Bruits et chu­cho­te­ments

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture -

Un nou­veau Prix du ré­seau "Nass" pour le cin­quan­tième an­ni­ver­saire des JCC

En de­hors des prix of­fi­ciels et pa­ral­lèles des Jour­nées Ci­né­ma­to­gra­phiques de Car­thage, la 27ème édi­tion des JCC se­ra mar­quée par l'at­tri­bu­tion d'un nou­veau Prix qui se­ra dé­cer­né pour la pre­mière fois par le Ré­seau des Ecrans arabes al­ter­na­tifs "Nass" (Net­work of Arab Al­ter­na­tive Screens). Ain­si, Nass in­ter­vient pour la pre­mière fois à cette ma­ni­fes­ta­tion, à tra­vers un par­te­na­riat qui se­ra mar­qué par la re­mise du prix NAAS à deux films is­sus de la com­pé­ti­tion 2016, à sa­voir un long et un court-mé­trage arabe ou afri­cain sé­lec­tion­nés par­mi les sec­tions sui­vantes de la com­pé­ti­tion: Com­pé­ti­tion of­fi­cielle Longs-mé­trages, Courts-mé­trages, Pre­mière oeuvre et Ci­né­pro­messe. Le prix NAAS, at­tri­bué par un ju­ry com­po­sé de pro­gram­ma­teurs membres du ré­seau, soutiendra la dis­tri­bu­tion et la pro­gram­ma­tion des deux films ré­com­pen­sés dans les douze salles du ré­seau ain­si que le voyage des réa­li­sa­teurs lors des pro­jec­tions de leurs films. Les films ga­gnants se­ront an­non­cés lors de la cé­ré­mo­nie de re­mise des prix pa­ral­lèles le 4 no­vembre pro­chain, un jour avant la clô­ture of­fi­cielle de la 27ème édi­tion des JCC (28 oc­tobre-5 no­vembre 2016) sa­chant que le ju­ry réunit Ram­zi Lââ­mou­ri (Fé­dé­ra­tion Tu­ni­sienne des Ci­né-clubs, Tu­ni­sie), Alia Ay­man ( Egypte) et Han­na At­tal­lah ( Pa­les­tine).

Par ailleurs, le ré­seau Nass par­ti­cipe au cin­quan­tième an­ni­ver­saire des JCC par l'or­ga­ni­sa­tion d'une table ronde sur le thème "Jeune pu­blic et ci­né­ma : écrans al­ter­na­tifs, so­lu­tions in­no­vantes", les 2 et 3 no­vembre à la salle qua­trième art àtu­nis. Au cours des deux ma­ti­nées de dis­cus­sions, ras­sem­blant les membres du ré­seau et des in­ter­ve­nants ex­té­rieurs, les dé­bats por­te­ront sur l'exa­men des stra­té­gies de pro­gram­ma­tion les plus per­ti­nentes pour le jeune pu­blic, des mo­dèles les plus in­no­vants ayant émer­gé dans la ré­gion ain­si que du rôle clé que peuvent jouer les ini­tia­tives à por­tée sociale, édu­ca­tive et com­mu­nau­taire au-de­là des salles de ci­né­ma.

En pa­ral­lèle avec le fes­ti­val, le Ré­seau or­ga­nise éga­le­ment la deuxième édi­tion des "Ren­contres de NAAS", ras­sem­blant 18 pro­fes­sion­nels (pro­gram­ma­teurs, dis­tri­bu­teurs, ex­ploi­tants) membres des salles du ré­seau au nombre de 12 des huit pays membres. Créé en 2009 à Bey­routh, NAAS, pré­sent dans huit pays arabes et ras­sem­blant à ce jour 12 salles de ci­né­ma, ci­né­clubs et centres cultu­rels plu­ri­dis­ci­pli­naires, affiche l'am­bi­tion à tra­vers ce pre­mier par­te­na­riat de per­mettre à ses membres de par­ti­ci­per à des ren­dez-vous pro­fes­sion­nels, d’échan­ger sur les fu­turs pro­jets du ré­seau et de faire émer­ger des pro­jets de pro­gram­ma­tion et de dis­tri­bu­tion ré­gio­naux.

“Zaï­neb n'aime pas le neige" de Kaou­ther Ben Ha­nia rem­porte le prix du meilleur film do­cu­men­taire au 38ème Ci­ne­med de Mont­pel­lier

Zai­neb n'aime pas le neige" le tout der­nier film de la jeune ci­néaste tu­ni­sienne Kaou­ther Ben Ha­nia vient de rem­por­ter le prix du meilleur film do­cu­men­taire à la 38ème édi­tion du fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du ci­né­ma mé­di­ter­ra­néen de Mont­pel­lier (Ci­ne­med) or­ga­ni­sé du 21 au 29 oc­tobre 2016. Le film ga­gnant est dé­jà en lice dans la com­pé­ti­tion longs mé­trages de la 27ème édi­tion des Jour­nées Ci­né­ma­to­gra­phiques de Car­thage qui se tient du 28 oc­tobre au 5 no­vembre 2016. Deux pro­jec­tions sont pré­vues: le lun­di 31 oc­tobre à la salle le Co­li­sée (18H) et le mar­di 1er no­vembre à la salle ABC (20h30). Les évé­ne­ments du film (94 mi­nutes) pro­duit par Ci­ne­te­le­films Prod et 13 pro­duc­tions, se dé­roulent en 2009 et ra­content l'his­toire d'une fille "Zai­neb" de neuf ans et de sa fa­mille en com­plète mu­ta­tion, une sorte d’une ini­tia­tion à la vie, au monde des adultes ra­con­tée à tra­vers les yeux d’un en­fant qui gran­dit phy­si­que­ment et mû­rit émo­tion­nel­le­ment. Kaou­ther Ben Ha­nia a fait ses études en ci­né­ma à Tu­nis (EDAC) et à Pa­ris (la Fé­mis et la Sor­bonne). Elle réa­lise plu­sieurs courts mé­trages dont "Moi, ma soeur et la chose" sé­lec­tion­né au Fes­ti­val In­ter­na­tio­nal du Film Fran­co­phone en 2007. En 2010, elle signe le do­cu­men­taire "Les Imams vont à l’école". "Le Chal­lat de Tu­nis", son pre­mier long mé­trage connaît un suc­cès in­ter­na­tio­nal aus­si bien en fes­ti­vals, qu’en salles, où il a été dis­tri­bué dans plus de 15 pays. Il rem­porte no­tam­ment le Bayard du meilleur pre­mier film en 2014. Son der­nier film "Zai­neb n’aime pas la neige" a en­ta­mé sa car­rière in­ter­na­tio­nale lors du der­nier Fes­ti­val de Lo­car­no en aout der­nier.

L’al­liance Fran­çaise en­vi­sage la créa­tion d'al­liances pour la culture et l’ap­pren­tis­sage en Tu­ni­sie

La Fon­da­tion Al­liance fran­çaise vise à élar­gir ses ac­ti­vi­tés en Tu­ni­sie, a dé­cla­ré Jé­rôme Clé­ment, pré­sident de l’al­liance, fon­da­teur et an­cien di­rec­teur de la chaîne fran­co-al­le­mande Arte. En vi­site en Tu­ni­sie, il a men­tion­né que l'ob­jec­tif est de pré­pa­rer le ter­rain pour "créer des al­liances fran­çaises dans ce pays fran­co­phone où le sou­tien à la langue fran­çaise et à la culture de­meure im­por­tant". Pré­sent di­manche à la cé­ré­mo­nie or­ga­ni­sée à la ré­si­dence de France à la Mar­sa pour la re­mise à Bra­him Ltaief des in­signes de che­va­lier des arts et lettres de la ré­pu­blique fran­çaise, Jé­rôme Clé­ment a, dans ce sens, re­le­vé que ces Al­liances Fran­çaises "peuvent jouer un rôle im­por­tant dans le dis­po­si­tif de ren­for­ce­ment de sou­tien à la langue, à la culture, à l’échange et au rap­pro­che­ment de nos pen­sées com­munes". Le res­pon­sable fran­çais a pré­ci­sé que la pre­mière étape a com­men­cé dans la ville de Bi­zerte où il a eu des contacts avec les res­pon­sables lo­caux et les membres de la so­cié­té ci­vile. Il a pré­ci­sé que dans les villes où manquent les centres de langues, "les al­liances fran­çaises peuvent dé­ve­lop­per des liens sur la culture, la langue et l'ap­pren­tis­sage". Mais c'est aux au­to­ri­tés lo­cales et aux ins­ti­tu­tions avec le sou­tien des mi­nis­tères concer­nés (culture et en­sei­gne­ment su­pé­rieur no­tam­ment), d'ex­pri­mer leurs be­soins pour mettre en oeuvre les mo­da­li­tés de ce par­te­na­riat, a-t-il ex­pli­qué. D'ailleurs, l’al­liance Fran­çaise, a-t-il ajou­té, n'a pas l'in­ten­tion de s'ins­tal­ler dans chaque ré­gion, mais elle cible des villes dans les­quelles il se­ra pos­sible d'ap­por­ter une plus va­lue en ma­tière d'offre cultu­relle. Fon­da­teur de la chaîne Arte qu'il a di­ri­gée de­puis pen­dant plus de vingt ans, Jé­rôme Clé­ment est ac­tuel­le­ment en Tu­ni­sie, pour lan­cer ce pro­gramme d’al­liances fran­çaises mais aus­si pour as­sis­ter aux JCC. In­ter­ro­gé par l‘agence TAP, sur le ci­né­ma tu­ni­sien, il a in­di­qué qu’il y'a plu­sieurs es­poirs et ta­lents pro­met­teurs qu'il faut ai­der à s'af­fir­mer. Avec tous ces jeunes ci­néastes qui sont pri­més un peu par­tout dans le monde pour la qua­li­té de leurs oeuvres, il a af­fir­mé que "le ci­né­ma tu­ni­sien de­meure un ci­né­ma im­por­tant et d'une grande vi­ta­li­té".

Les ac­ti­vi­tés des al­liances Fran­çaises dans le monde sont axées sur l'ap­pren­tis­sage de la langue et le rayon­ne­ment de la culture. Pré­sente dans 134 pays, l’al­liance a un ré­seau d’une qua­ran­taine de dé­lé­ga­tions gé­né­rales et plus de 800 Al­liances fran­çaises avec plus de 500 000 étu­diants de spé­cia­li­tés confon­dues.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.