Contre-of­fen­sive re­belle à Alep

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Les re­belles sy­riens, y com­pris des dji­ha­distes, ont an­non­cé avoir lan­cé hier une contre-at­taque à Alep contre l’ar­mée sy­rienne et ses al­liés dans le but de bri­ser le siège des quar­tiers est de la grande ville du nord de la Sy­rie.

Alep, prin­ci­pale ville sy­rienne avant la guerre ci­vile, est di­vi­sée de­puis des an­nées entre un sec­teur ouest qui reste con­trô­lé par le gou­ver­ne­ment du pré­sident Ba­char al As­sad et ses al­liés chiites et russes, et la par­tie est te­nue par divers groupes re­belles et as­sié­gée qua­si­ment sans re­lâche de­puis cet été.

La nou­velle of­fen­sive re­belle se fait à l’ar­tille­rie lourde et aux at­ten­tats sui­cide à la voi­ture pié­gée. Elle est prio­ri­tai­re­ment cen­trée sur la bor­dure ouest de la ville et me­née par des re­belles ba­sés à l’ex­té­rieur d’alep. Par­mi les par­ti­ci­pants fi­gurent le Front Fa­teh al Cham, ex­front al Nos­ra qui était af­fi­lié à Al Qaï­da, ain­si que des groupes qui com­battent sous la ban­nière de l’ar­mée sy­rienne libre (ASL). Se­lon l’ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l’homme (OSDH), une ONG ba­sée à Londres qui donne un point quo­ti­dien sur la guerre en Sy­rie grâce à un ré­seau d’in­for­ma­teurs sur le ter­rain, plus de 15 ci­vils ont été tués et 100 bles­sés par les tirs des re­belles sur les quar­tiers ouest d’alep. La presse d’etat parle de cinq ci­vils tués. Les ré­cits de ce qui se passe sur le ter­rain dans les en­vi­rons de la ville sont contra­dic­toires. Des pho­to­gra­phies montrent des in­sur­gés qui ap­prochent d’alep sur des chars, des vé­hi­cules blin­dés, des bull­do­zers, des dé­tec­teurs de mines de for­tune, des picks-ups et des mo­tos. On voit aus­si une large co­lonne de fu­mée mon­ter dans les airs après une ex­plo­sion.

Les re­belles disent avoir pris plu­sieurs po­si­tions aux forces gou­ver­ne­men­tales. L’OSDH pré­cise qu’ils ont pris le contrôle d’un bar­rage sur un site in­dus­triel dans le sud-ouest d’alep ain­si que d’autres points non loin de là.

Mais, de source mi­li­taire sy­rienne, on in­dique que l’ar­mée sy­rienne et ses al­liés ont re­pous­sé une «at­taque de grande en­ver­gure» au sud et à l’ouest d’alep. La té­lé­vi­sion pu­blique pré­cise que l’ar­mée a dé­truit quatre voi­tures pié­gées. Une chaîne de té­lé­vi­sion pu­blique rap­porte que l’ar­mée a dé­truit quatre voi­tures pié­gées. Abou Anas al Cha­mi, du bu­reau des mé­dias du Front Fa­teh al Cham, a dé­cla­ré à Reu­ters de Sy­rie que son groupe avait me­né deux «opé­ra­tions mar­tyres», à la suite des­quelles ses com­bat­tants étaient en­trés et avaient pu «li­bé­rer un cer­tain nombre de sec­teurs im­por­tants». Une troi­sième at­taque de ce genre a été me­née par un autre groupe is­la­miste. «Il y a un ap­pel gé­né­ral à toute per­sonne pou­vant por­ter des armes», a dé­cla­ré un di­ri­geant du groupe re­belle Front du Le­vant, qui com­bat sous la ban­nière de l’ar­mée sy­rienne libre (ASL). «Les bom­bar­de­ments pré­pa­ra­toires ont com­men­cé ce ma­tin.» Se­lon L’OSDH, plus de 150 ro­quettes et obus se sont abat­tus sur les quar­tiers du sud-ouest de la ville. Le Fa­teh al Cham a joué un rôle im­por­tant dans une at­taque re­belle en juillet qui a per­mis de bri­ser le siège des forces gou­ver­ne­men­tales sur d’alep-est pen­dant plu­sieurs se­maines avant d’être ré­im­po­sé. Abou Yous­sef al Mou­hadhir, un res­pon­sable du puis­sant groupe is­la­miste Ah­rar al Cham, a sou­li­gné que le de­gré de co­opé­ra­tion entre les dif­fé­rents groupes re­belles était in­ha­bi­tuel et que l’axe prin­ci­pal des com­bats se si­tuait en bor­dure ouest de la ville. «Cet axe long dis­perse l’en­ne­mi et nous donne une bonne cou­ver­ture dans le sens où les at­taques de l’en­ne­mi ne sont pas ci­blées», com­men­tet-il. Le rôle im­por­tant joué par le Front Fa­teh al Cham, consi­dé­ré par de nom­breux pays comme un groupe ter­ro­riste, a com­pli­qué la stra­té­gie oc­ci­den­tale de sou­tien à l’op­po­si­tion an­ti-as­sad.

Les Etats-unis ont ain­si fait en sorte que ne soient pas li­vrés aux re­belles d’armes plus puis­santes comme des mis­siles an­ti­aé­riens, entre autres parce qu’ils craignent qu’ils ne fi­nissent entre les mains des dji­ha­distes.

De source mi­li­taire sy­rienne, on ajoute que l’at­taque d’hier a été lan­cée en co­or­di­na­tion avec l’etat is­la­mique, groupe contre qui tous les autres re­belles, y com­pris Fa­teh al Cham, ont pour­tant com­bat­tu.

Tou­jours est-il que des heurts ont eu lieu entre les com­bat­tants de L’EI et l’ar­mée sy­rienne à une base aé­rienne si­tuée à une qua­ran­taine de ki­lo­mètres à l’est d’alep, à cô­té de ter­ri­toires contrô­lées par le groupe fon­da­men­ta­liste sun­nite.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.