Exa­men, lun­di, de la mise en place d’une Agence na­tio­nale des ren­sei­gne­ments

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

Le mi­nistre-di­rec­teur du ca­bi­net pré­si­den­tiel, Se­lim Az­za­bi, a pré­sen­té, hier, le pro­jet du bud­get de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique de l’an­née 2017, de­vant les membres de la Com­mis­sion des droits, des li­ber­tés et des re­la­tions ex­té­rieures au sein de l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple. Dans une dé­cla­ra­tion ac­cor­dée aux mé­dias, Se­lim Az­za­bi a pré­ci­sé que “con­trai­re­ment à ce qui a été pu­blié par cer­tains mé­dias, le bud­get de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique a bais­sé de 0,3 MD par rap­port au bud­get ac­tua­li­sé de l’an­née 2016 “. Se­lon Se­lim Az­za­bi, 82% du bud­get de la pré­si­dence est des­ti­né aux dé­penses de la sé­cu­ri­té pré­si­den­tielle. Le bud­get de la pré­si­dence a été fixé à 108,513 mil­lions de di­nars contre 96,939 MD en 2016 (avant ac­tua­li­sa­tion). Il est ré­par­ti entre les dé­penses re­la­tives à la ges­tion (102 848 MD) et les dé­penses re­la­tives au dé­ve­lop­pe­ment (5 665 MD). Le bud­get consa­cré à la ges­tion a aug­men­té de 12.209 MD (90.639 en 2016) soit de 13,5% alors que le bud­get consa­cré au dé­ve­lop­pe­ment a di­mi­nué de 0.635 MD (6.300 MD en 216) soit de -10%.

Dans sa nou­velle vi­sion, la pré­si­dence de la Ré­pu­blique va oeu­vrer prin­ci­pa­le­ment au dé­ve­lop­pe­ment des re­la­tions di­plo­ma­tiques et sur la lutte contre le ter­ro­risme, a in­di­qué Se­lim Az­za­bi au cours de son au­di­tion par la Com­mis­sion. Evo­quant la re­struc­tu­ra­tion de cer­taines ins­ti­tu­tions re­le­vant de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique, Se­lim Az­za­bi a te­nu à pré­ci­ser que le Conseil su­pé­rieur de sé­cu­ri­té exa­mi­ne­ra, au cours de sa pro­chaine réu­nion, lun­di pro­chain au Pa­lais de Car­thage, les moyens d’amen­der la loi l’or­ga­ni­sant et la mise en place d’une Agence na­tio­nale des ren­sei­gne­ments qui re­lè­ve­ra de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique. Au cours de l’au­di­tion, cer­tains dé­pu­tés ont plai­dé pour une nou­velle stra­té­gie di­plo­ma­tique claire. Se­lon le dé­pu­té du Front Po­pu­laire, Ay­men Aloui, la Tu­ni­sie mène en­core “une di­plo­ma­tie clas­sique “. Une di­plo­ma­tie éco­no­mique est de­ve­nue au­jourd’hui une prio­ri­té ma­jeure, ont sou­te­nu les dé­pu­tés Khe­mais Ksi­la (Ni­daa Tounes) et Taou­fik Jem­li (Union pa­trio­tique libre) cer­tains dé­pu­tés, ap­pe­lant à pros­pec­ter de nou­veaux mar­chés en Afrique et en Asie. D’autres dé­pu­tés ont évo­qué le coût de main­te­nance des pro­prié­tés à la charge de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique, sur­tout les pa­lais pré­si­den­tiels. Le mi­nistre-di­rec­teur du ca­bi­net pré­si­den­tiel a in­di­qué que le nombre de ces pa­lais ne dé­passe pas les cinq (Pa­lais de Car­thage, de Ham­ma­met, de Mor­nag, de Kor­bous et d’ain Dra­hem). Quatre d’entre-eux sont dé­sor­mais pro­prié­té de l’etat. Les dé­penses de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique pour ces pro­prié­tés concernent sur­tout les tra­vaux d’amé­na­ge­ment et d’en­tre­tien, a-t-il dit. Il a, dans ce sens, in­di­qué que les quatre pa­lais si­tués à Gam­marth ne sont pas pro­prié­tés de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique, mais ap­par­tiennent à la so­cié­té des ser­vices na­tio­naux et des ré­si­dences.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.