Brû­lé dans ma chair, je condamne !

Le Temps (Tunisia) - - Proximite - RYMBENAROUS

Je suis l’en­fant de quatre ans. Je suis le pe­tit garçon qui gar­de­ra à vie l’em­preinte de la bar­ba­rie hu­maine sur sa joue gauche. Je suis l’ange qu’on a brû­lé à vif avec le dos d’une cuillère sur­chauf­fée. Je suis le pe­tit élève qu’une « édu­ca­trice » a pu­ni en vio­lant sa chair. Je suis l’ami qu’on évi­te­ra dé­sor­mais et le pe­tit voi­sin qu’on mo­que­ra à cause de la vi­laine tâche rouge qui masque une par­tie de son in­no­cent vi­sage. En classe, je suis l’élève qui ne pren­dra plus la pa­role pour évi­ter qu’on le re­garde. A la mai­son, je suis ce­lui qui fe­ra pous­ser de longs sou­pirs à sa mère à chaque fois qu’elle po­se­ra son re­gard sur lui. Dans la Tu­ni­sie de de­main, je se­rai ce citoyen qui au­ra gran­di avec la peur au ventre et la haine au coeur contre cette femme qui l’a dé­fi­gu­ré et le sys­tème qui l’a des­ser­vi. Il y a deux jours, la jus­tice de mon pays a tran­ché : 4 ans de pri­son pour ma tor­tion­naire. Quatre pe­tites an­nées. Elle a contrac­té un em­ploi dans un jar­din d’en­fant anar­chique, fait preuve d’une im­pi­toyable sau­va­ge­rie à mon égard, ten­té de fal­si­fier un rap­port mé­di­cal et es­sayé de re­por­ter la res­pon­sa­bi­li­té de son crime sur ma mère. Elle se­ra libre en 2020, peut être même avant et moi, je traî­ne­rai ma bles­sure phy­sique et mo­rale jus­qu’à la fin de mes jours. Je condamne !

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.