ils ont dit:

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

«Les cam­pagnes de lutte contre la contre­bande se pour­suivent, notre ob­jec­tif est de cer­ner le maillon char­nière des cir­cuits éco­no­miques pa­ral­lèles. Au­jourd’hui tous les bu­reaux de ta­bac vendent de la contre­bande de ci­ga­rettes et le gou­ver­ne­ment d’union na­tio­nale a dé­ci­dé de lut­ter ef­fi­ca­ce­ment contre tous ces cir­cuits. Les ré­seaux de contre­bande de ci­ga­rettes cachent des ma­fias mon­diales qui fi­nancent le ter­ro­risme. En­fin, les ven­deurs à la sau­vette, doivent s’or­ga­ni­ser conve­na­ble­ment car bien­tôt des es­paces leurs se­ront dé­diés pour vendre leurs pro­duits lé­ga­le­ment, l’ob­jec­tif étant de re­lier le com­merce pa­ral­lèle au com­merce lé­gal.» Fay­çal Ha­fiane (Se­cré­taire d’etat char­gé du Com­merce)

«Tout le monde doit être là pour la Tu­ni­sie. Qu’on fasse par­tie du gou­ver­ne­ment ou pas, cha­cun a un rôle à jouer. La mise en place du gou­ver­ne­ment d’union na­tio­nale tra­duit la conjonc­ture ex­cep­tion­nelle que vit ac­tuel­le­ment le pays, et c’est le pré­sident de la Ré­pu­blique qui re­pré­sente le sym­bole de l’union et du consen­sus. Le prin­cipe de l’am­nis­tie gé­né­rale et l’im­pact de l’in­té­gra­tion des bé­né­fi­ciaires dans la fonc­tion pu­blique sur le bud­get de l’etat consacre l’image d’une Tu­ni­sie nou­velle et dé­mo­cra­tique. Puis, toutes les fa­milles po­li­tiques, al­lant des is­la­mistes à la gauche, ont bé­né­fi­cié de l’am­nis­tie.» Zied Laâd­he­ri (Mi­nistre de l’in­dus­trie et du Com­merce)

«Les huis­siers no­taires sont re­pré­sen­tés au sein du Con­seil Su­pé­rieur de Ma­gis­tra­ture grâce à l’ap­pui d’une dé­pu­tée in­fluente de Ni­daa Tounes, celle-ci est éga­le­ment huis­sier no­taire.

Tou­te­fois, dif­fé­rents lob­bies aux in­té­rêts étroits se cachent der­rière l’ex­clu­sion des huis­siers no­taires des der­nières élec­tions du CSM.

Ce fai­sant, les huis­siers no­taires se di­rigent vers la créa­tion d’un Con­seil Su­pé­rieur de No­ta­riat com­por­tant des as­sem­blées ré­gio­nales se char­geant des lé­gis­la­tions et de l’or­ga­ni­sa­tion des dif­fé­rentes struc­tures.» Mo­ha­med Ik­bel Men­cha­ri (S.G de l’as­so­cia­tion na­tio­nale des chambres d’huis­siers no­taires)

«Cha­fik Jar­raya ne pou­vait ac­qué­rir une telle no­to­rié­té sans l’aide, entre autres, de cer­tains mé­dias, de par­tis po­li­tiques ou même de l’ab­sence de tout contrôle fi­nan­cier. Cha­fik Ja­raya re­flète notre lai­deur ! On ne peut lui re­pro­cher beau­coup de ses faits vu son igno­rance, no­tant que la cor­rup­tion ne semble pas vrai­ment dé­ran­ger le ci­toyen tu­ni­sien.» Maya Ksou­ri (chro­ni­queuse)

Ces dé­cla­ra­tions ont été ac­cor­dées à dif­fé­rents mé­dias

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.