Bruits et chu­cho­te­ments

Le Temps (Tunisia) - - ARTS & CULTURE -

Le chan­teur ma­ro­cain Saad Lam­jar­red ac­cu­sé de viol : « Mâa­lem » en mau­vaise pos­ture Le chan­teur ma­ro­cain Saad Lam­jar­red a été of­fi­ciel­le­ment in­cul­pé en France pour viol ag­gra­vé. Il est ac­cu­sé d'avoir agres­sé sexuel­le­ment une jeune femme de 20 ans dans la nuit du mer­cre­di der­nier. Et ce n'est pas la pre­mière fois que cet ar­tiste très po­pu­laire au Ma­roc se re­trouve dans une af­faire de ce genre.

C'est dans sa chambre d'hô­tel qu'il au­rait vio­len­té cette jeune femme avant d'abu­ser d'elle. Se­lon une source proche de l'en­quête, ces ac­cu­sa­tions sont cré­dibles. Elle est très trau­ma­ti­sée et souffre de graves lé­sions sur le corps. La vic­time pré­su­mée, une Fran­çaise de 20 ans, avait dé­po­sé plainte un peu plus tôt, af­fir­mant avoir été agres­sée dans la chambre d'hô­tel du chan­teur. "Elle souffre de lé­sions trau­ma­tiques et est for­te­ment trau­ma­ti­sée. Son ré­cit est tout à fait cré­dible à ce stade", a re­le­vé une source proche de l'en­quête. Le chan­teur a dé­jà été mis en cause aux Etats-unis dans une af­faire de viol da­tant de 2010, dans la­quelle il nie toute im­pli­ca­tion.

Saad Lam­jar­red a l'ha­bi­tude de faire le buzz sur le Net : à lui seul, son tube « Lm3al­lem » (« le maître ») a été vu plus de 400 mil­lions de fois et l'en­semble de ses titres dé­passe le mil­liard de vues. Le chan­teur, né à Ra­bat dans une fa­mille d'ar­tistes et ré­vé­lé dans une émis­sion de té­lé li­ba­naise, est une star dans tout le monde arabe. L'an der­nier, le roi Mo­ham­med VI l'a même dé­co­ré à l'oc­ca­sion de la Fête de la jeu­nesse. Mais, cette fois, « Mâa­lem » est en mau­vaise pos­ture, pour re­prendre le titre d'un quo­ti­dien ma­ro­cain. Des mé­dias du pays qui mettent en une la pho­to de la star na­tio­nale et suivent de près l'af­faire, tout en en rap­pe­lant une autre : en 2010, Saad Lam­jar­red, alors peu connu du pu­blic, avait été ac­cu­sé d'agres­sion sexuelle par une jeune amé­ri­caine qui avait dé­po­sé plainte. Briè­ve­ment in­car­cé­ré, il avait été li­bé­ré sous cau­tion et avait fui les Etats-unis. Au prin­temps der­nier, in­ter­ro­gé lors d'une con­fé­rence de presse, alors qu'il était en tête d'af­fiche du fes­ti­val Ma­wa­zine de Ra­bat, il ex­pli­quait : « C'est le lot de toutes les grandes stars de su­bir de telles ru­meurs. » Il y a quelques mois, la Cour su­prême de l'etat de New York a exi­gé qu'il se pré­sente au tri­bu­nal. Cette af­faire amé­ri­caine est « clas­sée », as­sure de son cô­té l'avo­cat ma­ro­cain du chan­teur, pour qui celle de Pa­ris est « une ma­chi­na­tion et un gue­ta­pens ». Une ligne de dé­fense re­prise par la mère de Saad Lam­jar­red, co­mé­dienne cé­lèbre. « Saad paie le prix du suc­cès et de sa cé­lé­bri­té », dit-elle, par­lant « d'un piège » à un mo­ment où « tout mar­chait bien pour lui ». La star de­vait don­ner hier soir un con­cert au pa­lais des Congrès de Pa­ris. Il a pas­sé la nuit en pri­son.

Sou­tiens au Ma­roc

Saad Lam­jar­red est alors pla­cé en garde à vue, avant d'être mis en exa­men ce ven­dre­di soir pour viol et vio­lences ag­gra­vées. Il s'en dé­fend : « il s'est pas­sé cette nuit-là ce qu'il se passe entre un homme et une femme consen­tante à 5 heures du ma­tin dans une chambre d'hô­tel », a dé­cla­ré son avo­cat.

L'af­faire fait en tout cas grand bruit au Ma­roc, où le chan­teur a re­çu de très nom­breux sou­tiens, de ses fans, mais aus­si du monde ar­tis­tique. Sauf que ce n'est pas la pre­mière fois que Saad Lam­jar­red est ac­cu­sé de tels faits. Il risque en ef­fet 25 ans de pri­son aux Etats-unis, pour une his­toire si­mi­laire, en 2010. De­puis, il n'y a ja­mais re­mis les pieds pour échap­per aux pour­suites ju­di­ciaires.

Pep­si­co ne veut vi­si­ble­ment plus as­so­cier son image à Saad Lam­jar­red. La so­cié­té amé­ri­caine a ar­rê­té la dif­fu­sion d'une pu­bli­ci­té où ap­pa­rait le chan­teur ma­ro­cain en train de boire une ca­nette Pep­si, de "peur" de voir son image en­ta­chée par l'im­pli­ca­tion de Saad Lam­jar­red dans une af­faire de viol.

Le spot, qui était dif­fu­sé dans tout le Moyen-orient, avait été dé­voi­lé en avril der­nier. Saad Lam­jar­red y ap­pa­raît aux cô­tés de plu­sieurs guest-stars arabes, dont l'ac­trice égyp­tienne Ra­jae El Jed­daoui.

Bra­him Ltaief, re­çoit les in­signes de che­va­lier des Arts et Lettres de la ré­pu­blique Fran­çaise

Bra­him Ltaïef, re­çoit les in­signes de che­va­lier des Arts et Lettres de la Ré­pu­blique Fran­çaise

Le di­rec­teur de la 27ème édi­tion des Jour­nées ci­né­ma­to­gra­phiques de Car­thage (JCC), Bra­him Ltaief a re­çu di­manche, lors d'une cé­ré­mo­nie or­ga­ni­sée à la ré­si­dence de France à la Mar­sa, les in­signes de che­va­lier des Arts et Lettres de la ré­pu­blique Fran­çaise. En pré­sence de plu­sieurs per­son­na­li­tés tu­ni­siennes et étran­gères du monde du ci­né­ma pré­sentes en Tu­ni­sie lors de cette édi­tion cin­quan­te­naire des JCC, l'am­bas­sa­deur de France en Tu­ni­sie, Oli­vier Poivre d'ar­vor a dé­cla­ré "c’est l’homme de cul­ture, l’or­ga­ni­sa­teur, l’amou­reux du ci­né­ma, l’ac­teur des JCC qu’on vou­lait sa­luer au­jourd’hui" si­gna­lant que "cette re­con­nais­sance sym­bo­lique tra­duit l’at­ta­che­ment que porte la France à la cul­ture et à l'en­cou­ra­ge­ment des ar­tistes au de­là de ses fron­tières". En­tou­ré de ses amis du monde du sep­tième art dont le ci­néaste mau­ri­ta­nien Ab­der­rah­mane Sis­sa­ko (pré­sident du ju­ry des JCC 2016), de la pro­duc­trice Do­ra Bou­chou­cha, du réa­li­sa­teur tu­ni­sien Na­cer Khe­mir et de l'ac­teur égyp­tien Ja­meel Ra­teb, Bra­him Ltaief s'est dé­cla­ré "très ému et tou­ché par ce grand hon­neur". "Mon par­cours a com­men­cé en tant que ci­né­phile qui fré­quen­tait les salles de ci­né­ma à Kai­rouan, spé­cia­le­ment "Le Ca­si­no", une salle qui a mal­heu­reu­se­ment dis­pa­ru au­jourd’hui", s'est-t-il rap­pe­lé.

Ltaief avait pas­sé dix ans en France où il a fait des études de sciences de com­mu­ni­ca­tion et a par­ti­ci­pé ac­ti­ve­ment au dé­mar­rage de Ca­nal+ Ho­ri­zon, avant de s'in­ves­tir com­plè­te­ment dans l'au­dio­vi­suel en si­gnant plu­sieurs oeuvres ci­né­ma­to­gra­phiques dont "Affreux Cu­pide et Stu­pide" (2013), "Ci­ne­cit­ta" et "Laz­har" (2008), "De­main je brûle" (1998), "Vi­sa", un court­mé­trage qui a rem­por­té le Ta­nit d’or des JCC 2004. Après quatre an­nées d’ab­sence, il re­vient avec un nou­veau film, du genre co­mé­die dra­ma­tique in­ti­tu­lé "Deux ma­riages et une ré­vo­lu­tion". Après les JCC 2016, il es­père se consa­crer à la pro­duc­tion et au mon­tage de son nou­veau film, a-t-il men­tion­né.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.