Le che­min est en­core long

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Les forces ira­kiennes se sont rap­pro­chées hier d'une ville ther­male au sud de Mos­soul, Ham­mam al Alil, que le groupe Etat is­la­mique au­rait trans­for­mé en centre de dé­ten­tion et d'exé­cu­tion pour des cen­taines d'otages. Les Na­tions unies ont fait état mar­di d'in­for­ma­tions d'après les­quelles les ter­ro­ristes cherchent à dé­pla­cer la po­pu­la­tion de Ham­mam al Alil, éva­luée ac­tuel­le­ment à 25.000 ha­bi­tants, en fai­sant d'eux des bou­cliers hu­mains pour pa­rer aux at­taques aériennes et aux tirs d'ar­tille­rie. "Nous sommes très in­quiets pour leur sé­cu­ri­té, ain­si que pour celle de di­zaines de mil­liers d'autres ci­vils qui ont été trans­fé­rés de force par L'EI au cours des deux der­nières se­maines", a dé­cla­ré une porte-pa­role des Na­tions unies, Ra­vi­na Sham­da­sa­ni. Ham­mam al Ali, qui se trouve à 15 ki­lo­mètres au sud de Mos­soul, comp­tait avant le conflit 65.000 ha­bi­tants, se­lon un res­pon­sable de la ré­gion.

Les ter­ro­ristes au­raient, dans la ville elle-même et dans des ca­sernes, exé­cu­té plu­sieurs cen­taines de per­sonnes soup­çon­nées de pro­je­ter des sou­lè­ve­ments dans Mos­soul et aux abords de cette grande ville, afin de sou­te­nir la pro­gres­sion de l'ar­mée ira­kienne. Se­lon les ha­bi­tants de Mos­soul et les ONG ca­ri­ta­tives qui ont fait état de ces exé­cu­tions, les vic­times en sont avant tout d'an­ciens membres de la po­lice et de l'ar­mée. Les membres de l'uni­té d'élite ira­kienne CTS (Ser­vices an­ti­ter­ro­ristes) ont été les pre­miers à pé­né­trer dans Mos­soul même, en s'em­pa­rant mar­di des lo­caux de la té­lé­vi­sion na­tio­nale, dans l'est de la mé­tro­pole. Il s'agit de la pre­mière prise d'un bâ­ti­ment im­por­tant dans la ville, où se trouvent au­tour de 1,5 mil­lion de ci­vils. Un of­fi­cier de CTS, Ab­doul Gha­ni al As­sa­di, a dé­cla­ré à la presse à Bar­tel­la, village à l'ouest de Mos­soul, que l'uni­té al­lait mar­quer une pause sur le front est, en rai­son d'in­tem­pé­ries. "Si Dieu le veut, la phase sui­vante com­men­ce­ra dans les heures qui viennent; ce­la dé­pen­dra de la mé­téo", a-t-il dit en ajou­tant qu'un couvre-feu avait été im­po­sé dans le fau­bourg est de Kok­ja­li, qui vient d'être re­con­quis, afin de pro­té­ger la po­pu­la­tion des obus de mor­tier ti­rés par les dji­ha­distes. Des pesh­mer­gas (com­bat­tants kurdes) sont éga­le­ment dé­ployés sur les fronts est et nord de la ville, tan­dis que des mi­li­ciens chiites ira­kiens, ap­puyés par l'iran, at­taquent L'EI à l'ouest de Mos­soul. L'en­trée en lice de mi­li­ciens chiites pro-ira­niens in­quiète for­te­ment la Turquie, qui a dé­ployé des troupes au nord de la ville l'an der­nier pour en­traî­ner et sou­te­nir des vo­lon­taires arabes sun­nites, les­quels veulent aus­si s'en­ga­ger dans la ba­taille de Mos­soul.

Le prix à payer pour li­bè­rer Moussl se­ra lourd...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.