Un front com­mun syn­di­cal

En­sei­gne­ment primaire et se­con­daire

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

Les syn­di­cats gé­né­raux de l’en­sei­gne­ment primaire et su­pé­rieur ont dé­ci­dé, hier, de faire front com­mun pour dé­fendre les droits de leurs adhé­rents face aux choix des mi­nis­tères de l’edu­ca­tion et de l’en­sei­gne­ment Su­pé­rieur et de la Re­cherche Scien­ti­fique. Ils dé­noncent, dans un com­mu­ni­qué conjoint, «les dé­pas­se­ments conti­nus des mi­nistres de l’edu­ca­tion et de la Jeu­nesse et des Sports», ac­cu­sant le mi­nistre de l’edu­ca­tion Né­ji Jal­loul de «por­ter at­teinte à la di­gni­té des en­sei­gnants» à tra­vers des dé­cla­ra­tions «pro­vo­ca­trices», «ir­res­pon­sables» et vi­sant à «nuire à leur image au sein du sys­tème édu­ca­tif».

Ils cri­tiquent, en outre, la «ten­ta­tive du mi­nistre d’an­ti­ci­per les ré­sul­tats du dia­logue na­tio­nal au­tour de la ré­forme édu­ca­tive et d’in­fluen­cer les décisions qui en dé­cou­le­ront».

Les deux syn­di­cats jus­ti­fient la dé­ci­sion d’unir leur ac­tion mi­li­tante par le non res­pect du mi­nis­tère de l’edu­ca­tion de ses en­ga­ge­ments fi­nan­ciers vis à vis des en­sei­gnants: prime de la ren­trée, prime de pro­duc­ti­vi­té, ma­jo­ra­tion d’avan­ce­ment, heures sup­plé­men­taires, prime pé­rio­dique, etc).

Ils évoquent, éga­le­ment, le laxisme du mi­nis­tère dans la ré­gu­la­ri­sa­tion de la si­tua­tion des en­sei­gnants sup­pléants, et dans la concré­ti­sa­tion de l’ac­cord re­la­tif au re­cru­te­ment de 1000 ins­ti­tu­teurs et 800 pro­fes­seurs de l’en­sei­gne­ment se­con­daire. Des no­mi­na­tions dé­ci­dées par Né­ji Jal­loul «non conformes à la loi», et «vio­lant les exi­gences de neu­tra­li­té et de com­pé­tence» sont éga­le­ment mises en cause.

Le mi­nis­tère de la Jeu­nesse et des Sports est, à son tour, ac­cu­sé de vio­la­tion du droit syn­di­cal et d’ater­moie­ment dans l’ap­pli­ca­tion des ac­cords conclus avec la par­tie sociale.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.