« La concur­rence entre opé­ra­teurs mène au­to­ma­ti­que­ment à une qua­li­té meilleure »

Ka­mel Saâ­daoui, chef de ca­bi­net du mi­nistre des Tech­no­lo­gies de la Com­mu­ni­ca­tion et l’eco­no­mie Nu­mé­rique :

Le Temps (Tunisia) - - NEWS - Khou­loud AMRAOUI

Temps Bu­si­ness Fi­nances: L’or­ga­ni­sa­tion du Fo­rum Na­tio­nal Afri­cain en Tu­ni­sie re­vêt une im­por­tance ma­jeure sur­tout qu’il connaît la par­ti­ci­pa­tion des té­nors mon­diaux du sec­teur des TIC?

Ka­mel Saâ­daoui: Ce Fo­rum coïn­cide avec la te­nue de l’as­sem­blée Mon­diale de Nor­ma­li­sa­tion des Té­lé­com­mu­ni­ca­tions (L’AMNT) qui se dé­roule de­puis le 24 oc­tobre et se pour­sui­vra jus­qu’au 4 no­vembre à Ham­ma­met. Le plus im­por­tant c’est que les experts in­ter­na­tio­naux réunis se mettent d’ac­cord sur la nor­ma­li­sa­tion et la stan­dar­di­sa­tion du té­lé­com. Ce fo­rum se tient conco­mi­tam­ment à cette as­sem­blée et dres­se­ra en consé­quence la si­tua­tion qui pré­vaut dans les TIC en Afrique en gé­né­ral. Une oc­ca­sion pro­pice qui va nous per­mettre de pré­sen­ter nos atouts en la ma­tière sur­tout que la Tu­ni­sie se pré­sente en tant que lea­der au ni­veau afri­cain.

Com­ment éva­luez-vous le sec­teur des Té­lé­com­mu­ni­ca­tions en Tu­ni­sie ?

La si­tua­tion des Té­lé­com passe au­jourd’hui par quelques dif­fi­cul­tés du fait qu’on a vé­cu une guerre de prix pen­dant les der­nières an­nées entre les opé­ra­teurs de la com­mu­ni­ca­tion, ce qui a contri­bué à ré­duire le champ d’ac­tion et à af­fec­ter la com­pé­ti­ti­vi­té du sec­teur. Et par consé­quent, lorsque l’éco­no­mie du sec­teur di­mi­nue, les opé­ra­teurs se­ront in­ca­pables d’in­ves­tir et de lan­cer des ré­seaux In­ter­net dans toutes les ré­gions. Dans quelques zones en Tu­ni­sie, il ya eu des ré­duc­tions des prix mais la qua­li­té n’a pas sui­vi. Ain­si, l’etat a pré­sen­té son plan stra­té­gique «Tu­ni­sie di­gi­tale 2020 », et lan­cé un ap­pel aux opé­ra­teurs pour sta­bi­li­ser les prix afin d’évi­ter les risques de pertes, tout en tra­vaillant de con­cert avec les opé­ra­teurs via l’in­ves­tis­se­ment dans l’école nu­mé­rique, l’ad­mi­nis­tra­tion nu­mé­rique, les sys­tèmes d’éduc­tion di­gi­tale. La gé­né­ra­li­sa­tion du di­gi­tal va per­mettre d’amé­lio­rer l’en­sei­gne­ment qu’il soit pri­maire ou su­pé­rieur tout en per­met­tant de s’ou­vrir sur de nou­veaux ho­ri­zons».

Quelles sont les im­per­fec­tions dont souffre la Tu­ni­sie au ni­veau d’in­ter­net ?

Ce que nous pou­vons dire à ce su­jet c’est qu’il fal­lait ou­vrir le mar­ché sur la concur­rence, à par­tir du mo­ment où le Tu­ni­sien veut ins­tal­ler in­ter­net chez lui, il de­meure condi­tion­né par l’ins­tal­la­tion au préa­lable de la ligne té­lé­pho­nique de la part de Tu­ni­sie Té­lé­com pour qu’il puisse ins­tal­ler L’ADSL. Per­son­nel­le­ment, j’es­time que la concur­rence mène au­to­ma­ti­que­ment à une qua­li­té meilleure, la preuve que le ci­toyen tu­ni­sien est peu en­clin à ins­tal­ler L’ADSL. Ce que nous de­mande et nous pro­pose Tu­ni­sie Té­lé­com c’est d’uti­li­ser et de com­mer­cia­li­ser à la fois les 1500 lignes ADSL consa­crées pour l’in­ter­net sous ter­rain et qui sont aban­don­nées.

Vous avez peu par­lé du­rant la con­fé­rence de la gou­ver­nance de l’in­ter­net, pour­riez-vous nous en dire plus ?

Il faut avouer que la Tu­ni­sie n’est pas un ac­teur ef­fi­cace dans la gou­ver­nance de l’in­ter­net. Ce qu’il fal­lait aus­si sa­voir c’est qu’on ne peut pas fon­der notre éco­no­mie nu­mé­rique sans re­con­naître les par­ties qui gèrent In­ter­net et dans quel but.

En Tu­ni­sie, nous comp­tons 6 mil­lions d’uti­li­sa­teurs In­ter­net, 6 mil­lions de tu­ni­siens dis­posent de Smart­phones et 500.000 fa­milles tu­ni­siennes sont connec­tées à L’ADSL. Ce­pen­dant, la si­tua­tion des TIC n’est pas aus­si mau­vaise qu’on le pense, nous vou­lons tra­vailler sur une qua­li­té meilleure, sur une ad­mi­nis­tra­tion nu­mé­rique qui pour­rait mieux ser­vir le ci­toyen. Il nous reste beau­coup de tra­vail à faire sur la qua­li­té et la concur­rence.

« Nous vou­lons tra­vailler sur une qua­li­té meilleure, sur une ad­mi­nis­tra­tion tu­ni­sienne nu­mé­rique qui pour­rait mieux ser­vir le ci­toyen. Il nous reste beau­coup de tra­vail à faire sur la qua­li­té et la concur­rence.»

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.