Un taux de crois­sance de 2,2% en Tu­ni­sie en 2017

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

Le Dé­par­te­ment des études Eco­no­miques du groupe fran­çais Cré­dit Agri­cole S.A, table, dans sa note heb­do­ma­daire «l’ac­tua­li­té des pays émer­gents au 28 oc­tobre 2016», sur un taux de crois­sance de 2,2% en 2017 en Tu­ni­sie et de 1,6% en 2016 contre 0,8% en 2015. Quant à l’in­fla­tion, elle de­vrait at­teindre, se­lon la même note, 4,4% en moyenne pour toute l’an­née 2016 et 4,2% en 2017, contre 4,9 en 2015.

S’agis­sant du dé­fi­cit de la ba­lance cou­rante, il de­vrait se si­tuer à - 8,5% du PIB en 2016, avant de pas­ser à -7,5 en 2017, contre - 9,4 % en 2015. Com­men­tant, de­puis Pa­ris, les pré­vi­sions du Groupe Cré­dit Agri­cole, l’ex­pert fi­nan­cier Achraf Aya­di re­grette la si­tua­tion dé­li­cate du pays, com­pa­ré au reste des pays émer­gents. Son in­quié­tude est d’au­tant plus grande que «la pre­mière mou­ture de la Loi de Fi­nances pour 2017 ne per­met pas de mettre le pays sur le sen­tier de la crois­sance, de pré­ser­ver le ni­veau de vie des Tu­ni­siens et de maî­tri­ser l’en­det­te­ment étran­ger». Achraf Aya­di es­time en­core «que la conco­mi­tance d’une pres­sion fis­cale ac­crue sur les ac­teurs éco­no­miques, d’une in­fla­tion re­la­ti­ve­ment éle­vée et d’une faible crois­sance, pour­raient conduire à une forte con­trac­tion de la de­mande et donc à un phé­no­mène de dé­fla­tion». «Il faut ai­der les PME et les mé­nages à re­prendre confiance dans l’éco­no­mie et dans la ges­tion de l’etat pour évi­ter une ré­ces­sion de forte am­pleur», re­com­mande l’ex­pert en fi­nances.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.