Un nou­veau front dans la ba­taille de Mos­soul

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Des pa­ra­mi­li­taires ira­kiens ont lan­cé hier une of­fen­sive pour re­prendre au groupe Etat is­la­mique (EI) une ville du nord-ouest de l'irak et cou­per le ra­vi­taille­ment des ji­ha­distes de­puis la Sy­rie, ou­vrant un nou­veau front dans la ba­taille pour Mos­soul. Des com­bat­tants des Uni­tés de la mo­bi­li­sa­tion po­pu­laire (Ha­chd al-chaa­bi), une coa­li­tion de mi­lices chiites sou­te­nues par l'iran, ont lan­cé une opé­ra­tion pour re­prendre Tal Afar, une ville qui était ma­jo­ri­tai­re­ment peu­plée de mu­sul­mans chiites avant d'être con­quise par L'EI en 2014.

Des pa­ra­mi­li­taires ira­kiens ont lan­cé hier une of­fen­sive pour re­prendre au groupe Etat is­la­mique (EI) une ville du nord-ouest de l'irak et cou­per le ra­vi­taille­ment des ji­ha­distes de­puis la Sy­rie, ou­vrant un nou­veau front dans la ba­taille pour Mos­soul. Des com­bat­tants des Uni­tés de la mo­bi­li­sa­tion po­pu­laire (Ha­chd al-chaa­bi), une coa­li­tion de mi­lices chiites sou­te­nues par l'iran, ont lan­cé une opé­ra­tion pour re­prendre Tal Afar, une ville qui était ma­jo­ri­tai­re­ment peu­plée de mu­sul­mans chiites avant d'être con­quise par L'EI en 2014. Peu im­pli­quées jusque là dans la vaste opé­ra­tion lan­cée le 17 oc­tobre pour re­prendre Mos­soul, deuxième ville d'irak et der­nier fief de L'EI dans ce pays, les mi­lices chiites in­ter­viennent do­ré­na­vant sur le seul front où les forces ter­restres ira­kiennes n'étaient pas dé­ployées, à l'ouest de la ville, en di­rec­tion de la Sy­rie voi­sine.

"L'opé­ra­tion vise à cou­per le ra­vi­taille­ment de Mos­soul de­puis Ra­qa (fief de L'EI en Sy­rie) afin de res­ser­rer le siège de Mos­soul et de li­bé­rer Tal Afar", a dé­cla­ré à L'AFP le porte-pa­role des mi­lices du Ha­chd al-chaa­bi, Ah­med al-as­sa­di. Se­lon lui, l'opé­ra­tion vise à re­prendre, outre Tal Afar, les villes de Tal Ab­ta et de Ha­tra, à proxi­mi­té de la­quelle se trouve un site ar­chéo­lo­gique ins­crit au pa­tri­moine mon­dial de l'hu­ma­ni­té par l'unes­co, mais qui avait dé­jà été van­da­li­sé par L'EI. La par­ti­ci­pa­tion des mi­lices chiites à l'of­fen­sive de Mos­soul est source de ten­sions, Kurdes et sun­nites ira­kiens n'y étant pas fa­vo­rables. Les mi­lices chiites ont tou­te­fois in­di­qué qu'elles ne comp­taient pas en­trer dans Mos­soul, ma­jo­ri­tai­re­ment sun­nite. Elles ont été dans le pas­sé ac­cu­sées d'avoir com­mis des exac­tions quand elles en­traient dans des villes peu­plées de sun­nites.

Les re­la­tions entre les pa­ra­mi­li­taires chiites et la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale me­née par les Etats-unis sont éga­le­ment ten­dues mais ces mi­lices sont très po­pu­laires en Irak, pays ma­jo­ri­tai­re­ment chiite. Alors que les pa­ra­mi­li­taires pro­gressent en di­rec­tion de Tal Afar, les forces fé­dé­rales ont lan­cé un as­saut sur Al-chou­ra, un dis­trict au sud de Mos­soul. "Les uni­tés fé­dé­rales ont lan­cé un as­saut sur Al-chou­ra de­puis quatre fronts et l'en­ne­mi est en train de s'ef­fon­drer et d'aban­don­ner ses po­si­tions dé­fen­sives", a in­di­qué dans un com­mu­ni­qué un com­man­dant de la po­lice, le gé­né­ral Raed Taw­fiq Jaw­dat. Ces opé­ra­tions in­ter­viennent en dé­pit d'une an­nonce la veille par la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale d'une "pause" tem­po­raire des forces ira­kiennes afin de conso­li­der les gains ob­te­nus de­puis le dé­but de leur of­fen­sive. Pen­dant la pause, les troupes ira­kiennes "se re­po­si­tionnent, se ré-équipent, et font du net­toyage" dans les zones conquises, a af­fir­mé ven­dre­di soir le porte-pa­role mi­li­taire de la coa­li­tion an­ti-ei, le co­lo­nel amé­ri­cain John Dor­rian. Mais quelques heures après cette an­nonce, un com­mu­ni­qué mi­li­taire ira­kien a tou­te­fois in­di­qué que "les opé­ra­tions mi­li­taires conti­nuaient". Au fur et à me­sure de l'avan­cée vers Mos­soul des troupes de Bag­dad, des mil­liers de ci­vils payent le prix de cette of­fen­sive, L'ONU fai­sant état de l'en­lè­ve­ment par L'EI de près de 8.000 fa­milles au­tour de la ci­té des bords du Tigre, vrai­sem­bla­ble­ment pour être uti­li­sées comme "bou­cliers hu­mains". "La stra­té­gie dé­pra­vée et lâche (de L'EI) consiste à es­sayer d'uti­li­ser la pré­sence des ci­vils pour mettre des zones ou des com­bat­tants à l'abri des opé­ra­tions mi­li­taires", a af­fir­mé ven­dre­di le Haut-com­mis­saire de L'ONU pour les droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hus­sein. L'ONU a par ailleurs dé­non­cé un mas­sacre par L'EI de plus de 250 per­sonnes, exé­cu­tées par balles, cette se­maine dans et au­tour de la deuxième ville d'irak. Plus de 16.500 per­sonnes ont été dé­pla­cées de­puis le dé­but de l'of­fen­sive, se­lon l'or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale pour les mi­gra­tions (OIM). L'ONU a pré­ve­nu que près d'un mil­lion de per­sonnes pour­raient être for­cées de quit­ter leur foyer, pro­vo­quant une si­tua­tion d'ur­gence hu­ma­ni­taire.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.