Le chef ter­ro­riste, Abou Ba­kr al-bagh­da­di, se ca­che­rait à Mos­soul

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

D'après un haut gra­dé kurde in­ter­viewé par le quo­ti­dien bri­tan­nique The In­de­pen­dant, le chef et fon­da­teur de Daesh, Abou Ba­kr al­bagh­da­di, se ca­che­rait à Mos­soul, où les forces ira­kiennes sont en­trées mar­di. La pré­sence de ce per­son­nage clé pour­rait pro­lon­ger ou com­pli­quer la ba­taille qui s'y livre. C'est une in­for­ma­tion qui pour­rait tout chan­ger. Abou Ba­kr al-bagh­da­di, le chef et fon­da­teur de Daesh, se trou­ve­rait à Mos­soul, la ville ira­kienne que la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale tente ac­tuel­le­ment de li­bé­rer de l'or­ga­ni­sa­tion ter­ro­riste. Dans les co­lonnes du quo­ti­dien bri­tan­nique The In­de­pen­dant, Fouad Hus­sein, le chef de ca­bi­net du pré­sident kurde Mas­soud Bar­za­ni, af­firme en ef­fet que le chef de Daesh se cache dans cette ville où, d'après des es­ti­ma­tions amé­ri­caines, se trouvent 3.000 à 5.000 ji­ha­distes, pour au moins 1,5 mil­lion d'ha­bi­tants. La ba­taille de Mos­soul a pris un nou­veau tour­nant mar­di, lorsque les forces ira­kiennes sont en­trées dans la ville. Si elle s'ache­vait par une dé­faite pour Daesh, elle pour­rait en­traî­ner la chute de l'or­ga­ni­sa­tion.

Et si la pré­sence d' Abou Ba­kr al-bagh­da­di était confir­mée, ce­la pour­rait fa­vo­ri­ser l'im­plo­sion du mou­ve­ment ter­ro­riste. S'il ve­nait à être tué, Daesh de­vrait lui choi­sir un suc­ces­seur en pleine ba­taille, sou­ligne The In­de­pen­dant, qui doute que son rem­pla­çant puisse avoir au­tant d'au­to­ri­té que lui. Mais sa pré­sence au coeur de la ba­taille de Mos­soul pour­rait aus­si pro­lon­ger ou com­pli­quer les com­bats cô­té coa­li­tion, car ses par­ti­sans se­ront sans doute prêts à mou­rir pour le dé­fendre.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.