois en droit de rap­pe­ler que la pré­sence des mé­dias est es­sen­tielle et un der­by sans jour­na­listes pour re­layer les hu­meurs et les pré­pa­ra­tifs des uns et des autres n’a pas le même goût.

So­li­di­té dé­fen­sive

Le Club Afri­cain de cette an­née n’a rien à voir avec ce­lui de l’exer­cice écou­lé. Ce re­tour au pre­mier plan est dû en par­tie à la bonne te­nue de son ar­rière-garde qui se com­porte bien et qui n’a en­cais­sé que deux buts en cinq ren­contres. Il faut mettre en évi­dence le ren­de­ment de Ben Mus­ta­pha et des quatre joueurs qui jouent de­vant lui. Cer­tains ont cri­ti­qué le ren­de­ment de Had­de­di qui n’est pas en train de briller comme il l’a tou­jours fait en phase of­fen­sive. Ce ne sont là que des lec­tures dif­fé­rentes. Ce qui compte le plus, c’est la ré­gu­la­ri­té dans le ren­de­ment.

Oues­la­ti

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.